SlateAfrique

mis à jour le

Nigeria - Qui a volé les six milliards de dollars de subventions?

Le parlement du Nigeria vient de faire une révélation sur le pétrole.

Il ne s’agit pas de nouveaux puits découverts et à exploiter mais d’un important puits creusé par la fraude qui a englouti 6 milliards de dollars.

En étudiant un rapport de quelque 205 pages concernant la gestion des subventions de carburant du pays ces deux dernières années, les députés nigérians ont fait cette fabuleuse découverte.

Sur un montant annuel de 8 milliards de dollars de subvention, 3 milliards ont été ainsi engloutis chaque année, soit 6 sur les 16 milliards de dollars en deux ans.

Selon The African Business Journal:

«15 importateurs de carburant ont reçu plus de 300 millions de dollars il y a deux ans sans importer de carburant. Des marchands de pétrole et des fonctionnaires dans le gouvernement du président Goodluck Jonathan sont également soupçonnés d’être parmi ceux qui ont bénéficié du fonds de subvention. Un certain nombre d’entre eux ont fait des campagnes de publicité dans les journaux locaux en proclamant leur innocence».

Bien que grand producteur de pétrole, le Nigeria ne dispose toujours pas d’infrastructures pour le raffiner sur place et ne l’exporte qu’à l’état brut. Un paradoxe qui arrange bien les affaires de certains.

Il y a quelques mois, des émeutes contre la suppression des subventions sur le carburant à la pompe avaient éclaté dans le pays au point de contraindre le gouvernement à faire machine arrière.

Le correspondant de la BBC News dans le pays constate d’ailleurs à ce propos que:

«beaucoup de Nigérians étaient livides quand leur gouvernement leur avait dit que la subvention du pétrole était insoutenable pour seulement découvrir maintenant le degré de fraude dans la gestion du fonds».

Au Nigeria, les généraux et les hommes politiques au pouvoir ont souvent fait fort bon ménage autour des transactions sur le pétrole avec son corollaire de corruption.

Et le dicton est bien connu dans le pays:

«la corruption, c’est la seule guerre que l’armée du Nigeria ne peut remporter».

La stabilité au sommet de l’Etat et l’équilibre sociopolitique a longtemps reposé sur ce lucratif trafic. Le pétrole nigérian se retrouve ainsi par des circuits informels en vente dans tous les pays d’Afrique de l’ouest.

A telle enseigne que les trafiquants et les revendeurs ont formé dans nombre de pays de puissants lobbys avec les pouvoirs politiques sont obligés de compter.

Le président Boni Yayi du Bénin dont le pays vit largement de l’essence du Nigeria dite «Kpayo» (essence frelatée) en a fait l’amère expérience quand il a voulu supprimer la vente dangereuse des produits pétroliers sur les trottoirs.

Il a dû y renoncer rapidement face à la pression de la corporation des trafiquants et vendeurs d’essence en provenance du Nigeria. Comme quoi, il y a plusieurs nébuleuses autour du pétrole du Nigeria.

Lu sur The African Business Journal, BBC News

A lire aussi

Nigeria - Le procès anti-corruption qui fait tomber le roi du pétrole

Le Top 10 des Africains les plus riches en 2012