mis à jour le

Flamme by DasPixel via Flickr
Flamme by DasPixel via Flickr

«L'Algérien reste fasciné par la mort»

Des enfants se pendent dans les cours d'école pendant que des dizaines d'adultes se brûlent devant les foules médusées.

En pleine campagne pour le scrutin capital, deux nouvelles victimes ont été recensées, auto éliminées du gros fichier électoral. Un jeune de 26 ans qui s'est immolé par le feu à Tiaret en plein centre-ville et un autre qui s'est mutilé à Mila, devant le siège de la wilaya, découpé le torse, les bras et les épaules avec un couteau de boucher. Comment en est-on arrivé là? En dehors du procédé lui-même, sortie avec spectacle pyrotechnique pour le premier, menace sur son propre corps pour le second, les facteurs et moteurs sont certainement  multiples.

L'Algérien impuissant à influer sur l'Histoire

Pour faire un rapide récapitulatif, pendant la guerre d'indépendance, les Algériens tuaient des Français pour se libérer. Puis des traîtres algériens après la guerre, pour se venger. Dans les années 1970, les Algériens tuaient leur agriculture et dans les années 1980 assassinaient leur histoire. Dans les années 1990, les Algériens ont commencé à tuer des Algériens; 200 000 morts victimes de règlements internes, et les années 2000 auront vu le meurtre des ambitions et celui d'une forme de modernité, refusée par les autorités sous couvert de traditions à respecter. Pour en arriver aux années 2010 et le XXIème siècle, où les Algériens, impuissants à influer sur l'Histoire, en sont arrivés à se tuer eux-mêmes. Des enfants se pendent dans les cours d'école pendant que des dizaines d'adultes se brûlent devant les foules médusées.

On ne sait plus combien se sont immolés par le feu et mutilés, tant il y en a. On ne sait plus pourquoi ils le font, tant les raisons s'entrechoquent et paraissent devenir plus nombreuses que les raisons de vivre, 50 ans après l'indépendance. Du coup, demander à sanctionner ceux qui ne votent pas devient ridicule, comme si on pouvait emprisonner quelqu'un qui est déjà passé de l'autre côté. C'est tout le problème. L'Algérien reste fasciné par la mort. Quand il ne peut plus la donner, il se la donne à lui-même.

Chawki Amari

A lire aussi

L'Algérie - Le pays où l'immolation par le feu se banalise

Cette saisissante immolation par le feu

Comment le pouvoir veut forcer les Algériens à voter

Algérie: comment le FIS a imposé ses idées

Algérie: la révolution si loin, si proche

 

Chawki Amari

Journaliste et écrivain algérien, chroniqueur du quotidien El Watan. Il a publié de nombreux ouvrages, notamment Nationale 1.

Ses derniers articles: L'effroyable tragédie du FLN  Cinq parallèles entre le Mali et l'Afghanistan  Bigeard, le tortionnaire vu comme un résistant 

Abdelaziz Bouteflika

Scandale

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

En Algérie, une chaîne télé fermée pour avoir accueilli l'ex-chef de l'Armée islamique du salut

Flou

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

C'est avant que l'opposition aurait dû faire bloc contre Bouteflika

Algérie

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

Pourquoi l'Algérie doit changer de modèle économique

immolation

Printemps arabe

En Tunisie, les suicides «politiques» sont de plus en plus stigmatisés

En Tunisie, les suicides «politiques» sont de plus en plus stigmatisés

LNT

Immolation d’un jeune chômeur en Algérie

Immolation d’un jeune chômeur en Algérie

Actualités

Manzel Tmim : Décès d’un employé de la municipalité suite à une immolation par le feu

Manzel Tmim : Décès d’un employé de la municipalité suite à une immolation par le feu

indépendance algérie

Vu d'Alger

Lettre à Enrico Macias

Lettre à Enrico Macias

France-Algérie

Bouteflika, le président qui offre des bains de foule

Bouteflika, le président qui offre des bains de foule

50 ans après

La France a besoin de l'Algérie

La France a besoin de l'Algérie