mis à jour le

Marine Le Pen le 24 mars 2012 à Henin-Beaumont (Nord de la France). REUTERS/Pascal Rossignol
Marine Le Pen le 24 mars 2012 à Henin-Beaumont (Nord de la France). REUTERS/Pascal Rossignol

Vu du Bénin: Marine Le Pen ira encore beaucoup plus loin

Vu de Cotonou, le 22 avril 2012 n’est qu’un début. Marine Le Pen ira beaucoup plus loin et plus haut.

Mise à jour du 6 juillet 2012: Jean-Marie Le Pen a déclaré au journal britannique le Times que sa fille était «une petite bourgeoise». A ses yeux, son succès s’expliquerait par le fait qu’elle soit «une femme». Fidèle à ses habitudes, l’ancien leader du FN, 84 ans, a dénoncé les «vagues déferlantes» d’immigrés clandestins en France, qui ne tarderait pas à transformer, selon lui, les Européens en «esclaves des radicaux islamistes».

*****

Le premier tour de la présidentielle française qui a eu lieu le 22 avril dernier a officiellement désigné François Hollande du Parti socialiste (PS) et le président sortant Nicolas Sarkozy de l’Union pour un mouvement populaire (UMP) pour le second tour. Le premier a obtenu 28,18% contre 27,63% pour le second. Mais c’est moins le résultat des deux premiers que celui de Marine Le Pen du Front national (FN) qui mérite le plus d’attention.

Profond malaise dû à la crise économique

A y regarder de près, la candidate du FN pourrait crier victoire. Marine Le Pen pourrait se targuer d’avoir réussi une percée sans précédent. Avec ses 18%, elle a mis le parti qu’elle a hérité de son père Jean-Marie Le Pen sur orbite en battant même son ancien record qui était de 16%. Toutes proportions gardées, elle est la «gagnante» de ce premier tour de la présidentielle française à l’analyse des différentes candidatures et des résultats. Au point de déjouer tous les sondages qui lui donnaient autour de 15%.

Le score de Marine Le Pen est sans doute révélateur de l’état d’esprit actuel de la société française. Il traduit un profond malaise dû à la crise économique qui secoue la France et toute l’Europe en général. Mais aussi à une désaffection vis-à-vis des hommes politiques issus des partis politiques qui ont jusque-là dirigé le pays. Quelles que soient les raisons pour lesquelles beaucoup de Français ont accordé leurs suffrages en faveur de Marine Le Pen, cela reste un indicateur de la tendance des Français à se détourner des grands partis traditionnels.

La crise économique seule ne suffit certainement pas à expliquer la montée en puissance du FN. Il y a aussi la crise de l’engagement en faveur des valeurs de la République et de l’éthique en politique. Au-delà du fait que nombre de Français se reconnaissent de moins en moins à travers les traditionnels partis de gauche ou de droite qui se sont succédé au pouvoir, il y a le nouveau visage du FN qui attire. Même si Marine Le Pen n’a guère changé l’antienne du parti, le désarroi des Français a créé une forte tentation de l’extrême droite.

Il est bien connu que les grandes crises économiques ou politiques font toujours le jeu des extrémismes. Mais de là à voir des citoyens  français se laisser attirer lentement mais sûrement vers le FN, il y a de quoi se poser beaucoup de questions quant à l’avenir. Car, avec le résultat obtenu à la présidentielle en 2012, il ne sera guère surprenant de voir Marine Le Pen au second tour en 2017.

Le FN a beau changé de visage

En tout cas, la gestion des affaires de l’Etat dans les cinq prochaines années sera déterminante dans le virage politique que pourrait prendre la France. Les grands partis comme l’UMP et le PS auront forcément une grande responsabilité face à cette situation. Qu’importe celui qui l’emportera au second tour. Marine Le Pen, quant à elle, a encore aux yeux des Français l’avantage de n’avoir jamais géré le pays. Un avantage à faire valoir si les affaires de l’Etat tournaient mal. Face aux intérêts des Français, elle sait en outre leur donner l’impression d’être plus Française que les autres hommes politiques français. Ce qui n’a pas l’heur de déplaire à un nombre de plus en plus croissant d’électeurs.

Le FN a beau changé de visage pour s’appeler Marine Le Pen, il restera toujours associé au racisme et à la stigmatisation aveugle des étrangers pour beaucoup d’Africains. D’autant plus que ses discours laissent croire que tous les Africains rêvent d’être en France et que vont bientôt déferler sur la «douce France» des hordes d’immigrés venus d’Afrique. Ce qui est loin d’être vrai, mais ça marche au compteur des électeurs. Les Français l’ont prouvé le 22 avril dernier. Et c’est là le plus inquiétant.

«L’immigration et le racisme sont devenus l’opium des Français»

Autant les Béninois sont rares dans l’immigration clandestine en Europe, autant ils ont du mal à comprendre l’utilisation politicienne que certains acteurs comme Marine Le Pen font d’une telle thématique dans le débat national. En reprenant le flambeau du parti à la suite de son père, elle a bien pris soin donc de ne pas s’aliéner l’un de ses meilleurs fonds de commerce.

Et Albert Kouagou, un enseignant qui se passionne pour la présidentielle française de déclarer: «l’immigration et le racisme sont devenus l’opium des Français dont use et abuse le Front national pour les endormir ou les anesthésier. Tout comme si c’était les étrangers qui avaient fait que la France soit en crise aujourd’hui. Quel boulot un Africain peut-il occuper en France! Le jour où la France confiera son destin au Front national, elle se réveillera le lendemain avec l’amère désillusion des discours lénifiants».

Marine Le Pen devra encore patienter au moins cinq longues années avant de prétendre disputer un second tour. Tout au plus, elle peut espérer jouer d’ores et déjà les faiseurs de rois entre les deux candidats arrivés en tête. Les Béninois qui suivent de près le débat politique en France pensent que Marine Le Pen choisira de faire basculer son électorat en faveur de Nicolas Sarkozy. L’union sacrée de la droite oblige.

La droite, qu’elle soit libérale, modérée ou extrême, n’a pas la cote auprès de l’opinion publique au Bénin et plus généralement en Afrique. Elle est considérée comme proche et voire complice des intérêts de l’élite politique dirigeante. Ainsi, Nicolas Sarkozy est considéré comme le parrain du président Boni Yayi dont la réélection on ne peut plus contestée en mars 2011 a rebuté plus d’un Béninois. A l’opposé, la gauche qui dispose d’un important réseau d’amitiés en Afrique à travers les partis de gauche est jugée souvent plus attentive aux préoccupations et aux intérêts des peuples.

En fait, ils sont légion les Béninois et même les Africains à ne pas avoir digéré la délivrance par Boni Yayi d’un passeport diplomatique béninois à Bruce Hortefeux. Proche de Nicolas Sarkozy, il n’a jamais été des plus tendres avec les immigrés africains en tant que ministre de l’Immigration. Ce qui avait fait dire à l’époque au directeur du journal Le Matinal, Charles Toko: «Brice Hortefeux ne devrait pas détenir un passeport africain».

Les Africains ont bien des raisons d’appeler de tous leurs voeux la victoire de François Hollande. Non pas parce que son élection changera quelque chose à la politique française en matière d’immigration. Loin s’en faut. Mais parce que les personnalités de la gauche au pouvoir seraient sûrement moins arrogantes et paternalistes que celles de la droite qui ont dirigé la France ces cinq dernières années. Cela ne reste que des vœux pour les Béninois, et il appartiendra toujours aux Français de décider du camp auquel ils voudraient confier le destin de la France. Y compris demain au Front national, peut-être. Le 22 avril 2012 n’est qu’un début, Marine Le Pen a-t-elle déjà averti.

Marcus Boni Teiga

A lire aussi

A lire aussi

Vu du Maroc: la victoire de Hollande fait consensus

La Hollande mène devant la Hongrie

Vu du Burkina Faso: un premier tour digne d'une demi-finale de foot

Les Burkinabè votent Hollande

Au Maghreb, on penche pour Hollande

Pourquoi Marine Le Pen fait peur aux Africains

L'Afrique ne peut rester indifférente à la présidentielle

Pour qui votent les Franco-Ivoiriens?

Les Français hors d'Afrique

Retrouvez aussi notre dossier La course à l'Elysée

Marcus Boni Teiga

Ancien directeur de l'hebdomadaire Le Bénin Aujourd'hui, Marcus Boni Teiga a été grand reporter à La Gazette du Golfe à Cotonou et travaille actuellement en freelance. Il a publié de nombreux ouvrages. Il est co-auteur du blog Echos du Bénin sur Slate Afrique.

Ses derniers articles: Lettre à mon cousin Barack  A-t-on vraiment voulu tuer Boni Yayi?  Il faut privilégier les Bleus évoluant en France 

François Hollande

Boulette

L'Egypte a massacré La Marseillaise devant François Hollande, et c'est un peu une spécialité

L'Egypte a massacré La Marseillaise devant François Hollande, et c'est un peu une spécialité

Guerre d'Algérie

La France est toujours dans le déni de son très lourd passé colonial en Algérie

La France est toujours dans le déni de son très lourd passé colonial en Algérie

Influence

La nouvelle ministre de la Culture française est la fille du conseiller de Mohammed VI

La nouvelle ministre de la Culture française est la fille du conseiller de Mohammed VI

Front national

Ebola

Ebola: Marine Le Pen réclame l'arrêt des vols Air France

Ebola: Marine Le Pen réclame l'arrêt des vols Air France

Immigration

Imaginons que tous les immigrés quittent la France

Imaginons que tous les immigrés quittent la France

Extremisme

Les racistes sont-ils plus décomplexés?

Les racistes sont-ils plus décomplexés?

Marine Le Pen

Dédiabolisation?

Le racisme ordinaire du Front national sur Internet

Le racisme ordinaire du Front national sur Internet

Alibi

Marine Le Pen et ses petits Beurs

Marine Le Pen et ses petits Beurs

Vu d'Algérie

Gérard Longuet a réinventé le FLN

Gérard Longuet a réinventé le FLN