mis à jour le

Ahmed Ouyahia, le Premier ministre algérien, leader du Rassemblement national démocratique (RND).  Reuters/Louafi Larbi
Ahmed Ouyahia, le Premier ministre algérien, leader du Rassemblement national démocratique (RND). Reuters/Louafi Larbi

L'Algérie, un pays où l'extrême droite est déjà au pouvoir

L’Autre est une menace, une invasion, un vol et une colonisation, une paresse et un parasite.

L’extrême-droite existe-t-elle en Algérie? D’abord il faut définir: l’extrême-droite telle qu’on la voit en France se dit de «souche». C’est ce que disent certains politiques chez nous: «nous sommes arabes, nous sommes arabes, nous sommes arabes». Ahmed Ben Bella l’a dit en 62. Il est mort. Eux le répètent. Donc, comme Marie Le Pen qui rêve d’une France pour les Gaulois, ici on rêve d’une Algérie pour les «arabes» qui ont déjà un pays en Arabie Saoudite et pas d’une Algérie pour les Algériens qui n’ont pas encore de pays à eux. Ensuite l’extrême-droite n’aime pas les immigrés. Ici chez nous aussi: des hommes du régime n’aiment pas les harragas. C’est l’inverse de Le Pen mais c’est le même problème: ceux qui arrivent ne sont pas Français, dit-elle. Ceux qui se sauvent ne sont pas Algériens, disent certains ministres. Valable, sauf pour leurs enfants.

L'autre toujours épinglé par le régime

Ensuite, l’extrême-droite est méchante: l’Autre est une menace, une invasion, un vol et une colonisation, une paresse et un parasite. C’est ce que disent certains hommes du régime à propos des progressistes, des démocrates et de tout ceux qui veulent respirer normalement, vivre libre chez eux et avoir un contrôle sur l’argent public. Ceux qui ne votent pas sont des sionistes et des gens de l’OTAN a presque dit Ahmed Ouyahia qui, lentement, s’en va dérivant dans l’espace sidéral de la paranoïa utilitaire en faisant une curieuse campagne électorale contre… la menace du changement!

Ceux qui ne votent pas sont des lâches et des hypocrites, vient de conclure le ministre des Affaires religieuses, qui n’est pas élu par les algériens, ni choisi par le ciel. Ceux qui ne votent pas vont en prison comme le jeune Internaute Tarek Mameri, sont arrêtés, emprisonnés ou doivent être sanctionné selon Kessentini le salarié des droits de l’homme. On aurait voulu les expulser mais on ne peut plus le faire, le nord étant fermé et le sud sans camps de concentration depuis les années 90. Ensuite?

Des ultra pro Bouteflika en action

L’extrême-droite algérienne agit comme Papon d’octobre: Alger, capitale fermée. Policiers dans les gares, fouilles dans les hôtels, arrestation selon le faciès, matraques et violence. Il manque quoi? La Seine et le FLN qui est passé du coté des oppresseurs.

L’extrême-droite est aussi une sorte de jonction conservatrice solide entre le clergé religieux et le «politique» monarchiste, c'est-à-dire ultra pro Bouteflika. Cela se voit chez nous: Ghoullam Allah fait du vote un devoir religieux, comme au XVI° siècle européen, par décret papale. Il y a aussi rapprochement discret mais puissant entre Zaouïas, lobbys fonciers ruraux et mépris du peuple qui «ne travaille pas». Le peuple? C’est d’ailleurs une sorte d’immigration massive d’étrangers dans le pays depuis 1962 et à partir des maternités et des cliniques d’accouchement.

C’est un étranger qui parasite le «pétrole qui est à nous». Des hommes du régime voient cet étranger comme une menace, grouillement violent, banlieues encerclant Alger et les résidences d’Etat, boat-people terrestres. Il faut le contenir, le refouler, le contrôler, contrôler ses papiers à Alger, surtout. Le peuple à Alger? «Un c’est bien, c’est quand il y’en a beaucoup que…», dit le murmure officiel anti-droit de manifester à Alger malgré la levé de l’état d’urgence. Et comme en France, l’extrême-droite, ici, nourrit les islamistes, les rend important médiatiquement et obèses idéologiquement puis va crier à la menace et au terrorisme.

Le doux rêve de l'an zéro de la révolution

L’extrême-droite algérienne croit qu’elle descend directement des martyrs de la guerre de Libération, contrairement à nous, les générations suivantes. D’où la doctrine du tutorat et de la pureté de la race de la «famille révolutionnaire». D’où le rêve de ramener le pays à l’an zéro de la révolution. D’où le mépris des sang-mêlés, des étrangers au «corps», des gens venus d’ailleurs que du régime et ses familles ou des gens qui n’ont pas fait la guerre. D’où le clanisme élitiste et les liens de sang entre membres du régime, ministres de la région, proches…etc. D’où le populisme, la haine des élites libres, les méthodes policières et les analyses racistes et méprisantes sur les indigènes, dans l’intimité.

L’extrême-droite algérienne a aussi ses affiches, ses stars de foot qu’elle paye pour faire campagne et spots sur la TV, ses chanteurs, ses journalistes et ses journaux, ses fermes, ses terres, ses filons et ses réseaux. Elle existe l’extrême droite algérienne. Mais contrairement à Le Pen et au FN, elle est déjà au pouvoir.

Kamel Daoud

A lire aussi

Un jeune arrêté pour avoir appelé au boycott des élections législatives (VIDEO)

Français, vous avez de la chance de voter sans être tués

Ces déséspérés qu'Alger ne veut pas voir

Un colon peut en cacher un autre

Pourquoi le régime algérien considère son peuple comme un troupeau

Kamel Daoud

Kamel Daoud est chroniqueur au Quotidien d’Oran, reporter, écrivain, auteur du recueil de nouvelles Le minotaure 504 (éditions Nadine Wespieser).

Ses derniers articles: Djihadistes, horribles enfants des dictatures!  Verbes et expressions du printemps arabe  Le 11-Septembre de l'Algérie 

élections législatives algérie

50 ans après

Les Algériennes veulent l'indépendance

Les Algériennes veulent l'indépendance

politique

Algérie: Le plus vieux parti d'opposition sort de sa réserve

Algérie: Le plus vieux parti d'opposition sort de sa réserve

Les Experts

La recette algérienne pour des fraudes réussies

La recette algérienne pour des fraudes réussies

extrême droite

Immigration

Imaginons que tous les immigrés quittent la France

Imaginons que tous les immigrés quittent la France

Sport

Du black-blanc-beur au blanc-blanc-blanc

Du black-blanc-beur au blanc-blanc-blanc

FLN

AFP

Algérie: des journaux critiquent un soutien de l'armée au chef du FLN

Algérie: des journaux critiquent un soutien de l'armée au chef du FLN

Algérie

Les Algériens élisent leur président

Les Algériens élisent leur président

L'après-17 avril

Il faut regarder au-delà de la présidentielle algérienne

Il faut regarder au-delà de la présidentielle algérienne