mis à jour le

Sarkozy et Hollande à Paris, le 8 mai 2012. REUTERS / Jacky Naegelen
Sarkozy et Hollande à Paris, le 8 mai 2012. REUTERS / Jacky Naegelen

Bon débarras, monsieur Sarkozy et sans regrets!

Du tristement célèbre «discours de Dakar» au «nettoyage au Kärcher» en passant par la fameuse «circulaire Guéant», Nicolas Sarkozy a mis beaucoup de talent à se faire détester en Afrique. Ce n’est sûrement pas sur le continent africain qu’on versera une larme sur son sort.

«La France n’est pas facile à gouverner. C’est un pays régicide». Dans un rare accès de lucidité, Nicolas Sarkozy, sentant la vague de mécontentement qui commençait à monter contre sa politique, avait un jour fait cet aveu prémonitoire.

«Dégagé» par François Hollande, un homme qu’il a toujours regardé de haut, le désormais ex-chef d’Etat français a vérifié à ses dépends l’implacable maxime qui a coûté la vie à bien des monarques, républicains ou pas.

Et ce n’est sûrement pas sur le continent africain qu’on va pleurer à chaudes larmes la chute du mari de Carla. Rarement un homme politique français n’y aura autant suscité une passion qui a parfois frisé l’animosité. Il faut dire que le désormais ex-locataire de l’Elysée, qui aura connu l’humiliation de ne faire qu’un mandat, n’y est pas allé de main morte pour se faire détester!

La fausse rupture avec la «Françafrique»

Adepte des discours chocs mais qui s’avèrent souvent creux à l’épreuve du temps, l’annonce faite à l’entame de son mandat d’une «rupture» radicale avec les pratiques incestueuses voire mafieuses que la France entretient avec ses ex-colonies, connues sous le vocable infamant de «Françafrique», avait suscité beaucoup d’enthousiasme.

Le premier ministre de la Coopération de l’ère Sarkozy avait même naïvement cru à cette profession de foi en déclarant péremptoirement qu’il allait signer «le certificat de décès de la Françafrique».

Hélas, quelques mois seulement après cette sortie qui avait été peu goûtée dans certains palais du «pré carré», Jean-Marie Bockel avait été «défenestré» sous la pression de lobbies puissants qui ont toujours fait et défait les carrières à la Rue Monsieur, siège du ministère français de la Coopération, perçu par beaucoup d’Africains comme une sorte de bureau post-indépendance des «affaires indigènes».

Pis, la précipitation avec laquelle Sarkozy s’est empressé d'adouber Ali Ben Bongo, qui a succédé à son père, figure tutélaire de la si décriée «Françafrique»,  après son accession au pouvoir à l’issue d’élections contestées, a plutôt consacré le certificat de décès de la «rupture» annoncée en si grande pompe.

L’insulte faite à l’Afrique

Si beaucoup de Français n’ont jamais pardonné à Nicolas Sarkozy à peine élu, l’incroyable pantalonnade qu’a constituée sa virée au Fouquet’s avec ses richissimes amis du CAC 40, pour les Africains, un autre motif de colère contre Sarkozy porte un nom: le désormais tristement célèbre «discours de Dakar».

Prononcé au sein d’une université qui porte à son fronton le nom de Cheikh Anta Diop, un des plus illustres et talentueux défenseurs de l'Afrique noire, ce discours a charrié par endroits des clichés qu’on croirait tout droit sortis d’une bafouille de Gobineau.

Avec le sans gêne qui le caractérise, Sarkozy avait osé proclamer que «l’homme africain n’est pas assez entré dans l’histoire». Malgré le tollé suscité par ses propos racistes, le chef de l’Etat n’a jamais cru devoir s’excuser pour cette insulte faite à l’Afrique entière.

Les immigrés, punching-ball de Sarko          

Faisant feu de tout bois et prêt à tout pour conquérir ou conserver le pouvoir, l’homme qui se décrivait au début de sa campagne présidentielle comme un Français de «sang mêlé» aura fait des immigrés ses principaux boucs émissaires.

S’agit-il de montrer les muscles et d’imprimer un virage sécuritaire à sa politique au ministère de l’Intérieur? Sarkozy déclarera vouloir «nettoyer au Kärcher» les délinquants habitant dans les quartiers difficiles, bien sûr majoritairement habités par des populations issues de l’immigration.

S’agit-il d’agiter l’épouvantail islamiste pour battre le Front national sur le terrain de la démagogie et du populisme? De déclarations fracassantes en discours stigmatisants, le chef de l’UMP, sous les conseils de son gourou de l’ombre Patrick Buisson, n’hésitera jamais à recourir à la surenchère. 

Dans cette véritable course à l’échalote avec l’extrême droite, rien n’était de trop pour Sarkozy.

Comme en témoigne l’inqualifiable «circulaire Guéant», du nom de son ex-bras droit, durcissant les conditions de séjour des étudiants étrangers, y compris ceux sortis de l’élite de l’école française comme HEC, Sciences po Paris, Centrale ou les Ponts et chaussées. Tout ça, pour…ça?

Barka Ba

A lire aussi

«C'est bon, tu vas pas être obligé de retourner dans ton pays»

Hollande, une bonne nouvelle pour l'Afrique?

Hollande peut-il tuer la Françafrique?

Lettre d'Algérie à un ami français «halalisé»

Chroniques d’une catastrophe, les Français hors d’Afrique

L’immigration est une chance pour la France!

Lettre de Dakar à Monsieur le ministre français de l'Intérieur

Barka Ba

Journaliste sénégalais, ancien directeur de la rédaction de l'Observateur, le plus lu des quotidiens dakarois. Dernier ouvrage publié: «Une pirogue pour Barça».

Ses derniers articles: L'appel à la résistance de Kagamé  La menace de l'Africanistan  «Ségo n’a qu’à revenir chez elle!» 

discours de Dakar

Afrique-France

Hollande n'a pas tué la Françafrique

Hollande n'a pas tué la Françafrique

Vu de Dakar

Hollande et ses cadeaux empoisonnés à l'Afrique

Hollande et ses cadeaux empoisonnés à l'Afrique

france-afrique

Hollande remporte son pari à Dakar

Hollande remporte son pari à Dakar

François Hollande

Boulette

L'Egypte a massacré La Marseillaise devant François Hollande, et c'est un peu une spécialité

L'Egypte a massacré La Marseillaise devant François Hollande, et c'est un peu une spécialité

Guerre d'Algérie

La France est toujours dans le déni de son très lourd passé colonial en Algérie

La France est toujours dans le déni de son très lourd passé colonial en Algérie

Influence

La nouvelle ministre de la Culture française est la fille du conseiller de Mohammed VI

La nouvelle ministre de la Culture française est la fille du conseiller de Mohammed VI

Henri Guaino

Vu d'Alger

17 octobre 1961: Hollande n'en fait pas assez!

17 octobre 1961: Hollande n'en fait pas assez!

Françafrique

François Hollande dans le marigot africain

François Hollande dans le marigot africain

Vu d'Algérie

Les immigrés sont-ils des Français pas comme les autres?

Les immigrés sont-ils des Français pas comme les autres?