mis à jour le

Mondial-2018: l'Iran gâche la fête marocaine

La "Team Melli" peut rêver: l'Iran, pourtant largement dominé par le Maroc, s'est imposé (1-0) dans le temps additionnel, vendredi à Saint-Pétersbourg, gâchant le retour du royaume en Coupe du monde après vingt ans d'absence. 

Dans le groupe B des épouvantails ibériques Espagne et Portugal, il fallait gagner pour espérer et les hommes de Calros Queiroz l'ont fait au bout du suspense.

Mais sans briller. Bouhaddouz, entré quelques minutes plus tôt pour raviver l'attaque marocaine, a repris dans son propre but un coup franc excentré pour provoquer l'explosion de joie iranienne (90+4).

Queiroz avait évoqué vouloir séduire, parlant de "charme": il n'y en a pourtant pas eu. Dépassé, l'Iran n'a fait que défendre, se procurant toutefois l'occasion la plus dangereuse du match sur une contre-attaque avant la mi-temps.

Mais, Azmoun, l'attaquant vedette de la "Team Melli", pourtant seul face au gardien, a buté sur El Kajoui. 

Ce fut sans doute le meilleur moment iranien, l'espace d'un instant fugace. Car le reste n'a été qu'à l'avantage des Marocains, les Iraniens se contentant d'imprimer une certaine intensité physique, flirtant souvent avec la limite. 

Dommage pour le Maroc, bien au-dessus pendant l'essentiel de la rencontre. Les hommes d'Hervé Renard ont en effet outrageusement dominé, à l'image de ces 20 premières minutes à sens unique, marquées par 83% de possession en faveur des "Lions de l'Atlas".

Avec les flèches Harit et Ziyech, ils ont donc fait le jeu mais le dernier geste n'était certainement pas marocain vendredi. 

Dès l'entame, Ziyech, servi au sol quasiment au point de penalty sur un corner à ras de terre, se trouait et manquait le ballon (3). El Kaabi, lui, ne cadrait pas sa demi-volée de l'entrée de la surface (8).

Benatia se heurtait ensuite à Beiranvand après un cafouillage dans la surface (18). Harit s'enfonçait dans la surface, sans se montrer décisif face au gardien iranien (30).

Si la deuxième période a été un peu plus équilibrée, c'est à nouveau le Maroc qui a été le plus entreprenant. Dans la douleur, puisque les tacles et les mauvais coups ont plu sur le stade de Saint-Pétersbourg. 

Belhanda a bien cru ouvrir le score mais sa volée n'a pas trompé Beiranvand, parfait sur sa ligne (80).

Ce fut l'occasion ratée de trop. L'Iran lui n'a rien gâché.

AFP

Ses derniers articles: Cinq rhinocéros d'un zoo tchèque réinstallés au Rwanda  Funérailles en Ethiopie pour le chef d'état-major assassiné  CAN-2019: la Tunisie bousculée par l'Angola 

fête

AFP

C1: Tunis fête l'Espérance jusqu'au bout de la nuit malgré les controverses

C1: Tunis fête l'Espérance jusqu'au bout de la nuit malgré les controverses

AFP

Le Cameroun célèbre sa fête nationale dans la division

Le Cameroun célèbre sa fête nationale dans la division

AFP

Cameroun: opposition et séparatistes boycottent la fête nationale

Cameroun: opposition et séparatistes boycottent la fête nationale

marocaine

AFP

Macron et le roi Mohammed VI inaugurent la première ligne

Macron et le roi Mohammed VI inaugurent la première ligne

AFP

Pour la pierre, contre le ciment: le combat de l'architecte marocaine Salima Naji

Pour la pierre, contre le ciment: le combat de l'architecte marocaine Salima Naji

AFP

L'éducation marocaine "en danger"

L'éducation marocaine "en danger"