SlateAfrique

mis à jour le

Maroc - Bachar Al-Assad projettait-il de renverser Mohammed VI?

L’information est à prendre avec des pincettes, elle fait cependant le buzz sur les réseaux sociaux au Maroc. Le président syrien Bachar Al Assad voulait renverser le Roi Mohammed VI avec l’aide des services secrets algériens. C’est en tout cas ce que vient de révéler un officier des services secrets syriens.

Le régime syrien voulait faire abdiquer la monarchie marocaine et créer un régime islamiste, qui servirait de base avancée à l’Iran, a affirmé Houssam Aouak au quotidien panarabe basé à Londres Al Watan Al Arabi. Une information détonnante dont le magazine marocain TelQuel s’est fait l’écho. Selon l’officier déserteur qui a rejoint les rangs de l’opposition syrienne,

«Damas souhaitait créer un régime islamiste au Maroc, qui servirait de base avancée pour l’Iran dans le détroit de Gibraltar».

Si ce n’est les mouvements de révoltes sociales qui secouent son pays depuis février 2011, le pouvoir en place en Syrie était décidé à mener un coup d’État au Maroc d’après l’officier. Ce dernier a depuis rejoint l’Armée syrienne libre, principale force armée opposée au régime de Bachar Al Assad.

Aucun détail supplémentaire n’a été donné sur le supposé projet du dictateur syrien et encore moins sur l’éventuelle implication des services algériens. Ce qui, selon nombre de commentateurs, met sérieusement en doute la véracité de cette information.

«Ironie du sort, il y a moins de deux semaines le président russe Dmitri Medvedev, avait dépêché un émissaire auprès du Roi Mohammed VI, lui demandant coopérer avec la Russie dans le but de rétablir la paix et la stabilité en Syrie, où la répression a fait plus de 9.000 morts» fait remarquer Bladi.net 

«Nous refusons toute intervention militaire en Syrie, et la Ligue arabe a toujours été favorable à une solution politique», avait déclaré début mars Saad Eddine Othmani, le ministre marocain des Affaires étrangères, partageant ainsi le point de vue de son homologue français Alain Juppé en visite à Rabat.

Le Maroc a récemment reconnu le Conseil national syrien (CNS) qui regroupe la majorité des tendances d’opposition au régime de Bachar Al-assad, comme le principal interlocuteur de la communauté internationale.

Depuis les années 70, le régime syrien a toujours été un farouche opposant au Maroc. Sous Hassan II et Hafez Al-Assad, Damas avait longtemps soutenu la gauche révolutionnaire marocaine en exil, comme elle avait appuyé les ambitions sécessionnistes du Front Polisario au Sahara Occidental. Mais depuis 1999, l’avénement de Mohammed VI et l’arrivée presque simultanée de Bachar Al-Assad au pouvoir à Damas avaient quelque peu contribué à un dégel des relations bilatérales entre les deux pays arabes.

En 2001, le président syrien avait été reçu à Rabat par le roi Mohammed VI lors d’une visite officielle historique. A l’époque Maroc Hebdo avait qualifié leur entente de «tandem de l’espoir».

Lu sur TelQuelBladi.netMaroc Hebdo

A lire aussi

Maroc, le partenaire discret d’Israël

Vladimir Poutine, l'antidote russe du Printemps arabe

Syrie-Algérie: même combat?

Alger-Damas: Bouteflika est-il un traître?