mis à jour le

Sécurité et économie

Le président nigérian Muhammadu Buhari, qui rencontre lundi le président américain Donald Trump, est le premier dirigeant africain reçu par l'administration Trump à la Maison Blanche, pour une visite qui sera essentiellement axée sur les les problèmes de sécurité et d'économie.

La rencontre sera également suivie avec attention, quelques semaines après la polémique causée par le président américain qui avait évoqué des "pays de merde" à propos de Haïti et de l'Afrique , avant de se rétracter. 

Les relations de Donald Trump avec le continent africain ont également souffert en mars du limogeage du secrétaire d'Etat Rex Tillerson alors qu'il se trouvait en pleine visite officielle au Nigeria pour sa première tournée africaine. 

Selon la Maison Blanche, les conversations vont se concentrer sur "la lutte contre le terrorisme" et l'insécurité, et le développement économique et démocratique au Nigeria, où une élection présidentielle est prévue en février 2019. 

Le Nigeria entre dans sa 9e année de lutte contre le groupe jihadiste Boko Haram, qui a dévasté le nord-est du pays. Le conflit a fait plus de 20.000 morts et des centaines de milliers de déplacés, y compris dans les pays voisins, Tchad, Cameroun et Niger. 

M. Buhari affronte aussi une résurgence d'un conflit agropastoral récurrent entre agriculteurs et éleveurs, sur fond de divisions ethniques et religieuses. 

"Je pense que les deux pays ont une idée claire de l'ordre du jour de cette rencontre: il s'agit de la sécurité et des questions économiques. Les deux ont quelque chose à gagner", a déclaré à l'AFP J. Peter Pham, directeur du Africa Center au Atlantic Council de Washington. 

"Du côté du président Trump, il s'agit de mettre définitivement fin à cette controverse", a-t-il ajouté. "Du côté du président Buhari, il s'agit d'avoir la prééminence d'être le premier leader africain reçu à la Maison Blanche pendant cette administration".

- Relations améliorées -

Malgré le remarques du président Trump, les relations entre le Nigeria et les Etats-Unis se sont améliorées depuis qu'il est arrivé au pouvoir, selon Lauren Blanchard, spécialiste de l'Afrique au sein du Congressional Research Service. 

La visite "a pour but de signaler que les Etats-Unis ont l'intention d'envoyer le message suivant: les Américains continuent de considérer le Nigeria comme un des partenaires les plus importants sur le continent.". 

"La coopération s'est améliorée au cours du mandat du président Buhari, mais pas aussi vite que les deux côtés auraient souhaité," a-t-elle ajouté.

Peu après son arrivée au pouvoir en 2015, M. Buhari, avait reproché au président Barack Obama d'avoir refusé de vendre des armes au Nigeria pour lutter contre Boko Haram.

Mais l'administration Trump a changé de position en autorisant la vente au Nigeria d'avions Super Tucano d'une valeur de 496 millions de dollars, des appareils de surveillance et de soutien tactique, qui doivent être livrés en 2020.

Cet accord a récemment été examiné avec attention au Nigeria, un pays où la corruption est endémique. Les élus nigérians ont accusé leur président d'illégalité au sujet des fonds utilisés pour acheter ces avions.

Aucun accord commercial important n'est attendu, mais MM. Trump et Buhari parleront aussi des moyens d'approfondir leur coopération économique. 

"Il y a la sécurité et l'économie qui se rejoignent avec l'agenda de Trump pour pousser le monde des affaires américain," selon M. Pham. 

Buhari, qui cherche à être réélu en 2019, va sans doute évoquer les réformes agricoles de son administration et souligner son engagement envers la démocratie. 

L'ancien dirigeant militaire âgé de 75 ans avait été en 2015 le premier dirigeant nigérian d'opposition à battre un président sortant au cours d'une élection considérée comme libre et légitime.

buhari

AFP

Montée des violences au Nigeria: le président Buhari sous pression

Montée des violences au Nigeria: le président Buhari sous pression

AFP

Le parlement nigérian menace Buhari de destitution

Le parlement nigérian menace Buhari de destitution

AFP

Retour du président Buhari au Nigeria

Retour du président Buhari au Nigeria

économie

AFP

Rajoy en visite en Algérie

Rajoy en visite en Algérie

AFP

Macron en Tunisie pour soutenir la fragile démocratie et son économie

Macron en Tunisie pour soutenir la fragile démocratie et son économie

AFP

En Tunisie, des contestations nourries par une économie bloquée

En Tunisie, des contestations nourries par une économie bloquée

Etats-Unis

AFP

Zimbabwe: les Etats-Unis appellent l'armée

Zimbabwe: les Etats-Unis appellent l'armée

AFP

Les États-Unis suspendent les avantages commerciaux pour les vêtements rwandais

Les États-Unis suspendent les avantages commerciaux pour les vêtements rwandais

AFP

Corruption: des hauts responsables congolais interdits d'entrée aux Etats-Unis

Corruption: des hauts responsables congolais interdits d'entrée aux Etats-Unis