mis à jour le

© Damien Glez, tous droits réservés.
© Damien Glez, tous droits réservés.

Vu du Burkina Faso: un premier tour digne d'une demi-finale de foot

Au Faso, Français et Burkinabè regardent les résultats du premier tour de la présidentielle française comme on suit un match de football du championnat européen. Entre olives et convictions.

Ouagadougou, 22 avril. 17h40. Les résultats approximatifs du premier tour de la présidentielle française sont sur le point d’être proclamés.

Non, les médias africains ne profanent pas la loi française qui interdit formellement de diffuser la moindre estimation avant 20 heures. Simple effet du décalage horaire: il est presque 20h à Paris. 18 à Ouaga.

Excités comme avant la diffusion d’une demi-finale de football, des expatriés français ont commencé, depuis une heure déjà, à grignoter fébrilement des tranches de saucisson achetées à prix d’or dans un supermarché syro-libanais.

Ils se sont succédés, depuis 8 heures du matin, au bureau de vote de l’Ambassade de France, sous les caméras de la Radio Télédiffusion du Burkina.

Ce soir, ils ne veulent pas rater une miette du suspense télévisuel.

Pour l’occasion, ils ont invité l’ami burkinabè, comme pour le prendre à témoin. L’autochtone, prudent dans ses commentaires, savoure le spectacle franchouillard avec un léger sourire. Il essaie de deviner les opinions de ceux qui n’ont pas affiché leur vote…

Tourner la page Sarkozy

Quelques jours plus tôt, chaque Français inscrit sur les listes électorales consulaires avait reçu les déclarations des candidats par voie postale.

Par voie électronique, il avait téléchargé les professions de foi et les appels de proches des candidats. Même les plus mal formulés: «tourner, avec Nicolas Sarkozy, la page de la division et de l’incompétence». Ce n’est pas l’UMP qui invitait à tourner une page “à l’unisson” du président sortant, mais le représentant du Parti socialiste qui suggérait de “tourner” Sarkozy en même temps que la page de son règne. Confus.

17h50. Les enclaves gauloises ne sont pas les seules connectées aux soirées électorales télévisuelles. Les Burkinabè les plus fortunés sont abonnés à un bouquet de chaînes internationales, avec une petite préférence pour le ton bling bling de TF1. Il y a des «cerveaux disponibles» sur tous les continents.

D’autres n’ont accès qu’à la chaîne gratuite TV5, pour peu qu’ils aient pu planter, sur l’une de leurs tôles, l’antenne idoine, même de contrefaçon.

D’autres, enfin, ont l’oreille collée à un poste radio de fortune, branché sur Radio France internationale. Pour les images, il leur faudra attendre le journal télévisé de 20 heures sur les antennes de la RTB.

Les Burkinabés votent Hollande

Enthousiaste, on suit cette phase finale de la campagne du premier tour comme un match de football. Premier tour, mi-temps, scores, finale, chronomètre, favori, challenger, duplex, triplex… Tout y est.

Majoritairement, les Burkinabè semblent espérer la victoire de la gauche. Mais quels que puissent être les résultats, qui impacteront peu le quotidien du Faso, c’est le spectacle qui domine à cette heure.

17h59…

18h. Les résultats tombent. François Hollande et Nicolas Sarkozy sont qualifiés pour la finale du “derby”, avec, respectivement, 28,4 et 25,5% des suffrages exprimés.

Comme dans les soirées de foot, il y a les supporters émotifs. Prostré, un mélenchoniste, plus impressionné par la verve du candidat du Front de gauche que convaincu par son programme qu’il connaît peu, encaisse en silence la troisième place «confortable» de Marine Le Pen.

Comme dans les soirées de foot, il y a de la mauvaise foi:

«Je te l’avais dit que Sarko n’avait pas dit son dernier mot. Hollande est en tête, mais il faut attendre de voir le débat d’entre deux tours. Hollande va se faire déchiqueter!», affirme celui qui soutient Sarko sans plus y croire.

Curieux mélange de fascination pour l’apparente virilité de Sarkozy et d’agacement profond pour son regard porté sur l’Afrique.

Comme dans les soirées de foot, il y a les experts. Un connaisseur sexagénaire fait un parallèle hasardeux avec l’élection de 1981:

«Bayrou va faire tomber le président sortant comme Chirac a fait tomber Giscard d’Estaing. Il faut prioritairement se méfier de ses anciens partenaires…»

«Hollande ne fait pas président»

Aussi distraite que lors des soirées de foot, la maîtresse de maison tente tout de même un commentaire, au moment où elle pose un ramequin d’arachide:

«Hollande, j’ai rien contre, mais il ne fait pas président.»

Rien à faire, la majorité des Burkinabè n’arrive pas à cerner le favori du second tour.

18h15. Les discussions, maintenant teintées de pronostics, sont encore virulentes dans «l’enclave» gauloise de la Zone du Bois. Les débats de la soirée burkinabo-burkinabè, eux, glissent vers une critique en creux des élections africaines.

«Le Blanc est trop fort», lance Moussa en indiquant le téléviseur,

«chez nous, il faut 72 heures pour avoir un début de résultat partiel. En France, les bureaux de vote ferment à 20h et les résultats sont pliés du tac au tac!».

«En tout cas, ça, c’est la vraie démocratie», renchérit son voisin de quartier devenu voisin de canapé.

Irrité, il se lève:

«en Afrique, on ne peut même pas débattre “chaud-chaud” sur les plateaux de télé. D’ailleurs, qui va s’amuser à annoncer que le président sortant est en ballottage? Qui est fou?».

Stoïque, Moussa lui cloue le bec:

«arrête de dénigrer ton continent. Le Sénégal qui a mis Wade en ballottage, c’est pas l’Afrique?».

Bouche bée, le voisin se rassied:

«Zappe… mets-nous une bonne telenovela brésilienne»

Damien Glez

A lire aussi

Au Maghreb, on penche pour Hollande

Pourquoi Marine Le Pen fait peur aux Africains

L'Afrique ne peut rester indifférente à la présidentielle

Pour qui votent les Franco-Ivoiriens?

Les Français hors d'Afrique

Retrouvez aussi notre dossier La course à l'Elysée

Damien Glez

Dessinateur burkinabé, il dirige le Journal du Jeudi, le plus connu des hebdomadaires satiriques d'Afrique de l'Ouest.

Ses derniers articles: L'Afrique oublie ses drames le temps des jeux  Treize produits halal à la douzaine  Chine, labo des faux médicaments en Afrique? 

François Hollande

Boulette

L'Egypte a massacré La Marseillaise devant François Hollande, et c'est un peu une spécialité

L'Egypte a massacré La Marseillaise devant François Hollande, et c'est un peu une spécialité

Guerre d'Algérie

La France est toujours dans le déni de son très lourd passé colonial en Algérie

La France est toujours dans le déni de son très lourd passé colonial en Algérie

Influence

La nouvelle ministre de la Culture française est la fille du conseiller de Mohammed VI

La nouvelle ministre de la Culture française est la fille du conseiller de Mohammed VI

Nicolas Sarkozy

Connivence

Nicolas Sarkozy passe des vacances royales au Maroc puis se prononce sur le Sahara Occidental

Nicolas Sarkozy passe des vacances royales au Maroc puis se prononce sur le Sahara Occidental

Questions

Financement libyen de Sarkozy: peut-on croire l'interprète de Kadhafi?

Financement libyen de Sarkozy: peut-on croire l'interprète de Kadhafi?

Enquête

Accusations d'un soutien financier libyen à Sarkozy: la justice va enquêter

Accusations d'un soutien financier libyen à Sarkozy: la justice va enquêter

présidentielle france

Législatives

Pourquoi les Franco-Algériens ne votent pas

Pourquoi les Franco-Algériens ne votent pas

Vu de Ouagadougou

SuperHollande est-il normal?

SuperHollande est-il normal?

Politique

Pourquoi tant de haine contre Christiane Taubira

Pourquoi tant de haine contre Christiane Taubira