SlateAfrique

mis à jour le

Sénégal - Abdoulaye Wade, une retraite de sage de l'Afrique

Abdoulaye Wade, 86 ans, quitte le pouvoir après 12 années passées à la tête du Sénégal. Pour autant, le pape du Sopi (le changement en wolof) ne compte pas se reposer.

Contrairement à ses prédécesseurs, Léopold Sédar Senghor et Abdou Diouf, qui ont choisi d’aller vivre en France après leur retrait des affaires politiques, Abdoulaye Wade ne compte pas quitter le Sénégal pour aller s’installer dans un quelconque autre pays, apprend-on sur Dakaractu.

«Je suis sénégalais et je reste dans mon pays», a-t-il confié à ses collaborateurs. Wade ne compte pas non plus quitter le secrétariat général du Parti démocratique Sénégalais (Pds) avant d’avoir remis de l’ordre au sein de la formation politique et revigorer ses troupes pour les Législatives de juin prochain.

Abdoulaye Wade, compte vivre entre sa demeure située dans le quartier du Point E et une autre résidence qu’il va achever, située sur la Petite Côte de Dakar. A en croire des propos rapportés par un de ses anciens ministres, Bamba Ndiaye, Wade mettra à profit son temps pour se reconvertir dans l’enseignement, pour servir de guide et de conseil aux chercheurs sénégalais et africains.

Le président déchu ne compte pas s’arrêter là. Il a l’intention de  mener une réflexion doctrinale sur le thème du libéralisme social dans l'optique de rédiger un livre.

Abdoulaye Wade tient également à dispenser des conférences pour faire bénéficier le Sénégal et l'Afrique de son expérience et servir à l’Union Africaine et à la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) de «sage» pour le règlement d’éventuels conflits. Wade ne veut pas moins faire que ses pairs africains et veut même tout autant de prestige que le Nigérian Olesegun Obassanjo ou encore Abdou Diouf, devenu secrétaire général de la Francophonie.

Comme quoi Abdoulaye Wade a une vie de chat. Et, est loin d’être à bout de souffle comme le prétendait une bonne frange de l’opposition. Il compte bien mener son «Destin pour l’Afrique», pour reprendre un titre de son célèbre ouvrage.

Lu sur Dakaractu

A lire aussi

Wade l'anti Gbagbo

Wade, mauvais joueur, mais pas mauvais perdant

Macky Sall, l'homme qui a battu Wade