SlateAfrique

mis à jour le

Malawi - Joyce Banda, une présidente ambassadrice de la cause des femmes

Joyce Banda, la nouvelle présidente du Malawi, veut se faire «l'ambassadrice de la cause des femmes», rapporte le Guardian dans un article publié sur son site le 29 avril.

Elle est arrivée au pouvoir après le décès, le 6 avril, de Bingu wa Mutharika, alors qu’elle était vice-présidente. Elle est ainsi la seconde femme africaine à devenir chef d’État, après Ellen Johnson Sirleaf au Liberia.

«Cette femme de 61 ans a pris de l’importance dans la défense des femmes, en finançant des organisations, notamment un réseau de micro financement pour des milliers de femmes  en zones rurales. C’est sa propre expérience du mariage qui l’a poussée à un tel engagement», écrit le Guardian.

Avant de se remarier avec un juge, Joyce Banda s'est soumise à l’âge de 22 ans à un mariage forcé qui dura 10 ans.

«J’ai décidé que ça ne m’arriverait plus jamais. J’ai fait un courageux pas en avant pour sortir de ce mariage, dans une société où ça n’est pas possible», déclare-t-elle au quotidien britannique.

Mme Banda a remporté plusieurs prix pour son engagement dans la cause féminine, et a même été désignée en 2011 parmi les 100 femmes politiques les plus influentes au monde, par le magazine économique américain Forbes. Dans ce classement figure une autre Africaine, la présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf, que Joyce Banda assure d’ailleurs avoir pour modèle.

«L’Afrique est en train de changer, et j’espère que vous savez que ce que nous faisons est mieux que dans beaucoup d’autres pays. L’Amérique se bat toujours pour mettre une femme à la Maison Blanche, alors que nous en avons deux. Les gens ne s’y attendaient pas, et nous l’avons fait.»

Lu sur The Guardian

Malawi - Joyce Banda, la femme qui prend le pouvoir

Les 10 Africaines les plus influentes