mis à jour le

La France et le Sénégal signent un accord de partenariat à l'Elysée, 18 avril 2012 REUTERS/Benoit Tessier
La France et le Sénégal signent un accord de partenariat à l'Elysée, 18 avril 2012 REUTERS/Benoit Tessier

Sénégal: Macky Sall et ses amitiés françaises

La visite du président sénégalais à Paris a été fructueuse. Mais si Sarkozy n’est pas réélu, son successeur honorera t-il ses promesses envers le Sénégal?

Le tout nouveau président sénégalais, Macky Sall, était en visite officielle le 18 avril 2012 en France. Il a été reçu à l’Elysée par son homologue français Nicolas Sarkozy. C’est la deuxième visite à l’étranger du chef de l’Etat sénégalais depuis son élection le 25 mars dernier après celle effectuée chez son voisin gambien le week-end écoulé.

Les caisses de l’Etat étaient vides

Si à Banjul, il a été question de la rébellion casamançaise, les préoccupations étaient tout autres à Paris. En effet, depuis que cette dernière visite a été rendue publique, on savait aussi qu’il allait être question d’appui financier de la France au Sénégal, après que le nouveau pouvoir a dit avoir un besoin immédiat d’environ 200 milliards de francs CFA (300 millions d’euros) pour faire face à la crise énergétique et soutenir le monde rural.

Macky Sall est donc venu tendre la sébile pour renflouer les caisses de l’Etat qui se sont mystérieusement retrouvées vides au lendemain de sa victoire à l’élection présidentielle. Une situation inconfortable qu’il faudra d’ailleurs éclaircir plus tard car on n’est pas loin d’un pillage organisé des ressources publiques par le précédent régime. Ce dernier voudrait punir Macky Sall pour sa victoire à la présidentielle qu’il ne se serait pas pris autrement. Pour rester la tête hors de l’eau, il n’y avait pratiquement pas d’autre choix que de tendre la main à un partenaire stratégique et historique qu’est la France.

La France a été généreuse

L’ancienne métropole a été aussi réceptive au cri du cœur de son ancienne colonie. La visite de Macky Sall a été fructueuse. Car le chef de l’Etat sénégalais a annoncé lui-même à la presse, après son entretien avec Nicolas Sarkozy, que la France a octroyé au Sénégal une aide de 130 millions d’euros, soit 85 milliards de francs CFA. Sur ce montant, 50 millions d’euros, seront immédiatement débloqués.

Certes, c’est peu par rapport aux 200 milliards de F CFA demandés. Mais, c’est bon à prendre pour quelqu’un qui est dans le besoin. La visite de Paris valait bien la peine et ne pouvait donc pas attendre puisqu’elle intervient en pleine campagne électorale française. Le doute était permis que Macky Sall trouve une oreille attentive à ses sollicitations auprès d’un Nicolas Sarkozy qui remet son mandat en jeu pour l’élection présidentielle du 22 avril 2012. Forcément, il faut bousculer le président-candidat dans son programme de campagne. Il peut bien recevoir son homologue entre deux meetings juste pour l’écouter.

Mais le président élu tiendra-t-il ses engagements?

Mais, au regard de sa posture, il n’est pas évident qu’il puisse prendre des engagements sérieux. Certes, l’Etat est une continuité mais le président élu, si ce n’est pas celui qui était en place, peut bien ne pas se sentir lié par des engagements pris par son prédécesseur. En tout cas, les retombées de la visite de Macky Sall ont prouvé le contraire.

Elles donnent aussi raison à tous ceux qui soutiennent que la politique africaine de la France ne change pas fondamentalement quel que soit le locataire de l’Elysée. Dans le même ordre d’idées, Macky Sall n’avait rien à craindre en venant solliciter l’aide de Paris même à quatre jours de l’élection présidentielle. Bien au contraire! Sarkozy a beaucoup plus d’estime pour lui qu’il n’en avait pour Wade.

Séni Dabo (Le Pays)

A lire aussi

Sénégal - Lune de miel entre Dakar et Paris

Wade, un «ex» déjà très encombrant

Quand la France décorait Macky Sall

Sénégal - Qui a dévalisé le palais présidentiel?

Sénégal: le lourd héritage que Wade laisse à Sall

Séni Dabo

Journaliste au quotidien burkinabè Le Pays.

Ses derniers articles: Le deuxième putsch du capitaine Sanogo  Où va la RDC?  Karim Wade à quitte ou double 

coopération

AFP

Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants

Alger salue la coopération avec la Belgique sur les migrants

AFP

Le Sénégal et la France renforcent la coopération contre le "terrorisme"

Le Sénégal et la France renforcent la coopération contre le "terrorisme"

AFP

Les Parlements tunisien et français scellent un accord de coopération

Les Parlements tunisien et français scellent un accord de coopération

Françafrique

Françafrique

En interférant dans l'élection gabonaise, la France agit en puissance coloniale

En interférant dans l'élection gabonaise, la France agit en puissance coloniale

Quiz

[QUIZ] François Hollande a t-il vraiment rompu avec la Françafrique?

[QUIZ] François Hollande a t-il vraiment rompu avec la Françafrique?

Election présidentielle

Dans la nouvelle Côte d'Ivoire, la «french connection» est de retour

Dans la nouvelle Côte d'Ivoire, la «french connection» est de retour

Macky Sall

Dopage dans les urnes

Comment la Russie s'est invitée dans l'élection présidentielle au Sénégal en 2012

Comment la Russie s'est invitée dans l'élection présidentielle au Sénégal en 2012

Francophonie

Michaëlle Jean à la tête de la Francophonie, conséquence de la division des Africains

Michaëlle Jean à la tête de la Francophonie, conséquence de la division des Africains

Abdoulaye Wade

Pourquoi son retour inquiète Macky Sall

Pourquoi son retour inquiète Macky Sall