SlateAfrique

mis à jour le

Tunisie - Pourquoi le salafiste profanateur de drapeau s'est-il rendu?

Yacine El Bdioui, le jeune salafiste qui a profané le drapeau national tunisien à la faculté des lettres de Manouba, s’est livré le 5 avril aux autorités, rapporte le site tunisien Kapitalis. Rappel des faits.

Le 7 mars dernier, l'Affaire du drapeau tunisien éclate. Un jeune homme, Yacine El Bdioui avait retiré l’étendard national pour le remplacer par le drapeau noir salafiste à la faculté des lettres de Manouba de Tunis. Seule contre lui, une étudiante l'a empêché de commettre ce sacrilège. La courageuse étudiante qui a défendu le drapeau national a été décoré, les salafistes conspués et la nation tunisienne revigorée. 

Depuis l'incident, le coupable d'outrage à la nation était activement recherché.

Presque un mois après, le fugitif s'est rendu de son plein gré, le 5 avril 2012, au ministère des Droits de l’Homme et de la Justice transitionnelle.

Aussitôt alerté, le ministère de l’Intérieur a envoyé la Garde Nationale à ce ministère afin de l’écrouer et le présenter au juge d’instruction de la Manouba, qui est chargée de cette affaire, écrit le site Webdo Tunisie.

«De son côté, Chakib Derouiche, représentant du ministère des Droits de l’Homme, a précisé que le jeune Yacine s’est rendu avec pour seul souhait d’avoir un procès équitable sans subir une quelconque agression de la part des forces de l’ordre durant son arrestation», rapporte le site tunisien

Dans une vidéo publiée aujourd'hui sur la page Facebook de Tawasol TV, Yacine El Bdioui affirme ne pas avoir profané le drapeau...

Toutefois «De nombreux observateurs s’interrogent sur les motivations de cette décision du salafiste de se rendre et n’hésitent pas à avancer l’hypothèse d’un arrangement conclu entre les autorités et les salafistes», ajoute le site Tunisie numérique.

Lu sur Webdo, KapitalisTunisie numérique

A lire aussi

Pourquoi Ennahda inquiète les Tunisiens

Touche pas à mon drapeau tunisien!

Des étudiants salafistes s'attaquent au drapeau tunisien

Ces intégristes religieux qui se croient tout permis