SlateAfrique

mis à jour le

Tunisie - Ce que la jeunesse attend de François Hollande

L’arrivée d’un socialiste à la tête de la France fait naître des attentes et des espoirs de l’autre côté de la Méditerranée. Dans son message de félicitation, le président de la République Moncef Marzouki a invité François Hollande à visiter la Tunisie «pour travailler ensemble au raffermissement des relations entre nos deux peuples et nos deux Etats».

Les Tunisiens n’oublient pas la visite de François Hollande le 24 et 25 mai 2011 en tant que dirigeant du Parti socialiste français.

Au cours d’une rencontre-débat avec de jeunes leaders et représentants de la société civile tunisiens, il avait déclaré:

«Les jeunes sont le levier de la réussite d’un pays», avait-il déclaré, 

Et d'ajouter: 

«lorsqu’on ne leur donne pas la place qu’ils méritent, ils (les jeunes, Ndlr) finissent forcément par se soulever et à se détourner de la démocratie.»

Le leader socialiste avait également réagi à la proposition d’annuler la dette tunisienne. Il avait proposé que cette dette «soit convertie sous forme de don par la communauté internationale».

M. Hollande avait ajouté que la France devait «aider la Tunisie à affronter les difficultés économiques et sociales auxquelles elle est confrontée dans un environnement régional et international difficile».

Plus d’un an après la fuite de Ben Ali, la Tunisie peine à sortir de la crise économique. François Hollande avait lors de sa visite apporté un message d’espoir. Il répondait en quelques sorte aux attentes des jeunes Tunisiens. Nombre d'entre-eux attendent un geste fort de la part de l'Europe, tant sur le plan économique que politique. La transition politique en Tunisie dépend également du soutien de pays comme la France.

 «Si j’accède à la présidence de la République française, je m’efforcerais à faciliter les échanges culturels et économiques entre les deux pays et à jeter les fondements d’une coopération d’égal à égal», avait-il soutenu.

Au lendemain de la victoire de François Hollande, la presse tunisienne et plus largement la presse maghrébine a salué l’homme qui a «dégagé Sarkozy».

Dans une interview à Kapitalis peu avant le second tour de l'élection présidentielle, François Hollande avait même promis au site tunisien qu'il était prêt à faire un «discours anti-Dakar» à Tunis.

Lu sur Kapitalis

A lire aussi

Le Maghreb salue le tombeur de Sarkozy

Khadra: «Sarkozy ne dispose d'aucun soutien auprès de nos peuples»

Avec Hollande, fin du quart d'heure anti-étranger hebdomadaire

Hollande, une bonne nouvelle pour l'Afrique

Halal or not halal au pays du vaudou

Guéant est un suicide économique?