SlateAfrique

mis à jour le

Libye - Le mystérieux enlèvement de deux cents Tunisiens

Deux cents Tunisiens ont été enlevés en Libye, depuis le 15 avril. L’histoire laisse les Tunisiens pantois, si l’on s’en tient aux commentaires que cela suscite sur les réseaux sociaux.

L’information a été publiée, ce mardi 17 avril, par le site Webdo Tunisie. Selon le magazine en ligne, il s’agirait de personnes parties en Libye pour différentes raisons et qui se seraient donc faites enlever «par des membres de la révolution (libyenne)».

Mais pour quelles raisons? Le site d’information Webdo Tunisie croit savoir que les «révolutionnaires» libyens auraient posé cet acte en réaction à l‘arrestation, en Tunisie, de quatre Libyens dans la région de Zarzis dans le sud-est de la Tunisie.

En effet, précise encore Webdo Tunisie, des Libyens en situation irrégulière ont été interpellés il y a quelque temps par la police tunisienne. Seulement, fait savoir la partie libyenne, «des dirigeants de la révolution font partie des personnes arrêtées».

S’agit-il donc d’acte de représailles, s’interroge Webdo Tunisie? En tout état de cause, le site indique que les Tunisiens enlevés ont été autorisés à s’exprimer dans des médias de leur pays.

«Ces personnes ont déclaré à la Radio Shems FM qu’elles ont sollicité l’intervention des autorités tunisiennes pour mettre fin à leur calvaire et qu’elles attendent encore leur réaction. Elles ont reconnu toutefois qu’elles sont traitées correctement par leurs ravisseurs et qu’elles n’ont subi aucun affront», écrit Webdo Tunisie.

Outre l’aspect un peu surréaliste de cet enlèvement, le site d’information tunisien qui livre la nouvelle s’étonne du peu de réaction des autorités tunisiennes:

«Contactés, les responsables du ministère de l’Intérieur ont indiqué que la question est du ressort du ministère des Affaires étrangères, sans donner d’autres explications.»

Lu sur Webdo Tunisie

A lire aussi

Un pied de nez à la révolution libyenne

Libye: les pro-Kadahfi sont de retour

Libye: pendant la paix, la guerre continue

Libye: les milices font toujours la loi