mis à jour le

Un meeting du Parti Justice et Développement en 2007, Casablanca. REUTERS/Rafael Marchante
Un meeting du Parti Justice et Développement en 2007, Casablanca. REUTERS/Rafael Marchante

Dix raisons de croire que le Maroc pourrait devenir un émirat islamiste

Après 100 jours passés à la tête du gouvernement, les islamistes du PJD imposent un projet de société fondé sur un repli identitaire arabo-musulman.

Pour la première fois au Maroc, des islamistes que l’on a présenté comme modérés sont aux affaires, après leur victoire aux législatives anticipées de novembre 2011.

Pressé par la rue, le roi Mohammed VI avait auparavant réformé la Constitution du pays pour désamorcer la contestation née du printemps arabe.

Monarchistes, les islamistes du Parti de la justice et du développement (PJD) menés par Abdelilah Benkirane, ont toujours clamé leur allégeance sans faille au trône alaouite.

Leur arrivée à la tête du gouvernement n’avait pas inquiété outre mesure l’Occident qui avait interprété leur victoire sous l’angle de leur assimilation progressive au jeu démocratique.

En somme, le régime monarchique, largement plébiscité par le peuple, pouvait, comme il l’a fait dans son histoire récente avec l’opposition de gauche, digérer l’islamisme légaliste.

Pourtant, à peine 100 jours passés aux commandes de l’Exécutif, les «islamistes de Sa Majesté» montrent une détermination sans faille à vouloir façonner la société à leur manière.

1- La censure de la presse

Une fournée de journaux et magazines étrangers ont été interdits d’accès au Maroc. Le Nouvel Observateur (par deux fois), L’Express, Le Pèlerin, Gazelle pour des raisons ayant trait à une interprétation rigoriste de l’Islam: ils ont été accusés d’avoir publié des représentations imagées de Dieu ou du prophète Mahomet. Ce type d’interdiction n’est pas une nouveauté au Maroc, mais le PJD veut en faire une politique systématique au point d’envisager une vaste campagne de communication à destination des éditeurs européens pour «clarifier l’image de l’islam et lutter contre les clichés le dévalorisant».

2- Le tourisme vu comme la source de péchés

Mustapha Ramid, ministre islamiste de la justice et des libertés (!) —il est l’une des figures de proue du PJD— a suscité la polémique en affirmant que des touristes venaient à Marrakech, haut lieu du tourisme marocain, pour commettre des péchés. «Des gens du monde entier viennent pour passer beaucoup de temps à commettre des péchés et s'éloigner de Dieu», a déclaré Mustafa Ramid, lors d'une visite à une école coranique à Marrakech.

3- Les prédicateurs salafistes

Le cheikh de cette école coranique n’est pas inconnu du grand public. En septembre 2008, le prédicateur qui dirige la medersa en question, Mohamed Maghraoui, avait provoqué une controverse en émettant une fatwa autorisant le mariage des filles à l'âge de 9 ans, prenant pour exemple le cas de la jeune Aicha que le prophète Mahomet a épousée. Maghraoui avait à l’époque été contraint de fermer ses écoles coraniques et s’était un temps exilé à La Mecque. Son site Internet  (aujourd’hui accessible) avait été désactivé par les autorités marocaines. Le ministre, qui a fait durant son intervention l’apologie de l’enseignement du prédicateur, a comparé ce qu’il a «enduré» «à la peine des prophètes».

4- La chasse aux «déviants sexuels»

Début avril, une célèbre vedette transexuelle a été «bannie» d’une série télévisée alors que sa présence dans les médias publics ou privés n’avait jamais souffert d’une censure officielle. Les homosexuels ne sont d’ailleurs pas en reste. L’actuel ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement écrivait il y a quelques mois alors qu’il était encore le rédacteur en chef d’Attajdid, le journal officieux du PJD:

«L’homosexualité sur l’espace public constitue un défi à la religiosité ainsi qu’une atteinte aux valeurs et aux mœurs publiques».

5- Les jeux de hasard bannis

Le ministre de la Communication Mustapha El Khalfi a annoncé l'interdiction de la publicité pour les jeux de hasard. Contacté par l'AFP, El Khalfi a indiqué que l'interdiction des jeux de hasard est conforme à la constitution qui «oblige dans son article 32 l'Etat à protéger les mineurs. C'est qui a été adopté par le CSA en France en mai 2010 et la BBC en mai 2011».

6- La promotion d’un art bigot

Pour les islamistes du PJD, les festivals de musique très en vogue dans le royaume depuis une quinzaine d’années sont considérés comme «des lieux favorisant la débauche».

L’expression artistique au Maroc devrait être ainsi conforme à «un art propre», faisant la promotion des valeurs religieuses de la nation, à opposer à un art décadent forcément importé d’Occident. En ligne de mire, le Festival Mawazine de Rabat qui a vu ses financement publics annulés cette année. Les raisons invoquées concernent ses dépenses jugées injustifiées et la mainmise de son organisation par l’entourage royal, mais il y a deux ans, le PJD avait déjà tenté de faire annuler le concert d’Elton John à Mawazine, accusé d’être l’incarnation de tous les démons, estimant que sa prestation «encourageait l’homosexualité».

7- Les langues étrangères

Les cahiers des charges des deux chaînes (Al-Oula et 2M) ont été remaniés en faveur d’une plus forte arabisation de leur contenu: 80% des émissions de la première chaîne seront en langue arabe.

La moitié de la programmation de la chaîne 2M, réputée être la plus francophone sera dorénavant diffusée en langue arabe, 30% en amazigh contre 20% en langues étrangères usitées au Maroc, c’est-à-dire essentiellement le français et l’espagnol.

En outre, les radios nationales se voient obligées de dédier 70% de leur programmation à la chanson marocaine, suivie de la chanson arabe et étrangère.

Par ailleurs, le PJD a toujours considéré que la forte présence des missions culturelles étrangères, notamment à travers les établissements français, contribuent à une acculturation intolérable des Marocains. En plus de l’arabisation des médias publics, ceux-ci ont l'obligation de diffuser les cinq appels quotidiens à la prière.

8- L’identité berbère

Le PJD avait ferraillé contre l’officialisation de la langue amazighe dans la nouvelle Constitution. Abdelilah Benkirane avait, lors d’un meeting électoral, comparé les idéogrammes berbères au chinois soulevant un tollé dans l’opinion publique. Pour les islamistes, l’identité musulmane est consubstantielle à la langue arabe, la langue sacrée du Coran.

9- Les droits des femmes

Le gouvernement islamiste qui a accepté du bout des lèvres les maigres avancées de la Moudawana, le code de la famille adopté en 2004, se refuse à abroger la législation du Code pénal qui a poussé au suicide une adolescente mariée de force à son violeur.

«L’article 475 du code pénal ne risque pas d'être abrogé, du jour au lendemain, sous la pression de l’opinion publique internationale. Parfois le mariage de la violée à son violeur ne lui porte pas un réel préjudice», a lancé Bassima Hakkaoui, la seule femme du gouvernement et membre du PJD. La ministre chargée de la Solidarité, de la Femme et de la Famille avait aussi affirmé qu’une jeune fille de 14 ans pouvait être mariée si elle était «reconnue physiquement apte à procréer».

10- La surtaxation de l’alcool

Si la consommation d’alcool est prohibée par la loi religieuse, malgré quelques controverses doctrinales, elle n’est pas interdite formellement par le droit positif marocain. Aussi, la loi marocaine sur l’alcool stipule que sa vente est licite sous autorisation, mais les islamistes tentent à tout prix de bannir sa consommation, d’abord en faisant barrage à la mise en place d’alcootest sur les routes et surtout en défendant un projet de loi visant à surtaxer les produits alcoolisés.

Ces quelques exemples ne sont que les prémices à une application plus stricte des préceptes édictés par l’islam rigoriste voulu par le PJD à l’encontre des libertés individuelles. Le PJD veut absolument éviter le débat sur l’avortement même en cas de viol, fustige toute référence à la liberté de conscience ou sexuelle et cherche aussi dans d’autres domaines comme celui de la finance à adopter des lois s’inspirant de la charia islamique.

Contrairement aux idées reçues, la monarchie et les islamistes ont, sur ces questions, des intérêts convergents. Les folles affaires des «rockers satanistes» en 2003, des «homos de Ksar El Kébir» en 2008, des «déjeuneurs du Ramadan» en 2009 et celle suscitée par le lancement de Mithly, le premier magazine gay du monde arabe, en sont la parfaite illustration. L’Etat a dû sévir en donnant raison aux islamistes. Aussi, l’image de modernité que veut donner Mohammed VI à son régime s’en trouve troublée. Le roi tire sa légitimité de son statut religieux de Commandeur des croyants et ne peut à ce titre contredire son gouvernement. Leur attelage est tiraillé par cette contradiction sur laquelle le PJD, cohérent avec ses idées et fort de sa victoire par les urnes, joue allégrement.

«Dire Non aux islamistes revient à dire oui au haram [péché, ndlr]. Et ça, même la monarchie n’osera pas le faire» résume à juste titre l’éditorialiste de TelQuel.

Ali Amar

A Casablanca, minettes et bourgeoises s'arrachent DSK

Ruby, l'escorte girl qui décontenance le Maroc

Maroc, terrain de chasse pour les pédotouristes

Maroc, DSK retrouve ses «madeleine proustiennes»

Au Maroc, Jésus n'est pas en odeur de sainteté

Maroc: les combats des femmes

Ali Amar

Ali Amar. Journaliste marocain, il a dirigé la rédaction du Journal hebdomadaire. Auteur de "Mohammed VI, le grand malentendu". Calmann-Lévy, 2009. Ouvrage interdit au Maroc.

Ses derniers articles: Patrick Ramaël, ce juge qui agace la Françafrique  Ce que Mohammed VI doit au maréchal Lyautey  Maroc: Le «jour du disparu», une fausse bonne idée 

islamisme

Réveil

Boko Haram, une affaire de tous

Boko Haram, une affaire de tous

Farhat Othman

Islamisme politique : raisons de l’échec et conditions de la réussite

Islamisme politique : raisons de l’échec et conditions de la réussite

satarbf

Islamisme pour plus de régionalisme

Islamisme pour plus de régionalisme

Mohamed VI

Tamazight

Facebook adopte le berbère

Facebook adopte le berbère

Médias

Quand des médias marocains font de la pub pour Aqmi

Quand des médias marocains font de la pub pour Aqmi

Disgrâce royale

Maroc: le pédophile espagnol arrêté

Maroc: le pédophile espagnol arrêté

PJD

Peine de mort

Vers l'arrêt de mort de la peine capitale

Vers l'arrêt de mort de la peine capitale

LNT

PJD / Choubani : Etat des lieux de l’associatif

PJD / Choubani : Etat des lieux de l’associatif

Comparaison

Les islamistes marocains font des jaloux

Les islamistes marocains font des jaloux