mis à jour le

Algérie: un blogueur condamné en appel

Un blogueur algérien a été condamné jeudi à sept ans de prison lors de son procès en appel pour "intelligence avec une puissance étrangère", a annoncé à l'AFP un de ses avocats.

Merzoug Touati, 30 ans, avait été condamné en mai en première instance à 10 ans de prison pour avoir entretenu "avec les agents d'une puissance étrangère des intelligences de nature à nuire à la situation militaire ou diplomatique de l'Algérie ou à ses intérêts économiques essentiels", crime passible de 20 ans de prison.

A cette époque, le tribunal criminel de Béjaïa (260 km à l'est d'Alger) avait en revanche écarté le chef d'incitation à "s'armer contre l'autorité de l'Etat", crime passible de la peine de mort, et deux autres crimes et délits d'atteinte à la sûreté de l'Etat, dont était accusé le blogueur pour avoir posté un appel à manifester sur Facebook.

Jeudi, devant la Cour d'appel, "le procureur a requis la perpétuité (...) pour l'ensemble des chefs d'accusation", a déclaré à l'AFP l'un de ses avocats Me Boubakeur Esseddik Hamaïli, joint à Béjaïa.

La défense a elle plaidé l'acquittement, a-t-il ajouté: "Le dossier est vide, il n'y a aucune preuve contre notre client".

Merzoug Touati a finalement été condamné à sept ans de prison ferme, a indiqué l'un de ses avocats, Me Salah Dabouz.

"Même si cette peine est revue à la baisse, elle ne nous réjouit pas car Touati est réellement innocent, j'en suis convaincu, a-t-il ajouté. Il nous reste la Cour suprême, mais c'est à Touati de décider, il a 8 jours."

Le Parquet de Béjaia n'a pu être joint par l'AFP.

Merzoug Touati est détenu depuis qu'il a été arrêté à Béjaia en janvier 2017, après avoir appelé sur son compte Facebook à protester contre la nouvelle loi de Finances et diffusé sur son blog un entretien vidéo avec un porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères.

M. Touati, qui n'a obtenu que des emplois précaires depuis qu'il est diplômé de l'université, "n'a jamais occupé de postes à responsabilité lui donnant accès à des informations qu'il aurait pu communiquer" à une puissance étrangère, avait expliqué lors du verdict de première instance Me Boubakeur Esseddik Hamaïli.

La Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme (LADDH) a dénoncé "la disproportion entre les chefs d'accusation très graves et le dossier d'instruction uniquement à charge et vide", ainsi qu'un "procès inéquitable".

"La liberté d'expression est en danger. Il devient de plus en plus difficile d'exprimer son mécontentement ou tout simplement de donner son opinion", a poursuivi l'ONG.

AFP

Ses derniers articles: RDC: des check-points pour traquer les taxis-ravisseurs de femmes  Présidentielle en Côte d'Ivoire: Bédié appelle  Présidentielle en Côte d'Ivoire: Bédié appelle 

appel

AFP

Algérie: appel

Algérie: appel

AFP

RDC: procès en appel de Vital Kamerhe renvoyé au 7 août

RDC: procès en appel de Vital Kamerhe renvoyé au 7 août

AFP

Présidentielle au Malawi: appel au calme pendant le dépouillement

Présidentielle au Malawi: appel au calme pendant le dépouillement

blogueur

AFP

Un blogueur taxé de blasphème quitte la Mauritanie après avoir retrouvé la liberté

Un blogueur taxé de blasphème quitte la Mauritanie après avoir retrouvé la liberté

AFP

Villageois.2.0 : en Guinée, un jeune blogueur promeut le "contrôle citoyen"

Villageois.2.0 : en Guinée, un jeune blogueur promeut le "contrôle citoyen"

AFP

Egypte: détention préventive pour Waël Abbas, blogueur et journaliste

Egypte: détention préventive pour Waël Abbas, blogueur et journaliste

prison

AFP

Algérie: lourde peine pour le journaliste Khaled Drareni, maintenu en prison

Algérie: lourde peine pour le journaliste Khaled Drareni, maintenu en prison

AFP

Algérie: nouvelle peine de prison ferme contre un journaliste

Algérie: nouvelle peine de prison ferme contre un journaliste

AFP

Angola: le fils de l'ex-président dos Santos condamné

Angola: le fils de l'ex-président dos Santos condamné