SlateAfrique

mis à jour le

Ghana - Ce pays d'Afrique qui gagne

Il est désormais révolu le temps où, en Afrique de l'ouest francophone, l’on pouvait entendre dire: "il est tombé comme Ghana."

A la fin des années 60, l'expression servait à désigner quelqu’un qui avait fait mauvaise fortune tant ce pays voisin de la Côte d'Ivoire, du Burkina Faso et du Togo s’était appauvri.

Aujourd’hui, l’économie ghanéenne se porte bien, écrit Afrik.com. Elle connaît même une croissance phénoménale qui affiche désormais deux chiffres.

Durant l’année 2011 et selon des données rendues publiques par le service des statistiques du Ghana (GSS), la croissance atteint 14% tandis que le Produit Intérieur Brut (PIB) a atteint les 60 milliards de Cédis soit environ 27 milliards d’euros.

L’ensemble de la valeur ajoutée est constituée pour près de moitié par le domaine des services et à part égales de 25% par le secteur industriel et le secteur primaire.

Ces résultats «représentent essentiellement une assurance, pas seulement pour les Ghanéens mais aussi pour la communauté internationale. La croissance du Ghana est solide et elle se poursuivra», se réjouit Fifi Kwetey, le ministre des Finances et de la Planification économique.

C’est au milieu des années 90 que s’impulse la dynamique qui conduit au boom économique actuel. Il culmine au début de la décennie 2010 avec l’exploitation de pétrole qui fournit une production de 120.000 barils par jour.

Bon élève dans la production d’or et la culture exportatrice de cacao, le pays se classe deuxième du continent pour ces deux ressources, respectivement derrière l’Afrique du Sud et la Côte d’Ivoire.

Fort de ce succès, le Ghana de John Atta Mills affiche désormais son but, mener à terme sa révolution industrielle, secteur où les taux de croissance les plus forts ont été observés.

Selon un rapport de la Banque mondiale, c’est la paix sociale et l’approfondissement d’une culture démocratique pacifique qui ont permis d’attirer les capitaux dans ce pays stable de l’Afrique de l’ouest.

Lur sur Afrik.com

A lire aussi

Ghana et Ethiopie, nouveaux «lions» de la croissance

Le Ghana face à la malédiction de l'or noir

De l'espoir pour la démocratie en Afrique