SlateAfrique

mis à jour le

Libye - Une loi interdit les partis fondés sur la religion

Le Conseil national de transition, au pouvoir en Libye, a adopté mardi 24 avril au soir une loi sur les partis, la première du genre depuis 1964, interdisant notamment les formations politiques fondées sur des considérations religieuses ou tribales, ont indiqué à l'AFP des membres du CNT.

"Une condition essentielle (pour la formation des partis) est qu'ils ne doivent pas être fondés sur des considérations régionales, tribales ou religieuses, qu'ils ne soient pas le prolongement de partis à l'étranger et qu'ils ne soient pas financés par l'étranger", a déclaré un membre du conseil Moustapha Landi.

Selon un autre membre du CNT, Fathi Baaja, cette loi ne vise pas les islamistes modérés, mais exclut les islamistes radicaux qui "suivent une politique d'exclusion des autres".

La loi adoptée exige un minimum de 250 membres fondateurs pour chaque parti créé et une centaine de membres pour toute autre "entité politique", a-t-il ajouté sans autre précision.

Le 11 avril, la Commission électorale en Libye avait appelé à l'adoption au plus vite de la loi sur la formation des partis politiques afin que les élections de l'Assemblée constituante prévues en juin, puissent avoir lieu dans les temps.

Pendant les décennies du règne de Mouammar Kadhafi, renversé et tué en octobre dernier, tout type d'organisation à but politique était banni en Libye.

Aucune loi ne régissait la création des partis politiques dans la nouvelle Libye, mais les nouvelles formations se multiplient depuis la chute de Kadhafi dans le but de participer à l'élection de l'Assemblée constituante.

Le CNT avait toutefois abrogé début janvier une loi criminalisant depuis 1972 toute organisation politique, imposée par l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi.

Depuis le début du Printemps arabe, les islamistes ont été les grands vainqueurs des élections, en particulier en Tunisie et en Egypte, les deux pays méditerranéens qui encadrent la Libye, où un résultat similaire est attendu en juin lors de l'élection d'une assemblée constituante.

Les Frères musulmans libyens qui représentent la principale force politique jusqu'ici avaient annoncé leur intention de ne pas participer directement à la vie politique en Libye et d'axer leurs activités sur le social, appelant toutefois leurs membres à créer des partis.

Ainsi, un représentant de la Confrérie avait été élu début mars à la tête du Parti de la Justice et de la construction prônant un "islam modéré".

Lu sur AFP

A lire aussi

Libye, un an après: à Misrata, la guerre n'est pas finie

Libye, un an après: L'homme fort de Tripoli, c'est lui

La mort du roi Kadhafi divise les Africains

Abdelhakim Belhadj, le nouveau maître de Tripoli

Les secrets de la victoire occidentale