SlateAfrique

mis à jour le

Le jazzé, ce hip-hop à la sauce gabonaise

Dans les rues de Libreville, et dans tous les lieux de fête de la capitale gabonaise, c’est désormais le rythme à la mode. Le jazzé fait fureur, pour ainsi dire. Et tous les jeunes de ce pays d’Afrique centrale, coincé entre le Cameroun et la Guinée équatoriale, en font une fierté. C’est ce que montre la chaîne CNN, qui a consacré son émission de reportages Inside Africa sur le sujet.

Le documentaire prend pour prétexte un grand concert organisé en bordure de mer, il y a quelques semaines, et produit par la chanteuse Patience Dabany, ex-première dame du Gabon, et mère de l’actuel chef de l’Etat, Ali Bongo, pour faire cette nouvelle danse au public. La plupart des jeunes gens venus assister au concert, apprend-on dans le reportage, sont tous des «virtuoses» du jazzé ou tout au moins des amateurs. Certains, parmi eux, ont même participé à un concours national organisé quelques mois auparavant par la même Patience Dabany, afin de désigner les meilleurs «jazzeurs» du pays.

Mais, à quoi ressemble donc cette danse qu’il ne fait pas bon ne pas savoir danser au Gabon? Pour nous la décrire, le reporter de CNN n’hésite pas à esquisser quelques pas, aidé en cela par de jeunes Librevilloises. Il s’agit d’une sorte de hip-hop mixé à certains rythmes traditionnels du pays. Un hip-hop à la sauce gabonaise en quelque sorte.

 

 

Seulement, selon le site Tromatix, si deux jeunes Gabonais, Eric et Kobi se considèrent comme les inventeurs de cette nouvelle danse, «personne ne peut dire avec exactitude d’où elle vient».

«Beaucoup l’attribuent à une danse d’origine nigériane, simplement modifiée par les jeunes Gabonais. D’ailleurs elle se danse presque souvent sur des sons venus de l’Afrique de l’Ouest», ajoute Tromatix.

En tout état de cause, le jazzé, comme le montre le reportage de CNN est une danse qui sollicite toutes les parties du corps: épaules, jambes, poitrine, jambes, les bras et le bas du dos. Et pour Tromatix, c’est aussi une nouvelle façon d’exprimer ses sentiments.

Vu et lu sur CNN Africa et Tromatix