SlateAfrique

mis à jour le

L'Europe accusée de discriminer ses musulmans

Les gouvernements européens doivent légiférer des textes permettant de combattre la discrimination multiforme contre les musulmans en Europe, préconise Amnesty International dans un nouveau rapport publié le 24 avril.

Le rapport donne aux gouvernants européens une grande responsabilité pour lutter contre la discrimination dont les musulmans sont victimes sur le marché du travail, dans les écoles, dans les universités, et dans la pratique de leurs cultes.

 «Interdire le port de signes ou de vêtements religieux ou culturels n’est pas un acte discriminatoire si cette restriction est justifiée par des raisons objectives, comme la sécurité ou la santé publique, mais l’interdiction doit être proportionnée au but recherché», peut-on lire dans le rapport.

«On a été sûrement témoin, pendant la dernière décennie, d’une montée des stéréotypes et des préjugés contre les musulmans en Europe. Ces préjugés ont parfois été soutenus par certains gouvernements ou certains élus, certains médias et certaines parties de la population. Soyons clairs: on a le droit de critiquer les pratiques culturelles et religieuses car cela est assuré par le droit à la liberté d’expression. Mais ces critiques ne peuvent pas déboucher sur la violation des droits humains des membres d’une certaine religion», déclare Marco Perolini, chercheur sur la discrimination en Europe au secrétariat international d’Amnesty International

Concernant les lieux de cultes, la position du chercheur est claire: si les lieux de cultes sont aux normes de sécurité, les autorités ne peuvent pas s’y opposer.

«La sécurité publique est en théorie un des motifs légitimes selon le droit international pour restreindre les droits à la liberté d’expression et de religion ou de croyance», confie Marco Perolini au quotidien algérien El Watan.

Au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle française du 22 avril, ce rapport tombe comme un avertissement aux tentations xénophobes. Le Front national est arrivé en troisième position et se place comme une force qui compte dans le paysage politique français.

Lu sur Amnesty International, El Watan

A lire aussi

Vu d'Algérie: Incontournable Marine Le Pen

C'en est fini la «douce France»

Pourquoi Marine Le Pen fait peur aux Africains

L'Afrique ne peut rester indifférente à la présidentielle

Pour qui votent les Franco-Ivoiriens?

Les Français hors d'Afrique