mis à jour le

La candidate du Front national Marine Le Pen le 17 avril 2012. Reuters/Charles Platiau
La candidate du Front national Marine Le Pen le 17 avril 2012. Reuters/Charles Platiau

Vu d'Algérie: Marine Le Pen est incontournable

Avec 18% des voix, l’élève dépasse le maître. Réactions de la presse maghrébine au lendemain du premier tour de l'élection présidentielle.

«A voté», ont entendu des millions de Français qui ont pris le chemin des urnes pour le premier tour de l’élection présidentielle ce dimanche 22 avril.

Mais tous n’ont pas pu mettre leur enveloppe dans l’urne. Le site marocain Yabiladi relaie l’histoire d’une Française expatriée au Maroc qui n’a pu voter.

«Le Consulat de France m’a volé mon droit de vote», témoigne la jeune femme.  Comme de nombreux Français résidant à l’étranger, cette Franco-marocaine n’a pas été inscrite sur les listes électorales.

«Je suis hors de moi. Cela fait 5 ans que j’attends de pouvoir utiliser mon vote afin de voter contre Nicolas Sarkozy qui n’a su tenir qu’un discours stigmatisant à l’égard des Musulmans et des immigrés et qui n’a que fait remonter les Français les uns contre les autres. Et aujourd’hui, on me vole le droit de pouvoir m’exprimer dans les urnes», assène la jeune femme.

Heureusement, des millions de Français ont pu exprimer leurs choix. Avec un taux de participation de 80%, la cuvée 2012 n’égale pas la mobilisation de 2007 mais équivaut à la participation des élections présidentielles de 1988 et 1981.

Hollande, le candidat du Maghreb

De l’autre côté de la Méditerranée, on retient d’abord la victoire de François Hollande. Le journaliste Akram Belkaïd se rappelle que les Français du Maghreb avaient déjà plébiscité la gauche en 2007.

«C’est en Algérie que le rejet de Nicolas Sarkozy avait été le plus flagrant, puisque la candidate socialiste y avait raflé 80,5% des suffrages contre 19,5% pour le futur président», écrit Akram Belkaïd.

Cinq ans plus tard, le rejet de Nicolas Sarkozy est l’un des enseignements du premier tour de l’élection présidentielle. Avec 28,8 %, le candidat socialiste est arrivé en tête.

«François Hollande confiant dans sa capacité à remporter l’élection présidentielle», titre la chaîne qatarie Al-Jazeera quand le quotidien arabophone publié à Londres, Al-Hayat, évoque «l’optimisme dans les rangs du socialiste» face au «pessimisme chez les partisans de Nicolas Sarkozy».

Le candidat sortant n’a obtenu que 26,1% des voix.  Au regard de ces résultats, le quotidien francophone El Watan se demande si il est permis d'espérer un changement à la tête de l'Etat français..

«Les électeurs français vont-ils pouvoir tourner la page de la France à deux vitesses, des clivages et de l’arrogance?»

Sarkozy dégage?

Nicolas Sarkozy peut-il encore gagner? s'interroge le quotidien Liberté. Depuis plusieurs semaines, ce scrutin s’apparente davantage à un référendum pour ou contre Nicolas Sarkozy, observe le quotidien algérien, avant de préciser que rien n’est joué à deux semaines du second tour de l’élection présidentielle. Prudence.

Car il «reste le coup inattendu d'entre les deux tours, l'événement non prévisible… Tout est toujours possible en politique», écrit le journaliste algérien.

Le magazine tunisien Kapitalis pose la véritable équation du second tour:

«Sarkozy ne pourra être élu sans le report des voix du Front National. Va-t-il faire donc solennellement appel aux électeurs de ce parti? Pourra-t-il aller plus loin en liant une alliance avec la présidente du Front National, un parti qui a considérablement été dé-diabolisé ces dernières années».

Pour le quotidien algérien l’Horizon, la vraisemblance veut que Sarkozy quitte le palais de l’Elysée le 6 mai prochain. Marine Le Pen n’est pas propriétaire de ses voix. «Le président le plus impopulaire, «dégagera» de l’Elysée le mois prochain», affirme l’Horizon.

Mais la véritable surprise de ce scrutin fut le score de Jean-Luc Mélenchon, crédité à 17 % d’intentions de vote à quelques semaines du premier tour. Celui qu’on  appelait le troisième homme n’obtient finalement que la quatrième place du podium. Celui, que le quotidien d’Oran surnommait le candidat des musulmans a été dépassé par la candidate frontiste.

Tout le monde sait qu'il n'existe pas de «vote musulman» en France, mais «le laïcard Jean-Luc Mélenchon apparaît clairement comme celui qui ne développe pas de discours agressif contre les musulmans, agressivité qu'il réserve à la droite et à l'extrême droite», note le quotidien d’Oran avant d’ajouter que «cette préférence pour Mélenchon peut être lue comme une réaction de rejet à la campagne outrageusement antimusulmane de Nicolas Sarkozy qui a cédé à la thématique de l'extrême droite en faisait du «halal» un sujet majeur.»

«Le vote musulman n'existe pas mais les islamophobes et les démagogues de France et d'ailleurs vont finir par en créer la nécessité et le forcer à se cristalliser», prédit le quotidien algérien.

Marine dépasse Jean Marie

Et la victoire de Marine Le Pen ne fait que conforter cette position. Avec 18% des voix, l’élève dépasse le maître. La fille fait mieux que son père. En 2002 Jean Marie Le Pen avait créé la surprise en se hissant au second tour de l’élection présidentielle. En 2012, près d'un électeur sur cinq a voté Marine Le Pen, ce qui donne à la candidate de l’extrême droite une position d’arbitre et de force d’opposition de taille dans les années à venir, notamment pour les prochaines élections législatives. Une donnée qui n’échappe pas à la presse algérienne qui table sur un second tour «à droite toute».

«Marine Le Pen s’impose comme la force d’opposition qu’il faudra affronter et avec laquelle il faudra compter», écrit l’éditorialiste d’El Watan.

«Nicolas Sarkozy a beau avoir repris les thèmes de l'extrême droite, il n'est pas arrivé à réduire la dimension du Front national tout en s'aliénant l'électorat du centre», observe le quotidien d’Oran.

Il faut donc s’attendre au retour des thèmes de prédilection de l’extrême droite: l’immigration, la sécurité et pourquoi pas le halal.

Notons toutefois qu’en Algérie, un autre scrutin préoccupe, celui des élections législatives prévues le 10 mai prochain. Au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle française, de nombreux éditorialistes préfèrent se pencher sur la campagne des législatives en cours en Algérie. De l’autre côté de la Méditerranée, on craint un taux d’abstention équivalent à notre taux de participation, soit environ 80%.  

A cela s’ajoute le désintérêt de nombreux Algériens pour ce scrutin. Pour l’éditorialiste du quotidien Liberté, le fort taux d'abstention serait imputable aux responsables politiques qui paradent sans susciter de débats constructifs pour améliorer la vie des Algériens.

«À moins que ce ne soit une stratégie réfléchie, la première semaine de la campagne laisse révéler une terrible monotonie dans les discours des chefs de parti lors des sorties sur le terrain. Les thèmes abordés se ressemblent et on a cette impression du copier-coller d'un parti à un autre», juge l’éditorialiste.

Nadéra Bouazza

A lire aussi

Vu du Maroc: la victoire de Hollande fait consensus

La Hollande mène devant la Hongrie

Vu du Burkina Faso: un premier tour digne d'une demi-finale de foot

Les Burkinabè votent Hollande

Au Maghreb, on penche pour Hollande

Pourquoi Marine Le Pen fait peur aux Africains

L'Afrique ne peut rester indifférente à la présidentielle

Pour qui votent les Franco-Ivoiriens?

Les Français hors d'Afrique

Retrouvez aussi notre dossier La course à l'Elysée

Nadéra Bouazza

Nadéra Bouazza. Journaliste à Slate Afrique

Ses derniers articles: Dessine-moi un immigré  Une (re)naissance dans la douleur  Pourquoi l'Egypte n'aurait pas dû briser les sit-in pro-Morsi 

Akram Belkaïd

Tunisie

Rien n'est perdu pour la Tunisie

Rien n'est perdu pour la Tunisie

France-Algérie

Hollande en terrain conquis

Hollande en terrain conquis

Vu d'Oran

Le jour où j'ai été trompé par les informaticiens

Le jour où j'ai été trompé par les informaticiens

El Watan

Nés sous X

Nés sous X: une Algérienne brise le silence

Nés sous X: une Algérienne brise le silence

Paroles d'Algériens

Bouteflika manque aux Algériens, mais pas comme on croit

Bouteflika manque aux Algériens, mais pas comme on croit

Voyage...Voyage!

Petites astuces pour des vacances au bled pas chères

Petites astuces pour des vacances au bled pas chères

Jean-Luc Mélenchon

Présidentielle française

Les Burkinabè votent Hollande

Les Burkinabè votent Hollande

Elysée 2012

Pour qui voteraient les immigrés africains

Pour qui voteraient les immigrés africains

Vu du Maroc

Mélenchon, le Marocain

Mélenchon, le Marocain