SlateAfrique

mis à jour le

Tunisie - Le patron de Nessma TV à nouveau sur la sellette

Le procès contre le patron de la chaîne tunisienne Nessma TV, Nabil Karoui, poursuivi pour "atteinte aux valeurs du sacré" après la diffusion l'an dernier d'un film jugé blasphématoire, a repris le 19 avril sous haute surveillance policière, a constaté l'AFP.

Les forces de sécurité étaient postées à l'entrée du tribunal de première instance de Tunis et des policiers filtraient l'accès à la salle d'audience où seuls les avocats étaient autorisés à pénétrer.

La diffusion le 7 octobre par Nessma TV du film franco-iranien Persepolis, doublé en dialecte tunisien, avait déchaîné les passions et suscité une vague de violences, quinze jours avant les élections en Tunisie.

En cause: une scène du film (qui raconte le régime iranien de Khomeiny à travers les yeux d'une petite fille) où Dieu est représenté, ce que proscrit l'islam.

Des groupes d'extrémistes avaient tenté d'attaquer le 9 octobre le siège de la chaîne à Tunis, puis la maison de son directeur.

Le procès, ouvert le 16 novembre et reporté deux fois depuis, a provoqué un tollé et un comité de défense de la liberté d'expression et de la presse avait été formé.

A l'occasion de sa reprise, la chaîne a affirmé être "privée d'assurer son rôle de média en toute liberté" et dénoncé une "tentative de la réduire au silence".

Des avocats français assistent à l'audience et la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) a envoyé un observateur.

Lu sur AFP

A lire aussi

Tunisie - Procès Persépolis, un test inquiétant

Menaces sur la démocratie en Tunisie

Tunisie: pornographie, la Toile se libère

Tunisie - Ces salafistes qui agressent des intellectuels