SlateAfrique

mis à jour le

Françafrique - Ce que les candidats à l'Elysée en pensent

«Comment mettre fin à la Françafrique?» Tous les candidats à l’élection présidentielle française du 22 avril 2012, à l’exception de Jean-Luc Mélenchon, se sont prêtés au jeu de la question posée par Le Nouvel Observateur.

Autosatisfaction

Pour le candidat Nicolas Sarkozy, la question ne se pose pas puisque «la Françafrique est une époque révolue, n’en déplaise aux amateurs de formules-chocs!»

Le président sortant se targue d’avoir inauguré sous son mandat «une relation moderne et transparente avec le continent africain. (...) Nous avons de nouveaux partenaires, sans nous limiter à nos seuls amis francophones.»

Briser les liens occultes

Les deux François, Hollande et Bayrou, respectivement candidats du Parti socialiste et du Mouvement démocrate sont sur la même longueur d'onde. Tous deux appellent de leurs vœux un rapport renouvelé, le premier parlant de «relations nouvelles» et le second d’instaurer un «nouveau type de partenariats».

Pour Hollande, il faut «mettre fin aux diplomaties parallèles qui court-circuitent l’action des services de l’Etat». Se voulant pragmatique, il observe que «L’Afrique est un continent qui évolue rapidement: il doit faire l’objet d’une approche ambitieuse, claire, respectueuse et transparente.»

Bayrou fustige quant à lui «les émissaires occultes en tout genre qui s’autorisent à parler au nom du gouvernement français avec les chefs d’Etat africain.» 

Fidèle à sa réputation de juge intraitable sur les dossiers de «biens mal acquis» par «les dictateurs africains, avec l’aide la France», la candidate des écologistes Eva Joly appelle à démanteler les réseaux parallèles et souhaite un rôle fort du parlement en matière de politique étrangère, seul gage de transparence.

La candidate d’extrême droite, Marine Le Pen incrimine les gouvernements successifs de droite et de gauche d’avoir entretenu le système et d’avoir jusque-là «privilégié de petits chefs de comptoir corruptibles à merci.» 

Si elle est élue, elle s’engage à faire «respecter la souveraineté des pays d’Afrique francophone (et) aider le meilleur de leurs élites à gouverner.»

Statu Quo

Toujours à droite de la droite, le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan ne croit pas en une Afrique maîtresse d’elle-même. «Je voudrais mettre (…) en garde ceux qui pensent que la France doit se retirer d’Afrique pour que cela résolve tous les problèmes», assène-t-il.

S’il souhaite une évolution des «pratiques françaises en Afrique», il est pour le maintien d’un certain statu quo: «Il ne faut pas être naïf et laisser le champ libre à des puissances qui combattent durement notre influence dans cette région du monde.»

Anti impérialisme et… écologie?

Anti-impérialistes, les candidats d’extrême gauche Philippe Poutou (Nouveau Parti Anticapitaliste) Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) estiment que le péché originel remonte au temps des colonies.

Pour Poutou il faut une «restitution aux populations africaines de tous les biens mal acquis» et notamment «l’arrêt de toute forme de coopération économique et militaire avec des pouvoirs autoritaires».

Dans une approche globale, Nathalie Arthaud considère que «la Françafrique, c’est aussi et surtout le pillage des richesses et l’exploitation des travailleurs d’Afrique par Total, Bouygues, Bolloré et bien d’autres. On ne pourra y mettre fin qu’en s’attaquant à la domination incontrôlée de ces groupes capitalistes sur l’économie.»

Original, même dans ses déclarations sur l’Afrique, Jacques Cheminade plaide pour des projets écologiques qui permettront une «réintégration de l’Afrique et de ses peuples dans une économie mondiale.»

Lu sur le Nouvel Observateur

A lire aussi

"La Françafrique est peut-être morte mais son cadavre bouge encore"

Pourquoi Marine Le Pen fait peur aux Africains

Et si les Français aimaient les Africains?

N'enterrez pas trop vite Sarkozy

Hollande peut-il tuer la Françafrique?

La Françafrique n’est pas un astre mort

Françafrique: le chant du cygne?

La Françafrique n'est pas morte

Congo-Brazza, dernier bastion de la Françafrique