SlateAfrique

mis à jour le

Ouganda - Des opposantes manifestent en soutien-gorge contre la police (VIDEO)

«Comment est-ce que vous vous sentiriez si on vous pressait les couilles?»

Un groupe d’opposantes ougandaises ont manifesté crument leur colère contre des policiers à Kampala, la capitale d’Ouganda

Elles n'ont pas hésité à enlever leur chemise et protester en soutien-gorge en direction du commissariat principal de la capitale le 23 avril.

Et pour cause,  trois jours auparavant, des policiers avaient interpellé avec une brutalité révoltante une dirigeante de l’opposition, raconte le quotidien ougandais Daily Monitor:

Sur des images diffusées à la télévision ougandaise et qui ont fait le tour du monde, on voit un policier saisir par un sein l'une des responsables du Forum pour le changement démocratique, Ingrid Turinawe, pour la faire sortir de sa voiture et l'arrêter, lors d'une tentative de manifestation de l'opposition.

A la suite de la diffusion de ses images, la police s'est trouvée sous le feu des critiques, souligne le Daily Monitor qui précise que des femmes et des défenseurs des droits de l’homme ont exigé des forces de police qu’elles présentent leurs excuses.

L'organisatrice de la manifestation des opposantes, Barbara Allimadi, a expliqué  leurs intentions:

«Nous avons voulu montrer que nous ne tolèrerions pas ce comportement».

«Nous voulions demander à la police si elle est là pour faire son travail ou pour pincer les seins», a-t-elle ajouté, précisant que les six personnes arrêtées avaient été depuis libérées.

Selon la BBC, depuis la réélection controversée du président Yoweri Museveni, plusieurs manifestations d'opposition se sont terminées par des violences et des arrestations. 

Le chef adjoint de la police Andrew Kaweesa s'est excusé, déclarant qu’une enquête est ouverte sur l’arrestation d'Ingrid Turinawe.

Reste que six opposantes politiques ougandaises ont été brièvement détenues lundi 23 avril à Kampala après la manifestation.

Lu sur Daily Monitor, YouTube, BBC

A lire aussi

Le rap du président-candidat Museveni

Museveni, lendemain de fête difficile

La marche, nouvelle arme contre Museveni