SlateAfrique

mis à jour le

Le président de Taïwan défie les chefs d'Etat africains au concours de pompes (VIDEO)

En visite en Afrique, le président de Taïwan Ma Ying-jeou, 61 ans, soigne ses relations mais aussi sa forme.

Face à l’ogre de Pékin, la tournée africaine du Petit Poucet taïwanais s’est limitée à trois des quatre seuls pays du continent qui ont noué des relations diplomatiques avec la République de Chine: le Burkina Faso, la Gambie et le SwazilandSao-Tomé et Principe est le quatrième Etat africain ami de Taïwan—.

Cette visite d’une douzaine de jours s'était fixée des objectifs claires selon le ministère taïwanais des Affaires étrangères: «renforcer les relations diplomatiques, approfondir la coopération bilatérale et passer en revue les différents projets communs dans les domaines de la médecine, de l’agriculture, du développement des infrastructures et de l’enseignement professionnel», rapporte le China Post. Une diplomatie taïwanaise qui s'appuie aussi sur le chéquier.

Mais ce que les médias ont retenu des pérégrinations africaines du président Ma, c'est sa passion du sport et de la compétition. 

Pendant ses trois jours passés au Swaziland, dernière monarchie absolue d'Afrique, le président Ma a affiché une grande complicité avec son hôte le roi Mswati III.

Outre les discussions bilatérales, les deux dirigeants ont fait des séries de pompes:  40 chacun, même si le président Ma aurait confié à Mswati III en faire d’habitude 70 d’affilée.

Les deux hommes se sont ensuite retrouvés sur un stade pour une séance de jogging, dix tours à un rythme soutenu, rapporte le Times of Swaziland.

En Gambie, c’est avec le président Yaya Jammeh que Ma Ying-jeou s’est mesuré.

La compétition de pompes fut plutôt relevé comme le montre la vidéo, où l’on voit les deux présidents tout de blanc vétus [sur la vidéo à partir de 1mn27]. Yaya Jammeh fait preuve d’une incontestable vigueur physique mais le concours s’est officiellement terminé par un match nul.

Il fallait sans doute une autre épreuve pour départager les deux compétiteurs présidentiels. Une séance de tirs aux buts de football fut organisée. Le président Ma est connu pour son aptitude en football qu’il pratiqua dans sa jeunesse, et dont il tira le surnom de «Pied Courageux».

C’est l’équipe de Taïwan qui a remporté le concours de pénalty. Outre les présidents, les deux formations comprenaient plusieurs ministres et hauts responsables.

Reste que si le sport est devenu la marque de fabrique du président taïwanais en Afrique, elle n’est pas du goût de tous d'après Focus Taïwan.

A Taïwan, l’opposition dénonce cette «diplomatie de l’aérobic» qui «ternit l'image» du pays et qualifie la visite du président taïwanais en Afrique de «cirque diplomatique».

Lu sur China Post, Times of Swaziland, Focus Taïwan

A lire aussi

Grand monsieur docteur Yahya Jammeh, guérisseur gambien

Swaziland - Mswati III, ce roi qui aimait trop les vaches

Et si la Chine aidait vraiment l'Afrique

Madagascar - Le retour en grande pompe de Ratsiraka