SlateAfrique

mis à jour le

La face cachée de Barack Obama père

Hasard du calendrier ou révélations calculées à quelques mois des présidentielles américaines?

En ces temps de pré-campagne électorale, de nouveaux éléments sur le géniteur du président américain font surface. Et ils ne sont pas à l’avantage de Barack Obama.

A la fin des années 50, Il semble que les autorités américaines et britanniques ont commencé à avoir une crainte partagée au sujet de Barack Obama père, révèle le Daily Mail.

L’information provient d’une note de service d'un diplomate britannique à Washington publié par les Archives nationales de Londres.

«Obama Barack, H» figurait sur une liste secrète d’étudiants kenyans «à risque» présent sur le sol américain que le département d’Etat avait constitué.

Le fichier transmis aux fonctionnaires anglais indique la préoccupation de leurs amis d’outre-Atlantique au sujet des universitaires kenyans qui «ont la réputation de tomber entre de mauvaises mains.»

Les autorités américaines se plaignaient de ce que les étudiants kenyans avaient tendance à virer au radicalisme «anti-blanc et anti américain», ajoute le Daily Mail.

Une inquiétude manifestée juste au moment où Barack Obama Senior s’est vu octroyé une bourse pour aller étudier aux Etats-Unis en 1959.

Cette animosité supposée, pourrait provenir du passé colonial, explique le Guardian.

Son père, grand-père du président Obama, Onyango, a été emprisonné par les Britanniques pendant six mois en 1949 pour son implication dans le mouvement pour l'indépendance du Kenya.

Sarah Onyango Obama, sa femme, témoigne qu’à cette époque il avait été roué de coups et victimes d'abus qui ont provoqué une incapacité physique permanente, et suscité chez lui une haine des Britanniques.

Obama père est décédé dans un accident de voiture à Nairobi en 1982. Vraisemblablement sous l’emprise de l'alcool.

Pour ne rien arranger, le Daily Beast se fend d’une large chronique littéraire sur un ouvrage qui vient de sortir sur Obama père.

«The Other Barack», (l'autre Barack) qui se veut une vraie enquête sur l’homme, décrit une personnalité brillante qui dans les années 60 se hissa sur les bancs de la faculté d’Harvard.

Mais il décrit aussi les travers d’un homme brutal, violent, alcoolique, orgueilleux et à l’ego surdimensionné.

Tout ce que n’est pas devenu Obama, conclut le chroniqueur. Ouf!

Lu sur le Daily Mail, The Guardian, The Daily Beast

A lire aussi

Sarkozy est plus africain qu'Obama

Les démocraties africaines d'Obama

Les Obama aiment-ils l'Afrique?

Obama ou l'éloquence du velléitaire