SlateAfrique

mis à jour le

Algérie - Colère populaire après l'immolation d'un vendeur ambulant

Feu sur le corps des Algériens. Une scène d'immolation qui se répète et rappelle le mal-être d’Algériens, bafoués par un régime qui ne les écoute plus. En Tunisie, Mohammed Bouazizi fut le premier qui marqua les esprits par son geste qui joua le rôle de déclencheur de la révolution.

Dimanche 29 avril, Rachak Hamza, un jeune Algérien de 25 ans qui s'est lui aussi immolé dans la ville de Jijel, située à 350 kilomètres à l’est d’Alger. Comme Mohammed Bouazizi, Rachak Hamza était un vendeur ambulant. Difficile de ne pas faire le parallèle entre les deux jeunes hommes.

La réaction de la population ne s’est pas fait attendre.

«Des émeutes ont éclaté dans la ville après l'annonce de cette immolation alors que le siège local du FLN [le parti du pouvoir] a été brûlé par des manifestants», écrit le site Dernières Nouvelles d’Algérie.

Le jeune vendeur s'est aspergé d'essence avant de se mettre le feu. Il  aurait été évacué à l'hôpital de Jijel puis vers le centre des brûlés de Constantine (430 km à l'est d'Alger), a précisé à l’AFP l'un de ses proches.

La commune avait récemment décidé d’évacuer les marchands ambulants. «Lorsque les policiers ont demandé à Hamza d'évacuer le trottoir, l'homme a refusé et s'est aspergé d'essence», raconte le site algérien.

La nouvelle de cette tentative d’immolation a poussé le jour même de nombreux habitants dans la rue.

«Le siège de la wilaya [préfecture] a été attaqué et des panneaux d’affichage pour la campagne électorale des législatives du 10 mai ont été arrachés et détruits», précise le site DNA.

Une vidéo amateur circule sur la Toile. Elle montre une ville en insurrection. On peut voir de nombreux jeunes Algériens dans les rues désertes. Certains panneaux ont été arrachés. Plusieurs axes routiers qui mènent à la ville ont même été fermés et des affrontements ont eu lieu entre les forces de police et les manifestants. 

Lu sur Dernières Nouvelles d'Algérie

A lire aussi

«L'Algérien reste fasciné par la mort»

L'Algérie - Le pays où l'immolation par le feu se banalise

Cette saisissante immolation par le feu

Il y a un an à Sidi Bouzid