SlateAfrique

mis à jour le

Maroc - Les cadres les mieux payés de toute l'Afrique du Nord

Chaque année, le cabinet de conseil Mercer specialisé des ressources humaines réalise des enquêtes de rémunérations internationales.

L’objectif: comparer les niveaux de salaires dans les différentes régions du monde.

Decryptée par le site d'information Maghreb Emergent, leur dernière étude qui porte sur l'Afrique du nord révèle que les cadres marocains sont les mieux payés de toute la région. 

L’étude, qui portait sur quatre pays nord africains, permet d’établir un classement des pays par niveaux de salaires.

Et les salaires marocains dominent à tous les niveaux. On retrouve ensuite les Egyptiens, puis les Tunisiens et enfin les Algériens.

Entre le premier du classement, le Maroc, et le dernier, l'Algérie, les écarts sont très significatifs.

Par exemple, pour les postes d'encadrements on passe du simple au double. Le salaire annuel moyen est de 11.600 euros en Algerie pour 22.900 euros au Maroc.

On observe la même tendance du coté des salaires de managers. De fait, les cadres marocains sont aujourd’hui presque autant payés que les cadres d’Europe de l’Est.

Pourquoi un tel écart?

Ghislaine Laabi, responsable des enquêtes de rémunération au sein du cabinet Diorh, partenaire de Mercer, l’explique dans une interview accordée à l’hebdomadaire économique marocain, La Vie Éco.

Pour elle, il y a trois facteurs qui interviennent.

Tout d'abord, le cout de la vie, élévé au Maroc et qui impose que les salaires suivent.

Puis le niveau du salaire moyen dans le royaume certainement le plus important de toute l'Afrique.

Enfin, la compétitivité des entreprises marocaines qui depuis une dizaine d'années ont fait des efforts de modernisation.

La demande de salariés qualifiés s'est accrue et ils sont peu nombreux sur le marché du travail. En toute logique, la loi de l'offre et de la demande a entrainé une hausse des salaires. Les entreprises marocaines emploient aussi de nombreux cadres d'origine étrangère.

L’autre chiffre important de l’étude c’est l’évolution globale des salaires en Egypte qui a connu une croissance à deux chiffres depuis 2009. En 2011, elle était de 10,74% alors que la moyenne dans les 3 autres pays stagnait autour de 6 à 7%, même au Maroc.

«Pour la même période, le Maroc a connu l’évolution de salaire la plus faible de la région. Le climat de contestation et de revendication y a été plus maîtrisé par rapport aux autres pays où le contexte politique a eu un effet assez direct sur le secteur privé», explique Ghislaine Laabi.

Les entreprises des quatre pays de la région ont toutes un point commun: elles sont à la recherche de profils professionnels pointus pour leurs dirigeants et leurs cadres.

On observe un retour des profils qualifiés exilés en Occident vers les pays d’origine, notamment à cause de la crise économique européenne. 

Lu sur Maghreb émergent, La vie éco

A lire aussi 

L'économie tunisienne va-t-elle redécoller?

Egypte - L'économie toujours au service des plus riches

Le trio des milliardaires en dollars du Maroc