mis à jour le

Mali: les électeurs officiellement convoqués pour la présidentielle le 29 juillet

Le gouvernement malien a officiellement convoqué vendredi le corps électoral pour le scrutin présidentiel du 29 juillet, selon un communiqué du Conseil des ministres.

Le président Ibrahim Boubacar Keïta et son Premier ministre Soumeylou Boubeye Maïga assurent depuis plusieurs mois que le vote se déroulera à la date prévue, malgré les reports successifs enregistrés pour les précédentes élections programmées depuis 2013, en raison notamment de la menace jihadiste dans le pays.

La campagne électorale du premier tour sera "ouverte le samedi 7 juillet 2018 à zéro heure" et sera "close le vendredi 27 juillet 2018 à minuit", selon le texte. 

Si un second tour est nécessaire, il se tiendra le 12 août.

Cette annonce intervient après l'approbation lundi par l'Assemblée nationale, avec 109 voix pour et 35 contre, de la déclaration de politique générale du Premier ministre.

Bien que M. Keïta ne se soit pas déclaré, une centaine d'associations de la majorité ont apporté leur soutien à sa candidature en mars.

Une dizaine de candidats se sont lancés dans la course, dénonçant la "mauvaise gouvernance" du pays.

Les élections régionales, déjà reportées de décembre à avril, ont de nouveau été repoussées en mars à la fin de l'année. Les élections municipales, différées à plusieurs reprises, n'ont pu se tenir qu'en novembre 2016 sur une partie seulement du territoire en raison des violences dans le nord et le centre du pays.

Le nord du Mali était tombé en mars-avril 2012 sous la coupe de groupes jihadistes liés à Al-Qaïda. Ces groupes ont été en grande partie chassés et dispersés par une opération militaire lancée en janvier 2013, à l'initiative de la France, qui se poursuit actuellement.

Mais des zones entières du pays échappent encore au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'ONU (Minusma), régulièrement visées par des attaques, malgré la signature en mai-juin 2015 d'un accord de paix, censé isoler définitivement les jihadistes, dont l'application accumule les retards.

Depuis 2015, ces attaques se sont étendues au centre et au sud du Mali et le phénomène déborde sur les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et le Niger.

AFP

Ses derniers articles: Coronavirus: le Kenya reprend les vols internationaux le 1er août  Malawi: le nouveau président appelle au sacrifice pour relever le pays  Ethiopie: des opposants arrêtés après la flambée de violence 

électeurs

AFP

L'opposition appelle les Togolais

L'opposition appelle les Togolais

AFP

Mozambique: nouvelles attaques d'islamistes, l'inscription des électeurs perturbée

Mozambique: nouvelles attaques d'islamistes, l'inscription des électeurs perturbée

AFP

Cafouillages d'organisation et insécurité ne découragent pas les électeurs nigérians

Cafouillages d'organisation et insécurité ne découragent pas les électeurs nigérians

juillet

AFP

Malawi: après l'annulation de la présidentielle, le nouveau scrutin fixé au 2 juillet

Malawi: après l'annulation de la présidentielle, le nouveau scrutin fixé au 2 juillet

AFP

Nigeria: quatre otages enlevés en juillet exécutés par des jihadistes

Nigeria: quatre otages enlevés en juillet exécutés par des jihadistes

AFP

Soudan: 54 morts dans des inondations depuis juillet (ONU)

Soudan: 54 morts dans des inondations depuis juillet (ONU)

présidentielle

AFP

Nord ivoirien: la ville de Ferké croit encore

Nord ivoirien: la ville de Ferké croit encore

AFP

L'exemplaire présidentielle au Malawi inspirera-t-elle d'autres pays africains ?

L'exemplaire présidentielle au Malawi inspirera-t-elle d'autres pays africains ?

AFP

Niger: le ministre de l'Intérieur quitte le gouvernement pour préparer la présidentielle

Niger: le ministre de l'Intérieur quitte le gouvernement pour préparer la présidentielle