SlateAfrique

mis à jour le

Vu d'Algérie - La grande inconnue du «troisième homme» de la présidentielle française

«Résultats sous peu de la présidentielle en #France: les Algériens retiennent leur souffle», écrit Hocine sur Twitter.

Les Français votent aujourd’hui pour le premier tour de l’élection présidentielle française. Un scrutin qui ne laisse pas les Algériens indifférents.

Le Quotidien d’Oran se demande si les sondages seront démentis ce dimanche 22 avril? Si ces sondages sont confirmés par les urnes «les Français commenceront, dès le premier tour, à indiquer la porte de sortie à l'hyper-président sortant, Nicolas Sarkozy», note le quotidien algérien.

Dès le premier tour, on assisterait donc au premier acte du «Dégage Sarkozy».

Mais c’est véritablement le deuxième tour qui sonnerait la fin de l’ère Sarkozy. Le quotidien algérien reste tout de même prudent car rien n’est encore joué. Les indécis et le taux d’abstentions peuvent faire basculer le scrutin d’un côté comme de l’autre. La prudence est de règle dans chaque camp. Même si les sondages ne lui sont pas favorables, Nicolas Sarkozy «proclame qu'il va démentir les sondages».

Toutefois la grande inconnue de ce premier tour demeure la troisième force, celle qui determinera en partie l’issue du second tour.

François Bayrou, ancien président de l'UDF, découvre un centre rétréci et risque de ne pas être le «troisième homme» de cette élection contrairement à 2007 où il avait obtenu 18,5%, observe le quotidien d’Oran.

Pour le quotidien, la troisième place se joue au final entre Marine Le Pen, candidat du Front National et «le très surprenant Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche)». Si surprise il y a, elle viendra toutefois de la gauche de la gauche.

«Les sondages sont d'ailleurs hésitants sur qui sera le 3ème candidat, Mélenchon ou Marine Le Pen. Certains sondages donnent une petite avance à la candidate d'extrême-droite. Mais la surprise, s'il y en a, pourrait venir d'un Jean-Luc Mélenchon qui aura été le phénomène le plus inattendu de cette campagne», conclut le journal.

Lu sur le Quotidien d'Oran

A lire aussi

Au Maghreb, on penche pour Hollande

L'Afrique ne peut rester indifférente à la présidentielle

Pour qui votent les Franco-Ivoiriens?

Les Français hors d'Afrique

Retrouvez aussi notre dossier La course à l'Elysée