mis à jour le

Sierra Leone: ouverture d'une enquête après des bousculades qui ont fait un mort et 90 blessés

Les autorités sierra-léonaises ont ouvert lundi une enquête sur les bousculades qui ont coûté la vie à une femme de 50 ans, selon sa famille, et fait 90 blessés, selon la Croix-Rouge, lors de l'investiture samedi du président Julius Maada Bio dans un stade de Freetown plein à craquer.

Une enquête sur les causes de ces bousculades a été ouverte par la police judiciaire, a précisé le service de presse de la police.

Alors que des dizaines de milliers de personnes avaient fait la queue devant le Stade national de Freetown depuis les premières heures du jour pour assister à la cérémonie, des partisans de M. Bio ont tenté de s'engouffrer dans l'enceinte aux passages de véhicules d'invités officiel, selon des correspondant de l'AFP.

Ils avaient été sévèrement repoussés par des militaires, ce qui avait entraîné des bousculades et des mouvements de panique. Des mouvements de foule se sont également produits dans les tribunes, surchargées, selon les mêmes sources.

Selon les responsables du stade, plus de 50.000 personnes se trouvaient dans l'enceinte, qui a une capacité maximale de 45.000 places.

La Croix-Rouge et la police avaient fait état samedi d'un bilan d'un mort et d'une vingtaine de blessés.

La victime décédée est une femme de 50 ans, partisane du Parti du peuple de Sierra Leone (SLPP) du président Bio, venue du Liberia voisin, a indiqué lundi sa famille.

Lundi, le porte-parole de la Croix-Rouge de Sierra Leone, Abu-Bakr Tarawally, a nettement revu à la hausse le nombre de blessés.

"Nous pouvons confirmer que 90 personnes ont été blessées, dont certaines présentaient des fractures, des plaies ouvertes ou des signes d'étouffement", a-t-il précisé.

"Les gens ont couru comme des fous pour entrer dans le stade, sauté au-dessus des barrières de police et forcé l'une des entrées", a expliqué M. Tarawally, selon qui la Croix-Rouge avait déployé 80 volontaires et deux ambulances. Les blessés les plus gravement touchés ont été conduits vers les trois principaux hôpitaux de Freetown.

La cérémonie d'investiture de Julius Maada Bio, un ancien militaire de 54 ans, s'est malgré tout déroulée, en présence notamment des présidents du Liberia George Weah et du Sénégal Macky Sall.

M. Bio avait déjà brièvement accédé à la tête de l'Etat en 1996 en renversant le chef de la junte, le capitaine Valentine Strasser, dont il était le numéro deux, avant de rétablir le multipartisme et de remettre le pouvoir aux civils.

Lors du second tour le 31 mars, il l'a emporté face au candidat du parti au pouvoir, Samura Kamara. Il avait prêté serment juste juste après l'annonce des résultats le 4 avril dans un hôtel, entouré de quelques centaines de supporters.

AFP

Ses derniers articles: Imbroglio  Massacre du stade de Conakry: les autorités promettent un procès "bientôt"  En Egypte, l'héritage mitigé de Nasser, 50 ans après sa mort 

blessés

AFP

Collision entre deux trains au Caire: 13 blessés

Collision entre deux trains au Caire: 13 blessés

AFP

En Guinée, l'opposition soigne ses blessés dans sa propre clinique

En Guinée, l'opposition soigne ses blessés dans sa propre clinique

AFP

Tunis: six blessés dans une double attaque suicide contre l'ambassade américaine

Tunis: six blessés dans une double attaque suicide contre l'ambassade américaine

enquête

AFP

La Banque africaine de développement lance une enquête indépendante sur son président

La Banque africaine de développement lance une enquête indépendante sur son président

AFP

La Banque africaine de développement lance une enquête indépendante sur son président

La Banque africaine de développement lance une enquête indépendante sur son président

AFP

Botswana: enquête suite

Botswana: enquête suite

mort

AFP

En Egypte, l'héritage mitigé de Nasser, 50 ans après sa mort

En Egypte, l'héritage mitigé de Nasser, 50 ans après sa mort

AFP

Moussa Traoré, ancien dictateur

Moussa Traoré, ancien dictateur

AFP

Mort de Mugabe: un anniversaire au goût amer au Zimbabwe

Mort de Mugabe: un anniversaire au goût amer au Zimbabwe