SlateAfrique

mis à jour le

Mali - La France s'est-elle réveillée trop tard?

Selon de nombreux témoignages, les groupes islamistes touaregs, proches d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ont pris le contrôle des villes maliennes du nord Gao et Tombouctou.

Pis, ils menacent désormais le sud du Mali, si l’on se fie aux informations faisant état de mouvement de rebelles aux alentours de Mopti, située au sud de Tombouctou. Ce n’est plus qu’une partie, le Nord, du Mali qui risque de devenir de passer sous le joug des islamistes djihadistes, écrit l’éditorialiste du quotidien algérien La Liberté.

Les puissances occidentales et particulièrement la France auraient leur lot de responsabilité dans le chaos que connait le Mali depuis plus d’une semaine.

«Tout cela n’est que la conséquence de la politique du double jeu des démocraties occidentales, particulièrement la France, qui encourageait, d’une part, l’accès des islamistes au pouvoir dans les pays de la rive sud de la Méditerranée, mais ne faisait rien d’un autre côté pour que les armes libyennes ne parviennent pas aux différents groupes touareg et Aqmi. Maintenant que la situation est hors de contrôle, Paris crie au loup dans la bergerie en mettant en garde contre une possible alliance au Sahel entre des Touaregs et Al-Qaïda au Maghreb islamique pour s'emparer du Mali», note le journaliste algérien.

Pessimiste, le quotidien ne voit pas ce qui pourrait empêcher le groupe Ansar Dine d’occuper tout le Mali. A moins d'une intervention militaire d’envergure, note le quotidien.

Le quotidien algérien reproche à Paris d’avoir participé au chaos et d’avoir pris conscience un peu tard du «péril islamiste», terme utilisé par le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé évoquant la prise de Tombouctou par le groupe Ansar Dine.

Le ministre français souhaite même voir l’Algérie faire la sale besogne à la place de la France, ajoute le quotidien.

«Je ne perds jamais une occasion de dire à nos amis algériens à quel point il est important qu'ils jouent le rôle le plus actif possible dans la coordination de la réponse régionale à Aqmi», a ajouté Alain Juppé.

Voyant que les intérêts de la France dans cette région sont sérieusement menacés, Paris s’agite, conclut La Liberté.

Lu sur La Liberté

A lire aussi

Mali - Va-t-on vers une guerre civile? (CHRONOLOGIE INTERACTIVE)

Mali: Iyad Ag Ghali, le nouveau maître islamiste du Nord

Qui veut la peau du Mali?

Mali - Amadou Hawa Sanogo, le mystérieux capitaine des putschistes (VIDEO)

Mali: la solitude des putschistes

Mali: «La junte n'a pas de stratégie»