SlateAfrique

mis à jour le

Le Maroc est-il toujours le royaume de l'âne?

Les ânes du Maroc sont-ils en train de disparaître? C’est la question que se pose le site marocain Bladi.net.

Autrefois premier pays exportateur d’ânes au monde, le Maroc connaît depuis les années 2000 un déclin considérable.

Selon le site, ils étaient plus d’un million dans le royaume jusqu’en 2005 soit à peu près un âne pour trente personnes. Aujourd'hui, on compte un peu moins de 100.000 têtes.

Principale raison de ce déclin, d'après l'hebdomadaire économique marocain La Vie Éco: l’absence d’une politique d’élevage structurée dans le royaume.

Depuis 2007, il semblerait que le Maroc n’exporte plus ses poulains et ses anons vers les pays de l’Union Européenne en raison d’une épidémie de peste équine.

L’élevage d’âne est donc réduit à une question de nécessité. Seuls les paysans élèvent des ânes qui sont utilisés pour l’élevage agricole et le transport de proximité.

L’âne sert de mule pour transporter de l’eau ou des marchandises surtout dans les régions montagneuses difficiles d’accès par voie mécanique.

Mais les ânes du Maroc n’ont pas trop de soucis à se faire. Chaque année ils sont mis à l’honneur lors du festival de Beni Ammar près de la ville de Meknes au nord du pays.

Cette année, c’est un concours de beauté qui a été organisé. Les ânes ont défilé dans la ville, maquillés, habillés et couverts de ballons. Il s’agit surtout de réconcilier l’homme avec l’animal, souvent maltraité et négligé dans le pays. 

Lu sur Bladi.net

A lire aussi

Feu vert à un accord controversé libéralisant le commerce agricole entre l'UE et le Maroc