SlateAfrique

mis à jour le

Sénégal - Les menaces de Wade pour être élu

La tension monte, au Sénégal, à deux jours du second tour de la présidentielle. Abdoulaye Wade, le président sortant, menace, tandis que son rival, Macky Sall, communique. Chacun y va de sa méthode de dernière minute pour rameuter les foules.

«Si vous prenez l’option de voter pour Macky, je vous laisserai entre les mains de ce dernier et je reprendrai tous mes projets entamés pour les amener dans d’autres localités qui méritent autant que vous des ponts, des routes et autres chantiers», a déclaré Abdoulaye Wade aux habitants de Podor et Matam, avant d'ajouter: «Je ne peux pas aider des gens et qu’ils aillent voter ailleurs.»

Le président sortant n’a pas été tendre avec les populations de ces localités du nord du Sénégal, qui n'ont pas voté pour lui au premier tour. Cette déclaration d'Abdoulaye Wade a fait scandale auprès de la presse. Le Populaire, un site sénégalais d'information de proximité a d'ailleurs titré:

«Wade fait chanter les Podorois et les Matamois.»

La stratégie politique d'Abdoulaye Wade semble se limiter à provoquer la peur des Sénégalais. S’il n’est pas élu, il prédit un scénario-catastrophe, indique Le Ral: grève des fonctionnaires, faillite du pays, fuite des investisseurs étrangers.

Mais, ce «dérapage» de Wade semble faire les affaires de Macky Sall, le favori de ce scrutin. Après avoir condamné les propos du président sortant, Macky Sall joue l'apaisement dans une interview à l'hebdomadaire français, Le Nouvel Observateur:

«Il se passe une chose inédite au Sénégal: je n’avais jamais vu auparavant la totalité des candidats de l’opposition se ranger derrière un seul d’entre eux, a-t-il déclaré. Aujourd’hui, nous représentons 65% des suffrages exprimés au premier tour. Avec de surcroît les démissions très importantes qui ont lieu au sein du parti au pouvoir, il y a de quoi être confiant.»

Fort de la coalition «Benno Bokk Yakaar» formée avec les autres partis, Macky Sall semble très confiant de sa victoire au second tour. Le 22 mars, la campagne «Wer Dombo» a été clôturée à Dakar par Youssou Ndour, rapporte le Sudonline. L’effervescence est telle qu’il est demandé aux citoyens de gardés leur bulletin de vote Wade pour le concert prévu le lendemain de la victoire espérée de Sall.

Lu sur Le Populaire, Le Ral, Nouvel Observateur, Sudonline

A lire aussi

Macky Sall, l'homme qui peut battre Wade

Sénégal: Macky Sall gagne le match des ralliements

Youssou Ndour: «Wade prépare une fraude extraordinaire»

Wade, l'automne du patriarche