SlateAfrique

mis à jour le

Soudans - Et si la Chine faisait la pluie et le beau temps

Pékin est visiblement plus préoccupé que l’Union africaine par la tension armée entre les deux Soudan.

En effet, la Chine n’a pas attendu un quelconque mandat onusien pour prendre les devants en matière de médiation, rapporte L’Express.fr.

Et pour cause, l’Empire du Milieu est le premier acheteur et exploitant du pétrole soudanais.

En raison de ces intérêts économiques et énergétiques, les Chinois sont contraints de trouver une solution d’apaisement le plus rapidement possible.

«Les compagnies pétrolières chinoises et leurs partenaires sont engagés dans des projets majeurs au Soudan et au Soudan du Sud. Nous estimons que leurs droits et intérêts légitimes doivent être protégés efficacement», a déclaré mardi 24 avril le porte-parole de la diplomatie chinoise Liu Weimin.

Ces propos ont été tenus à l’occasion de la visite du président sud soudanais en Chine, Salva Kiir.

Les autorités chinoises en ont profité pour appeler au calme et à la coopération entre les deux nations sœurs:

«Nous espérons que les deux pays vont parvenir à résoudre leur conflit par le dialogue et les consultations, en se gardant d'actes susceptibles d'aviver les tensions», a ajouté le représentant gouvernemental chinois.

La Chine endosse ainsi le rôle de médiateur de fait.

Salva Kiir s’est rendu à Pékin notamment pour inaugurer l’ambassade du Soudan du Sud, symbôle des relations diplomatiques que ces deux pays souhaitent entretenir.

Traditionnel allié et partenaire économique du Soudan qu’elle aide à exporter son pétrole, la Chine est à présent un client du jeune Etat du sud, indépendant depuis juillet 2011. Celui-ci dispose de l’essentiel des gisements pétroliers sur son territoire.

Le pouvoir de Kharthoum (capital du Soudan) et de Juba (capitale du Soudan du Sud) se livrent à des affrontements depuis quelques jours. Au centre du conflit, la gestion des ressources pétrolières.  

Selon des sources officielles, l'aviation soudanaise a bombardé dans la nuit du 23 au 24 avril plusieurs régions pétrolifères frontalières du Soudan du Sud. 

Ceci dit, Khartoum dément toute frappe aérienne à l’intérieur du territoire sud-soudanais et ce malgré les confirmations de l'ONU et de journalistes.

Lu sur L’Express

A lire aussi

Soudans - La ville pétrolière de Heglig à nouveau aux mains de Khartoum

Soudans - 1.200 soldats sud-soudanais tués à Heglig

Soudan - Des bombardiers soudanais attaquent Bentiu, ville frontalière du Soudan du Sud

Soudan - Le président Omar el-Béchir veut conquérir le Soudan du Sud

Les deux Soudan vont-ils de nouveau rentrer en guerre?

Et si la Chine aidait vraiment l'Afrique

Pourquoi le Soudan du Sud est un allié stratégique d'Israël

Lieve Joris brise les clichés entre l'Afrique et la Chine