SlateAfrique

mis à jour le

Sénégal - Le jour du triomphe pour Macky Sall

Le nouveau président sénégalais Macky Sall, qui a largement battu le sortant Abdoulaye Wade avec 65% des voix le 25 mars, a prêté serment le 2 avril à Dakar devant un parterre de personnalités nationales et de dirigeants étrangers, a constaté l'AFP.

M. Sall, 50 ans a juré "d'observer et de faire observer les dispositions de la Constitution" de son pays, notamment de défendre "l'intégrité territoriale" lors de cette prestation qui s'est déroulée sous un chapiteau installé dans les jardins d'un grand hôtel d'un quartier résidentiel de Dakar.

La passation de pouvoir entre MM. Wade et Sall était ensuite ensuite prévue au palais présidentiel en centre-ville.

Quelque 2.000 personnes avaient pris place sous le chapiteau, dont une dizaine de chefs d'Etat africains, parmi lesquels l'Ivoirien Alassane Ouattara, le Congolais Denis Sassou Nguesso, la Libérienne Helen Johnson Sirleaf et le Béninois Yayi Boni, président en exercice de l'Union africaine (UA).

La France, ancienne puissance coloniale, était représentée par son ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé.

La prestation de serment a été précédée par un discours du président du Conseil constitutionnel, Cheikh Tidiane Diakhaté.

Il s'est réjoui que le scrutin présidentiel (premier tour du 28 février et second tour du 25 mars) se soit déroulé dans la "plus grande transparence" en dépit des "prédictions les plus alarmistes".

Il a estimé que malgré "les invectives" à leur encontre, les cinq sages du Conseil constitutionnel avaient "accompli leur devoir".

La validation fin janvier par le Conseil de la candidature d'Abdoulaye Wade, 85 ans dont douze au pouvoir, jugée "illégale" par ses opposants après deux mandats, avait été suivie de violences qui, pendant quatre semaines ont fait de six à quinze morts et au moins 150 blessés.

Les deux tours de l'élection et la campagne du second tour se sont en revanche passés sans incidents majeurs.

Macky Sall, ancien ministre et Premier ministre d'Abdoulaye Wade, l'a emporté au second tour avec 65% des voix contre 34% à son ancien mentor.

Face à ce ras-de-marée, M. Wade avait reconnu sa victoire quelques heures après la fermeture des bureaux de vote le 25 mars, avant même la publication des résultats officiels.

Cette élection a été saluée unanimement à l'étranger, comme un exemple de démocratie rare sur le continent africain.

Lu sur AFP

A lire aussi

Pourquoi l'armée malienne ne parvient pas à combattre les touaregs

Mali: «La junte n'a pas de stratégie»

Mali: Qui se cache derrière les putschistes

Le régime de Bamako pouvait-il encore tenir?

Comment les militaires ont pris le pouvoir au Mali

Aqmi: Pourquoi l'Algérie reste incontournable

Le Nord-mali a-t-il causé la chute du régime?

Tous les articles pour comprendre la crise au Mali: Dossier Coup d'Etat Mali