SlateAfrique

mis à jour le

Mali - A quoi joue le djihadiste algérien Mokhtar Belmokhtar?

L’Algérien Mokhtar Belmokhtar, surnommé  Malboro (en raison de son implication supposée dans des trafics de cigarettes) ou le borgne, serait de retour au Nord du Mali. Ce chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ne serait pas étranger à l’avancée des Touaregs au Mali et au contrôle de la ville de Tombouctou par les combattants islamistes d’Ansar Dine. Au regard de la confusion qui règne sur place, la prudence s’impose.

Si l’on s’en tient aux sources sécuritaires, relayées par l’AFP, Mokhtar Belmokhtar serait bien au Mali, accompagné de quelques hommes de sa katiba (groupe de combattants).  

«Des témoins ont affirmé que des membres d'Aqmi ont participé à l'offensive menée ces derniers jours dans le nord-malien par la rébellion touareg et d'autres groupes armés, islamistes ou criminels», rapporte le site du quotidien algérien Le Matin.

Mais qui est Mokthtar Belmokhtar, dont le nom rappelle les pages sombres du terrorisme en Algérie?

Mokhtar Belmokhtar fait partie des vétérans d’Aqmi, des anciens du GIA (Groupe islamique du Salut). On les surnomme les «Afghans» car certains ont combattu en Afghanistan.

Moctar Belmokhtar est le chef de l’une des deux katibas les plus importantes d’Aqmi, confiait le journaliste spécialiste de ce groupe terroriste Serge Daniel dans une interview.

«On le présente à tort comme un simple trafiquant de drogue. Or il est responsable de l’enlèvement de trois Espagnols fin novembre 2009. Il a pris neuf millions d’euros pour les libérer. Entre 2003 et aujourd’hui, les katibas ont au moins empoché 50 millions d’euros», confiait à SlateAfrique Serge Daniel, le correspondant de RFI à Bamako et auteur de "Aqmi, l'industrie de l'enlèvement". 

Les katibas sahéliennes, «notamment celles de l’ouest dirigées par Mokthar Belmoktar, sont de nature assez criminelle, au sens où elles ont noué depuis longtemps des relations avec les trafiquants», expliquait Jean Christophe Rufin, ancien ambassadeur au Sénégal au quotidien français Le Monde du 1 octobre 2010.

Lors d'un entretien avec une agence d'information mauritanienne, relayé par l’hebdomadaire Jeune Afrique, Mokhtar Belmokhtar affichait pour sa part une certaine satisfaction à l'égard du printemps arabe: 

«Les combattants d'Aqmi ont été les plus grands bénéficiaires des révolutions dans le monde arabe (…) et pour ce qui est de l'acquisition de l'armement en Libye, c'est une chose tout à fait normale».

Au Mali, il est clair que la crise a pris ces derniers jours un tournant avec la montée des groupes armés proche d’Aqmi.

Lu sur Le Matin DZLe Monde, Jeune Afrique

A lire aussi

Aqmi: Pourquoi l'Algérie reste incontournable

Mali - La prise de Tombouctou, une victoire des djihadistes (CARTE INTERACTIVE)

AQMI et ses rançons à 100 millions d'euros

Le Mali et la Mauritanie s'associent contre les terroristes d'Aqmi

Aqmi, multinationale de l'enlèvement

Aqmi, rebelles touaregs, même combat?