mis à jour le

Supportrices du parti islamiste du Front pour la justice et le développement  à Alger le 6 mai 2012.  Reuters/Zohra Bensemra
Supportrices du parti islamiste du Front pour la justice et le développement à Alger le 6 mai 2012. Reuters/Zohra Bensemra

Algérie: les électeurs vont-ils déserter les urnes?

Cette fois, il ne suffit pas de faire appel à l’amour de la nation pour remplir les bureaux de vote.

Même si les dirigeants n’ont pas été à l’école, ils pourront peut-être retenir la leçon de cette campagne 2012. Partout, dans toutes les régions du pays, les organisateurs de meetings n’ont pas réussi à remplir leurs salles, et dans plusieurs villes, on a accueilli les partis avec des pierres et des insultes.

C’était pourtant un peu attendu; les mêmes hommes ventrus ont sillonné leurs villages et quartiers, la plupart pour la première fois de leur vie, et les mêmes promesses ont été proférées, emploi et logement pour tous, sans qu’aucun des compétiteurs n’ait expliqué dans le détail comment loger et faire travailler tout le monde, comme s’ils s’adressaient à des enfants. Avec les mêmes slogans, les mêmes formations, qui abritent les mêmes corrompus connus dans leurs régions, ils ont tenté de convaincre des citoyens, déjà gênés par une question centrale: un député, même bien nourri, a-t-il un quelconque pouvoir ?

Ce n'est pas dans les vieilles marmites que l'on fait les meilleures sauces

On a longtemps disserté sur l’apolitisme patriotique de l’Algérien, mais il semble bien cette fois qu’il ne suffit pas de faire appel à l’amour de la nation pour remplir les bureaux de vote. Les gens sont conscients que la politique n’est pas de la cuisine, ce n’est pas dans les vieilles marmites que l’on fait les meilleures sauces. Dans l’une des rares ouvertures de la télévision algérienne où des jeunes avaient été libres de s’exprimer (c’était il y a quelques mois), un jeune expliquait sa vision: «Ils n’ont pas encore compris que nous avons compris»

La télévision a vite refermé cette parenthèse et le doux ruissellement de l’autocratie, auto-glorification, censure et répression, a repris sa monotonie. En fin de course, M. Ould Kablia ( le ministre de l'Intérieur ndlr) a beau arrêter des gens, M. Ksentini (le président de la Commission nationale consultative ndlr) les menacer, M. Ouyahia ( Premier ministre ndlr) leur prédire la fin du monde ou M. Ghlamallah (ministre des Affaires religieuses) les insulter, à part les priver de dessert, il est difficile de forcer des enfants non affamés à manger des légumes sans goût.

Chawki Amari

A lire aussi

Khadra:«Les Algériens ne croient plus en rien»

AQMI: Pourquoi l'Algérie reste incontournable

Kadhafi is not dead
 

Algérie: Interdiction de se moquer des élections

Et si Alger prenait le chemin de Tunis

 

Chawki Amari

Journaliste et écrivain algérien, chroniqueur du quotidien El Watan. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment Nationale 1.

Ses derniers articles: L'effroyable tragédie du FLN  Cinq parallèles entre le Mali et l'Afghanistan  Bigeard, le tortionnaire vu comme un résistant 

Abdelaziz Bouteflika

Scandale

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

abstention

Algérie

Bouteflika: opération succession en marche

Bouteflika: opération succession en marche

Algérie

Pourquoi les jeunes ne votent pas

Pourquoi les jeunes ne votent pas

Printemps arabe

Ces jeunes Algériens qui défient le vieux président

Ces jeunes Algériens qui défient le vieux président

élections législatives algérie

50 ans après

Les Algériennes veulent l'indépendance

Les Algériennes veulent l'indépendance

politique

Algérie: Le plus vieux parti d'opposition sort de sa réserve

Algérie: Le plus vieux parti d'opposition sort de sa réserve

Les Experts

La recette algérienne pour des fraudes réussies

La recette algérienne pour des fraudes réussies