mis à jour le

Troubles au Cameroun anglophone: l'ambassadeur des Etats-Unis convoqué

L'ambassadeur des Etats-Unis au Cameroun a été convoqué mardi au ministère des Affaires étrangères à Yaoundé après avoir dénoncé des exactions dans les zones anglophones du pays, a appris mercredi l'AFP de sources gouvernementale et diplomatique.

La teneur des entretiens entre l'ambassadeur, Peter Henry Barlerin,et le ministre des Affaires étrangères, Lejeune Mbella Mbella, n'a pas été révélée.

Le diplomate américain avait affirmé vendredi dans un communiqué qu'"il y a eu des assassinats ciblés (...) et des incendies (ainsi que) des pillages de villages" dans les régions anglophones, commises par les forces gouvernementales.

Dans le même communiqué, diffusé à la suite d'un entretien jeudi entre l'ambassadeur et le président camerounais Paul Biya, les Etats-Unis accusaient également les séparatistes armés de "meurtres de gendarmes, enlèvements de fonctionnaires et incendies d'écoles".

"Toute la nation camerounaise fait l'objet d'une agression violente de la part d'une minorité violente et extrémiste. (...) On ne peut pas mettre sur le même plan la victime et son bourreau", avait réagi à l'AFP samedi le porte-parole du gouvernement camerounais, Issa Tchiroma Bakary.

C'était la première fois qu'une chancellerie occidentale affirmait ouvertement que des exactions ont été commises par les deux camps  dans ce conflit qui oppose depuis fin 2017 l'armée camerounaise à des sécessionnistes armés réclamant l'indépendance des régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

En février, l'Union européenne avait appelé l'armée à un "usage proportionné de la force".

Les combats sont devenus quasi quotidiens entre les forces de sécurité camerounaises et les hommes se réclamant de "forces de restauration" d'un Etat anglophone qui avait brièvement vu le jour entre les deux guerres mondiales, sous mandat britannique.

D'abord cantonnés aux attaques contre les symboles de l'Etat (commissariat, gendarmerie), les séparatistes ont commencé début 2018 à kidnapper des fonctionnaires et des francophones et à s'en prendre aux entreprises étrangères qu'ils accusent de soutenir Yaoundé. De nombreuses écoles ont aussi été brûlées.

Le gouvernement central a répondu par un important déploiement de forces de sécurité dans les deux régions anglophones sur les 10 que compte le pays.

Quelque 160.000 personnes ont dû fuir leur logement à la suite des violences, selon l'ONU, et 34.000 se sont réfugiées au Nigeria, selon l'agence nigériane de gestion des urgences (Sema).

AFP

Ses derniers articles: Bruit et ferveur pour la fin de la campagne présidentielle au Sénégal  Lutte contre Boko Haram: plus de 500 soldats tchadiens entrent au Nigeria  Soudan: 30 ans sous le régime d'Omar el-Béchir 

Cameroun

AFP

Le principal opposant du Cameroun inculpé de "rébellion" et "insurrection"

Le principal opposant du Cameroun inculpé de "rébellion" et "insurrection"

AFP

Boko Haram: le Cameroun prié d'ouvrir ses portes aux réfugiés nigérians

Boko Haram: le Cameroun prié d'ouvrir ses portes aux réfugiés nigérians

AFP

Cameroun : arrestation de l'opposant Maurice Kamto, 2ème

Cameroun : arrestation de l'opposant Maurice Kamto, 2ème

Etats-Unis

AFP

Nigeria: les observateurs de l'UE, les Etats-Unis et la GB préoccupés par la suspension du président de la Cour suprême

Nigeria: les observateurs de l'UE, les Etats-Unis et la GB préoccupés par la suspension du président de la Cour suprême

AFP

Tchad: les Etats-Unis renforcent les moyens anti-terroristes de l'armée

Tchad: les Etats-Unis renforcent les moyens anti-terroristes de l'armée

AFP

Minurso: la France plaide pour un an de plus, les Etats-Unis pour six mois

Minurso: la France plaide pour un an de plus, les Etats-Unis pour six mois