mis à jour le

Macky Sall lors d'une conférence de presse à Dakar le 26 mars 2012. Reuters/Stringer
Macky Sall lors d'une conférence de presse à Dakar le 26 mars 2012. Reuters/Stringer

Ce que les Sénégalais attendent de Macky Sall

Le 2 avril, Macky Sall sera officiellement installé dans ses fonctions de président de la République. Une nouvelle ère que les Sénégalais espèrent riches en perspectives.

Mise à jour du 2 avril: Macky Sall va prêter serment dans quelques heures. Une cérémonie d’investiture est organisée à Dakar. Une quinzaine de chefs d’Etat africains ont confirmé leur venue. Parmi eux figurent notamment le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Nigeria, le Congo et la Guinée équatoriale.

***

 

Sans crier gare, la pluie est tombée ce matin (dans la nuit du 27 au 28 mars) sur Dakar. Le bruit du tonnerre et les éclairs ont réveillé les Sénégalais à l’aurore. Il s’agit d’un phénomène assez rare sous le ciel dakarois. L’explication est simple pour les météorologues: c’est une pluie hors saison appelée «Eugue» due à un conflit d’air froid et d’air chaud. Mais, il y a belle lurette que «dame pluie» ne nous a pas fait honneur en cette période. Sa dernière visite date de janvier 2000. A quelques jours seulement de l’accession au pouvoir de Wade. Etrange coïncidence!

A y voir de plus près, la pluie est un étonnant mélange de joie et peine. Mais pour bon nombre de Sénégalais fort superstitieux, cette pluie annonce de bons présages pour le président nouvellement élu, Macky Sall. Pour les internautes des réseaux sociaux, c'est tout sauf le fruit du hasard. Cette pluie symbolise une nouvelle ère de prospérité après des années de disette, d'après eux. Cet événement insolite cristallise l'ampleur des espoirs que suscite l'arrivée au pouvoir de Macky Sall. Mais l'homme est-il capable de relever le Sénégal rapidement?

Pas d'état de grâce

L’euphorie de la victoire passée, Macky Sall, qui prend officiellement fonction ce lundi 2 avril, doit répondre aux nombreuses attentes des gorgoorlous (débrouillards en wolof, la langue plus parlée à Dakar), qui croupissent depuis 2000 dans la misère et la pauvreté. Avec son équipe, il est bien conscient de l’immensité des chantiers qui l’attendent. Les Sénégalais l'attendent sur «des dossiers très concrets», comme l’a indiqué au soir de la victoire Cheikh Tidiane Gadio, ancien ministre sous le régime libéral, candidat malheureux à la présidentielle et membre de la Coalition Benno Bok Yaakar (Unis par un espoir commun).

Macky Sall a promis de trouver des époux aux jeunes femmes célibataires

L’éducation, l'augmentation du pouvoir d’achat, l’électricité, la relance de l'agriculture, sont des dossiers sur lesquels il doit immédiatement apporter des solutions concrètes. Le candidat Macky Sall a d'ailleurs fait beaucoup de promesses pour espérer loger dans le palais situé sur l'avenue Léopold Sédar Senghor. Il a même promis de trouver des époux aux jeunes femmes célibataires.

Du coup, les Sénégalais, échaudés par les espoirs déçus de son prédécesseur, demandent au plus vite des mesures urgentes. Si les populations sont conscientes de l'ampleur de la tâche, ils n'en restent pas moins impatients.

Les jeunes dans l'attente

Assis dans la cour de sa maison familiale, située aux Parcelles Assainies, dans la banlieue de Dakar, Adama, 27 ans, tire machinalement sur sa cigarette entre deux gorgées de Ataya (thé sénégalais). Autour du barada (théière), il retrouve chaque après midi sa bande de copains.  Et quand ils discutent, c’est pour pester contre cette «bande de politiques assoiffés de pouvoir» (Ndlr: le régime libéral) qui dirigeaient le pays. Etudiant en master à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), Adama fait partie de cette grande masse de Sénégalais déçus par les douze années d' Abdoulaye Wade. Bien que la victoire de Macky Sall ne l'ait pas enthousiasmé, il attend néanmoins beaucoup de cette nouvelle alternance démocratique :  

«Je l'attends sur le terrain des valeurs plus que tout. J'attends qu'il remette de l'ordre dans ce pays après une dizaine d'années d'anarchie. J'attends de lui qu'il traduise en actes concrets la bonne gouvernance, qu'il lutte fermement contre la corruption. Il a beaucoup parlé de gouvernance sobre, j'espère qu'il l'appliquera. Je l'exhorte à  mette fin à la république des mallettes et des échanges de bons procédés entre amis. J'attends surtout de lui qu'il relève l'éducation nationale».

A l’en croire, Macky Sall ne bénéficiera en aucune manière d’un état de grâce, car avance-t-il, les «Sénégalais sont fatigués et seront naturellement impatients». Bien qu’il soit conscient qu’il «faudra de longues années pour réhabiliter le Sénégal», il croit fermement que «les premières mesures qu'il prendra dicteront le tempo de son premier quinquennat».

«Il doit d'emblée montrer son volontarisme et son sens de l'éthique. Il ne faut pas qu'il déçoive les attentes des Sénégalais. Il a promis une vie moins chère, de ne nommer que 25 ministres et même de trouver des époux aux femmes célibataires», ajoute-t-il sur un ton railleur.

A côté de lui, Ndella 25 ans, balaie la grande cour de la maison et tamise le sable. Depuis son plus jeune âge (elle-même ne sait pas quand elle a commencé à pratiquer le métier), elle travaille comme femme de ménage à raison de 25.000 francs cfa [environ 40 euros] par mois.

Les vicissitudes de la vie l’ont conduit à faire ce boulot pour aider ses parents dans la dépense quotidienne. Selon elle, la première mesure sur laquelle devra se pencher Macky Sall est la baisse de prix des denrées de première nécessité.

«On est trop fatigués. Rien que le sac de riz nous coûte 25.000 francs cfa (équivalent de son salaire). On n’arrive plus à vivre correctement. On cuisine une fois dans la journée et on met un peu de côté pour le soir. La vie est trop dure pour nous», peste-t-elle. Son délai est sans appel: «Nous lui donnons deux mois pas plus pour régler ce problème. On ne peut plus continuer à vivre dans cette misère».

L'espoir renaît

Sous un soleil de plomb, Alioune, 26 ans, marche au pas de course. Il se hâte, car explique-t-il, «J’ai accusé une bonne demi heure de retard au boulot». Le maître de chantier va m’étriper». Le jeune maçon a dû très tôt abandonner les études pour faire face aux difficultés de la vie.

«Mon père est décédé et je suis le seul homme de la famille. J’ai  quatre petites sœurs en charge en plus de ma mère», confie-t-il. Tout comme ses camarades, Alioune attend des mesures urgentes du nouveau président. «Il doit nous trouver de l’emploi. Il a promis d’en créer 500.000 par an. On l’attend de pied ferme», lance-t-il tout de go.

Rencontrée sur l’avenue Bourguiba, située dans la moyenne banlieue, Marie, 27 ans, une des 4 millions de jeunes chômeurs du Sénégal (Sur une population de 12 millions d'habitants),  est encore sous le coup de l’émotion du dimanche dernier.

«Je n’arrive pas à croire que Wade et son clan vont dégager. Je ne sais pas si c’est une coïncidence ou pas mais, les douze années de règne de Wade ont été les pires années de ma vie sur le plan personnel. J’avais 16 ans en 2000, aujourd’hui j’en ai 27. Entre temps, mes parents sont allés à la retraite, je n’ai pas de boulot et la vie est devenue extrêmement dure pour nous. J’ai un master en management et je suis au chômage», se plaint-elle.

Mais, ajoute-elle, «Depuis que Macky est arrivé au pouvoir c’est comme un souffle nouveau pour moi. J’ai l’impression qu’il nous apportera  que du bonheur. Mais j’espère surtout qu’il ne nous décevra pas». Pour sa petite sœur, Aissata, 23 ans, étudiante en gestion, qui l’accompagne au marché, il faut rester vigilant et ne pas trop se laisser aveugler par l’euphorie de la victoire. Car, prévient-elle «Macky Sall c’est du Pds (parti démocratique sénégalais ndlr) sans Wade»

Dakar à un siècle de retard de Paris

«En 2000 je n’avais que 11 ans. Je ne maitrisai pas vraiment la vie politique. J’entendais seulement mes parents dire qu’ils étaient fatigués et qu’ils voulaient un changement donc je me disais que forcement avec Wade les choses iraient mieux. Et que Dakar serait comme Paris», se rappelle-t-elle.

Douze ans plus tard, la désillusion est grande et le réveil est brutal. «Dakar à un siècle de retard de Paris», constate-t-elle.

«Wade nous a imposé du wax waxeet (dire et se dédire en wolof) et des ministres arrogants. Cette année, j’ai voté pour la première fois et je n’ai pas hésité une seconde à le faire dégager. J’ai voté pour Macky et j’espère vraiment qu’il fera mieux que Wade. Et que surtout il va respecter ses promesses. On lui donne le bénéfice du doute pour son premier mandat, affirme-t-elle. On n’acceptera plus de subir ce qu’on a vécu sous le régime de Wade. C’est fini» .

Lala Ndiaye

A lire aussi

Wade l'anti Gbagbo

Macky Sall, à l'heure du respect des engagements

Macky Sall, l'homme qui a battu Wade

Quand la France décorait Macky Sall

Sénégal: Macky Sall gagne le match des ralliements

Youssou Ndour: «Pourquoi je soutiens Macky Sall»

Lala Ndiaye

Lala Ndiaye. Journaliste à Slate Afrique

Ses derniers articles: Karim Wade est-il un homme «persécuté»?  Dakar dans la hantise d’un péril islamiste  Apocalypse now! Vous voulez rire?! 

Abdoulaye Wade

Abdoulaye Wade

Pourquoi son retour inquiète Macky Sall

Pourquoi son retour inquiète Macky Sall

Gorgui

Les vraies raisons de son retour

Les vraies raisons de son retour

Atouts

Sénégal: Aminata Touré pourra-t-elle rester une Dame de fer?

Sénégal: Aminata Touré pourra-t-elle rester une Dame de fer?

Idrissa Seck

Sénégal

A quoi sert le sénat en Afrique?

A quoi sert le sénat en Afrique?

Politique et loi du silence

Sall, le François Hollande sénégalais?

Sall, le François Hollande sénégalais?

Sénégal

«Tout sauf Wade», dernier round

«Tout sauf Wade», dernier round

Macky Sall

Dopage dans les urnes

Comment la Russie s'est invitée dans l'élection présidentielle au Sénégal en 2012

Comment la Russie s'est invitée dans l'élection présidentielle au Sénégal en 2012

Francophonie

Michaëlle Jean à la tête de la Francophonie, conséquence de la division des Africains

Michaëlle Jean à la tête de la Francophonie, conséquence de la division des Africains

Logement

Essayez de trouver un logement à Dakar et on en reparle

Essayez de trouver un logement à Dakar et on en reparle