mis à jour le

Des partisans du marabout Cheikh Béthio Thioune à Dakar le 25 mars 2012. REUTERS/Finbarr O'Reilly
Des partisans du marabout Cheikh Béthio Thioune à Dakar le 25 mars 2012. REUTERS/Finbarr O'Reilly

Sénégal: la fin des privilèges pour les marabouts

L'arrestation d’un guide religieux qui revendique l'allégeance de 5 millions de disciples est un tournant dans l'histoire du pays. Elle symbolise la démythification et la désacralisation accélérées de l'image des marabouts au Sénégal.

Mise à jour du 19 juillet 2012: les étudiants de l’Université Cheikh Anta Diop à Dakar ont été plongés dans la psychose pendant toute la journée du mercredi 18 juillet. Un crash d’avion avait été prédit sur les lieux à cette date par un jeune marabout, déclenchant un climat de peur et une polémique dans la capitale sénégalaise. Au grand soulagement des Dakarois, la catastrophe tant redoutée n’a pas eu lieu.

***

Cheikh Béthio Thioune a franchi la ligne rouge. Ce guide religieux très influent, appartenant à la confrérie mouride, est soupçonné d’avoir commandité le meurtre de deux de ses anciens disciples. Placé sous détention provisoire, il risque les travaux forcés à perpétuité au vu des charges qui pèsent sur lui.

Depuis le début de cette affaire, qui défraie la chronique, le président  Macky Sall n’a pas réagi. Mais, la question est toute tranchée. Le porte parole du gouvernement, Seydou Guèye, a clairement déclaré que « le président de la République ne s’immiscera pas dans l’affaire Cheikh Béthio Thioune ». Et il est bien résolu à respecter « la séparation des pouvoirs au point que nul n’ait de passe-droit dans ce pays». L'égalité de tous les citoyens devant la justice était d'ailleurs une des pierres angulaires du programme de Macky Sall, pendant la campagne électorale.

«Il est exclu d’accorder des faveurs ou un statut particulier à des marabouts. Ce sont des citoyens comme les autres», avait prévenu le président Macky Sall  dans un esprit de rompre avec les pratiques clientélistes de l’ancien régime libéral.

Béthio Thioune, qui a soutenu l'ex président  Wade durant la campagne, est donc la première victime de cette rupture.  Aujourd’hui, il apparait clairement que les relations entre le monde religieux et le pouvoir séculier vont inéluctablement changer.

La chute vertigineuse d’un marabout «bling-bling»

L'affaire Béthio Thioune constitue un séisme au Sénégal. Personne n'aurait imaginé, il y a quelques mois, voir le guide des Thiantacounes moisir derrière les barreaux. Le mythe qui entourait l’ancien guide religieux était tellement immense, que depuis sa chute, les langues se délient.

Bon nombre de Sénégalais ont salué la décision courageuse de la justice sénégalaise. Car, il est clair, pour la plupart des citoyens, que sous le magistère de Wade, Béthio Thioune ne serait nullement inquiété dans cette affaire. 

  «Personne n’est au dessus de la loi. Ce que Cheikh Béthio a fait, en complicité avec ses disciples, est un acte ignoble. Personne n’a le droit d'ôter la vie des autres impunément», a souligné Dieynaba, étudiante en Droit.

A l’annonce de la nouvelle de son emprisonnement, A.S, qui requiert l’anonymat, avoue sa joie de voir enfin cet « imposteur derrière les barreaux». «J’espère franchement qu’il purgera sa peine pour la faute qu’il a commise. Il y a longtemps qu’on aurait du l’enfermer », observe-t-il.

Selon lui, «Béthio Thioune est tout sauf un marabout. C’est un gourou qui endoctrine ses disciples. Sinon comment expliquer qu’une des victimes continuait de lui rendre grâce au moment d’agoniser», lance–t-il énervé. 

Son camarade, Demba, lui emboite le pas.

«Il se prenait pour le représentant de Serigne Saliou (5e khalife générale des mourides décédé en 2007) sur terre. Alors qu’il n’est rien. Il n’a même pas honte d’avoir menti sur son dos pour faire réélire Wade». Et de poursuivre:

«Comment un homme respectable peut-il avoir 7 épouses ?», s’indigne-t-il  Il y a une semaine encore, Cheikh Béthio, faisait la Une des magazines à scandales  pour avoir pris une septième épouse venue compléter son harem. Une situation qui a soulevé l’ire des plus orthodoxes. Les parents de la «victime» qui accusaient le marabout de « kidnapping» l'ont supplié en vain  de leur rendre leur fille.

Selon eux, cette dernière était victime d'ensorcellement. Mais si les problèmes du marabout avec sa belle famille ont fait sourire sous cape, l'accusation de meurtre qui lui est imputée a constitué un véritable choc et signe le début d'une nouvelle ère dans les relations des Sénégalais avec leurs marabouts.

D'intouchables à citoyens ordinaires

Le Sénégal est un pays à 90% musulman. Pour comprendre la société, il faut avant tout voir les différentes confréries qui la composent. Répartie en trois principales confréries,-les Mourides (la plus influente), les Tidjanes (la plus répandue originaire du Maroc) et les Layènnes- chaque groupe se réclame d’un guide spirituel communément appelé marabout. Du marabout layènne, qui a «déplacé la mer» au fondateur du mouridisme qui a «marché sur l’eau», les disciples  leurs vouent un véritable culte et leur attribuent même des pouvoirs divins.

Relation ambiguë qui lie les gouvernants et les religieux

De Senghor (qui a dirigé le Sénégal de 1960 à 1980) à Wade (au pouvoir de 2000 à 2012), les marabouts, ont toujours été considérés comme une catégorie à part entière. D’un cran au dessus des simples mortels. Elevés au rang de demi-dieu, ils bénéficient  de statuts privilégiés. Passeports diplomatiques, villas de luxe, belles voitures en plus de grosses sommes d’argent (sous le magistère de Wade, ces dons s’élevaient des centaines de millions de Cfa) sont distribués en guise de «adiya» (dons) aux guides religieux.

La relation ambiguë qui lie les gouvernants et les religieux a longtemps été une caractéristique déterminante de l’histoire politique du pays. En échange de biens matériels, les marabouts offraient «le ndigueul politique» (consigne de vote) au chef.

Par le passé, Léopold Sédar Senghor et Abdou Diouf, en ont largement profité pour asseoir leur pouvoir. Mais depuis quelques années, le ndigueul ne prospère plus au Sénégal. Les marabouts n'osent même plus s'inviter dans le débat public lors des élections pour inciter leurs disciples à voter pour tel ou tel autre candidat.

Lors de cette dernière présidentielle, Abdoulaye Wade les a dragués ouvertement, sans succès. A l’exception, du guide religieux Cheikh Béthio Thioune.

C'est que ces guides religieux ont considérablement perdu de leur prestige. Leurs disciples voient de plus en plus mal les nombreux avantages dont ils bénéficient. Et certains problèmes récents n'ont pas amélioré leur popularité. Et pour cause!

 En janvier dernier, alors que le pays sombrait dans une violence sans précédent, avec la validation de la troisième candidature du président sortant, Abdoulaye Wade, les chefs religieux s’emmuraient dans un silence coupable. Malgré d’innombrables appels du pied d’une certaine partie de la classe politique ou encore de citoyens, les marabouts n’ont pas daigné rappeler à l’ordre le vieux président. 

Alors que quelques mois plus tôt, en septembre, Serigne Mbacké Bara Dolly, faisait les choux gras de la presse dans une incroyable affaire de mœurs. Ce jeune marabout jet-setteur, qui se prétend être le petit fils de Serigne Touba, fondateur de la confrérie mouride, était condamné à deux ans d’emprisonnement : il est accusé d’avoir filmé et menacé de vendre des images pornographiques d’une de ses ex-maitresses mariée avec qui il entretenait une relation depuis 4 années. Un mois après son emprisonnement, ce marabout humait à nouveau l’air de la liberté.

Autant d’impairs qui ont fini par craqueler le vernis qui entourait l’image que les Sénégalais se faisaient de leurs… marabouts.

Lala Ndiaye  

A lire aussi

aussi

Sénégal: la fin de l'impunité pour les guides religieux

Sénégal - Le marabout a-t-il commandité le meurtre de ses disciples qui le prenaient pour dieu?

Sénégal- Les disciples du marabout arrêté sèment la zizanie

Sénégal - Ce marabout qui veut sauver la peau de Wade

Sénégal - Une fatwa lancée contre Youssou Ndour

Lala Ndiaye

Lala Ndiaye. Journaliste à Slate Afrique

Ses derniers articles: Karim Wade est-il un homme «persécuté»?  Dakar dans la hantise d’un péril islamiste  Apocalypse now! Vous voulez rire?! 

Abdou Diouf

Francophonie

Michaëlle Jean à la tête de la Francophonie, conséquence de la division des Africains

Michaëlle Jean à la tête de la Francophonie, conséquence de la division des Africains

Sénégal

Où sont passées les grandes oreilles?

Où sont passées les grandes oreilles?

politique

Le Mali a vraiment perdu la tête

Le Mali a vraiment perdu la tête

Abdoulaye Wade

Abdoulaye Wade

Pourquoi son retour inquiète Macky Sall

Pourquoi son retour inquiète Macky Sall

Gorgui

Les vraies raisons de son retour

Les vraies raisons de son retour

Atouts

Sénégal: Aminata Touré pourra-t-elle rester une Dame de fer?

Sénégal: Aminata Touré pourra-t-elle rester une Dame de fer?

Cheikh Béthio Thioune

Religion

Sénégal: la fin de l'impunité pour les guides religieux

Sénégal: la fin de l'impunité pour les guides religieux