SlateAfrique

mis à jour le

Mali - Cheikh Modibo Diarra, le navigateur interplanétaire nommé Premier ministre

Mise à jour du 26 avril: Opposants et partisans du coup d'Etat militaire du 22 mars qui a renversé le régime du président Amadou Toumani Touré (ATT) au Mali ont désapprouvé mercredi 25 avril le gouvernement du Premier ministre malien de transition Cheick Modibo Diarra.

***

Qui pour diriger le gouvernement? Au Mali, la question agitait toutes les lèvres et était au cœur de la Conférence qui s’est tenue à Ouagadougou les 14 et 15 avril entre les acteurs de la crise qui a débuté avec le coup d'Etat du 22 mars, rapporte le journal malien Le Guido.

En définitive, le nom qui a fait le consensus entre la junte et la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) est celui de Cheick Modibo Diarra.

«Le président par intérim Dioncounda Traoré nomme Cheick Modibo Diarra (...) Premier ministre», stipule un décret lu sur les médias publics apprend l'AFP.

L’astrophysicien malien a une renommée internationale pour avoir conduit divers programmes d’exploration spatiale à la Nasa dans les années 90.

Président de Microsoft Afrique depuis 2006, il avait fondé en mars 2011, son parti politique, le RPDM (Rassemblement pour le développement du Mali) en perspective de la présidentielle apprend Cameroon Voice.

Le «Navigateur interplanétaire», comme il est surnommé en référence à son autobiographie à succès, est par ailleurs gendre de l’ancien président du Mali Moussa Traoré (1968-1991).

Outre son parcours, ce choix se justifierait ses bonnes relations avec les Etats-Unis. Elles pourraient faciliter l’octroi d’un renfort militaire, explique le Journal du Mali.

La question de la nomination du chef du gouvernement est capitale. Chargé de former un gouvernement d’union nationale, et de permettre l’organisation des élections, il disposera des pleins pouvoirs.

Ceci dit, le Journal du Mali précise que la conférence de Ouagadougou a recommandé que tous les acteurs de la transition ne soient pas candidats à la future élection présidentielle qui reste à organiser.

Tout comme Dioncounda Traoré, Cheick Modibo Diarra devrait donc renoncer à ses ambitions présidentielles en raison de sa désignation.

Lu sur Le Guido, Journal du Mali, Cameroon Voice

A lire aussi

Les deux pièges à éviter dans la recherche d’une sortie de crise au Nord-Mali

Dioncounda Traoré, un président sans réel pouvoir

Mali - Qui connaît Dioncounda Traoré, le président «par défaut»?

Qui veut mourir pour le Nord-Mali?

Pourquoi il faut sauver le Mali

Bamako rêve d'en découdre avec l'ennemi