mis à jour le

François Hollande et Lionel Jospin à Toulouse le 3 mai 2012. REUTERS/Regis Duvignau
François Hollande et Lionel Jospin à Toulouse le 3 mai 2012. REUTERS/Regis Duvignau

La France va-t-elle devenir une terre de gauche?

Le chroniqueur ivoirien Macaire Dagry se demande si la France peut cesser d'être une terre de droite.

Depuis plus d’une décennie, la France qui a toujours été considérée comme une terre de Droite, est en train de basculer progressivement vers la Gauche, qui détient la plupart des conseils régionaux, des conseils généraux et des municipalités.

A la surprise générale, même le Sénat qui a toujours été détenu par la Droite, faisant dire à Lionel Jospin, alors premier ministre, que « cette institution était une anomalie dans la République », a vu sa majorité changer au profit de la Gauche. Ce qui fait dire à beaucoup d’observateurs politiques que la victoire de la gauche à l’élection présidentielle du 6 mai prochain est quasiment programmée depuis ses nombreuses victoires à toutes ces élections intermédiaires.

Arrivé en deuxième position derrière François Hollande, Nicolas Sarkozy que toutes les études de sondages donnent perdant au second tour depuis plus de six mois maintenant, se trouve sérieusement en difficulté avec un contexte politique différent de 2007.

A cette période, le candidat Sarkozy malgré un bilan mitigé au niveau de la sécurité, puisqu’il était ministre de l’intérieur et candidat jusqu’à un mois de l’élection présidentielle, était opposé à la socialiste Ségolène Royale qui ne faisait pas l’unanimité au sein de son propre parti.

Stratégie machiavélique

En dépit de sa nette victoire aux primaires socialistes, face à Laurent Fabius et Dominique Strauss-Kahn, deux poids lourds de la vie politique française, les partisans de ces derniers et une grande partie des ténors socialistes ont tout fait pour favoriser sa défaite au profit de Sarkozy, pourtant de droite.

Cette stratégie machiavélique n’est pas nouvelle en politique. En 1981, pour la première fois de l’histoire de la cinquième République, un candidat de Gauche était élu président de la République. Après avoir été le premier ministre de Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac, éliminé au premier tour de l’élection présidentielle et de Droite comme Giscard (Centre-droit), a donné des consignes de vote en faveur du candidat de Gauche, François Mitterrand.

La logique de cette stratégie est simple. Après un mandat d’exercice du pouvoir, très souvent difficile à cause des contraintes et exigences nationales et internationales, il est beaucoup plus aisé d’affronter un candidat du camp adverse, qu’affronter celui de sa propre famille politique dont on a soutenu et défendu les politiques.

Même si dans la réalité, Sarkozy peut encore gagner, malgré une prestation décevante dans son face-face avec Hollande, le candidat-président de la République est confronté à de nombreuses contraintes qui limitent considérablement ses marges de manœuvre pouvant lui permettre de battre Hollande.

Avec lucidité, il envisage subtilement, la possibilité d’une alternance démocratique en France. C'est-à-dire la possibilité de perdre cette élection. Il sait que cette fois-ci, l’ensemble des socialistes et de la Gauche soutiennent et défendent ardemment François Hollande.

Il sait aussi que pour gagner, il est obligé comme en 2007 d’appeler ouvertement les électeurs du Front National à voter massivement pour lui, ainsi qu’une partie des centristes du MODEM. Or, le MODEM et surtout le Front National ont tout intérêt à ce que Sarkozy perde cette élection, afin de voir l’UMP imploser et espérer ainsi se positionner pour les prochaines législatives en juin.

Sarkozy sait également qu’il peut fortement mécontenter l’ensemble des républicains qui sont ouvertement hostiles à l’idéologie racistes et xénophobe du Front National. Il sait aussi que malgré le vote d’une grande partie de l’électorat du Front National en sa faveur en 2007, il n’a pas tenu ses promesses sur l’immigration et la préférence nationale, thèmes de prédilection de ce parti.

En déclarant que « Marine Le Pen est compatible avec la République », Sarkozy a-t-il franchi les limites entre réalisme et  « compromission » comme se demandent plusieurs médias occidentaux ?

Du côté socialiste, le modeste score de Mélenchon qui avait été surestimé pour affaiblir Hollande et le succès de Marine Le Pen au premier tour, mettent également Hollande dans une position inconfortable.

Cela l’oblige de fait, lui aussi à séduire les électeurs du MODEM et du Front National. Il sait aussi que ces derniers sont plus sensibles aux thèses de l’UMP qu’à celles des socialistes. Hollande sait également qu’il doit rassurer le monde de la finance, les investisseurs, le monde show-biz et du sport et les cadres supérieurs qu’il effraie avec son désir de les taxer davantage, s’il veut gagner cette élection.

Il sait aussi que tout est encore possible malgré sa très belle prestation le 2 mai face à un Nicolas Sarkozy surpris et déstabilisé par un François Hollande qu’on croyait mou et sans personnalité.

Macaire Dagry

A lire aussi

De la Françafrique à l’absence d’Afrique

Vu d'Afrique: Qu’importe l'élu des Français, la Françafrique survivra

Sarkozix, Ali Bongo et Wade au pays de la Françafrique

Ouattara, le protégé de Sarkozy

La Françafrique n’est pas un astre mort

Pourquoi Omar Bongo a misé sur Nicolas Sarkozy

Sarkozy l’Africain

Macaire Dagry

Macaire Dagry. Journaliste ivoirien.

Ses derniers articles: Les Ivoiriens ont déjà les yeux rivés sur la présidentielle de 2015  La France ne peut plus faire l'impasse sur son passé esclavagiste  Les jeunes ivoiriens, prisonniers du désespoir et de la violence 

François Hollande

Boulette

L'Egypte a massacré La Marseillaise devant François Hollande, et c'est un peu une spécialité

L'Egypte a massacré La Marseillaise devant François Hollande, et c'est un peu une spécialité

Guerre d'Algérie

La France est toujours dans le déni de son très lourd passé colonial en Algérie

La France est toujours dans le déni de son très lourd passé colonial en Algérie

Influence

La nouvelle ministre de la Culture française est la fille du conseiller de Mohammed VI

La nouvelle ministre de la Culture française est la fille du conseiller de Mohammed VI

Nicolas Sarkozy

Connivence

Nicolas Sarkozy passe des vacances royales au Maroc puis se prononce sur le Sahara Occidental

Nicolas Sarkozy passe des vacances royales au Maroc puis se prononce sur le Sahara Occidental

Questions

Financement libyen de Sarkozy: peut-on croire l'interprète de Kadhafi?

Financement libyen de Sarkozy: peut-on croire l'interprète de Kadhafi?

Enquête

Accusations d'un soutien financier libyen à Sarkozy: la justice va enquêter

Accusations d'un soutien financier libyen à Sarkozy: la justice va enquêter

présidentielle france

Législatives

Pourquoi les Franco-Algériens ne votent pas

Pourquoi les Franco-Algériens ne votent pas

Vu de Ouagadougou

SuperHollande est-il normal?

SuperHollande est-il normal?

Politique

Pourquoi tant de haine contre Christiane Taubira

Pourquoi tant de haine contre Christiane Taubira