SlateAfrique

mis à jour le

Mali - La junte s'excuse et appelle au secours

Les rebelles touareg et les groupes islamistes armés ont pris le 30 mars le contrôle de la ville stratégique de Kidal, dans le nord-est du Mali. La junte militaire s'alarme de cette situation «critique» et appelle au soutien «extérieur» pour endiguer cette avancée.

«Les rebelles maîtrisent la situation (...). Hier ils ont lancé leur offensive, ça s'est arrêté vers 20H00 (locales et GMT), et ils ont repris ce matin et maîtrisé les deux camps militaires», selon un habitant joint par téléphone.

«Les gens d'Iyad (Ag Ghaly, chef du groupe armé islamiste Ansar Dine) sont entrés dans la ville, ils nous ont dit "circulez, n'ayez pas peur". Ils disent aux civils "Allah Akbar" et nous répondons "Allah Akbar" (Dieu est grand)», a raconté un autre fonctionnaire.

Acculée face aux rebelles, sous la menace d'un embargo aux conséquences potentiellement désastreuses brandie par l'Afrique de l'Ouest, la junte, par la voix de son chef, le capitaine Amadou Sanogo, a jugé le 30 mars au matin la «situation critique».

«Les rebelles continuent à agresser notre pays et terroriser nos populations» et «notre armée a besoin du soutien des amis du Mali», a lancé le capitaine Sanogo, dans un discours au camp militaire de Kati, près de Bamako, son quartier général.

Il a déploré «un incident malheureux indépendant de notre volonté», après l'échec de la médiation de chefs d'Etat ouest-africains jeudi à Bamako, qui ont annulé leur venue en raison d'une manifestation pro-junte à l'aéroport.

Le chef des mutins a présenté ses «excuses» à la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) et aux partenaires du pays.

Forcés de rebrousser chemin, les chefs d'Etat se sont retrouvés à Abidjan autour du président ivoirien Alassane Ouattara. Choisissant la manière forte, ils ont menacé la junte d'un embargo «diplomatique et financier» faute d'un retour à l'ordre constitutionnel d'ici le 2 avril.

La menace est très sérieuse: une telle mesure provoquerait immédiatement l'asphyxie du Mali, pays pauvre et enclavé, avec une fermeture des frontières, une fermeture de l'accès aux ports des pays côtiers de la zone et un gel des comptes du Mali à la banque centrale ouest-africaine (BCEAO).

Les membres du Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l'Etat (CNRDRE, junte) sont aussi menacés de sanctions incluant une interdiction de voyager et un gel des avoirs dans la région.

«Nous avons compris la position de la Cédéao, nous nous félicitons surtout de la volonté de part et d'autre de continuer à privilégier le dialogue», a commenté le chef des putschistes.

Il a «invité la Cédéao à approfondir davantage son analyse de la situation», sans pour autant proposer formellement aux chefs d'Etat de revenir à Bamako.

Mais à Bamako, le climat s'est détérioré ces dernières heures, avec trois blessés graves lors de l'attaque du QG du front anti-junte par des partisans des putschistes, alors que la presse internationale est de plus en plus prise à partie par les soutiens du nouveau régime.

Lu sur AFP

A lire aussi

Mali: la solitude des putschistes

Mali - Le président ATT compte-t-il quitter définitivement le pouvoir?

La délinquance en treillis, épidémie ouest-africaine

Le dossier Coup d'Etat à Bamako