SlateAfrique

mis à jour le

L'Afrique australe forme la plus grande réserve naturelle au monde

Son nom est Kaza. 440.000 kilomètres carrés de réserve naturelle, soit un territoire aussi grand que la superficie de la Suède. En plus d’être la plus grande au monde, cette réserve naturelle réunit cinq pays d’Afrique australe.

Le traité a officiellement été signé le 15 mars en Namibie, indique WWF. En mettant en commun trente-six régions, l’Angola, le Bostwana, la Namibie, la Zambie et le Zimbabwe ont formé la zone de protection transfrontalière Kavango Zambezi ou Kaza.

«Il est important de souligner que ce programme est conçu pour les communautés des cinq pays partenaires», a déclaré la ministre du Tourisme namibienne, Netumbo Nandi-Ndaitwah, rapporte le New Era.

L’accord accorde des avantages pour les populations locales comme la création d’emplois liée à cette réserve, précise WWF. Le traité prévoit également la création d’une autorité à part entière pour Kaza. Ce qui inquiète le président du groupe de travail pour la conservation du Zimbabwe (ZCTF), Johnny Rodrigues, explique le Zimbabwean.

«Sur le papier, je suis tout à fait d’accord [avec ce traité, ndlr]. Le problème, c'est que les gens adhèrent à un ensemble de lois. Mais seront-elles véritablement appliquées?, s’interroge Rodrigues. Il semble n’y avoir personne capable de faire respecter les lois en place pour la protection des animaux.»

Le scientifique dénonce l’inefficacité et l’hypocrisie de son gouvernement dans sa politique environnementale. Il affirme que les autorités zimbabwéennes sont incapables de faire respecter la loi dans ses propres frontières et craint qu’aucune législation n’ait vraiment de poids à Kaza.

Bien que le projet ne soit pas encore totalement concrétisé, l’objectif principal reste de préserver la faune et la flore. La création d’une entité à part entière permettrait aux animaux de reprendre leur migration naturelle sachant que la Kaza se compose de plusieurs milieux bien distincts: la brousse, la savane, des terres humides et boisées.

Redynamiser l’économie de cette région fait également partie des priorités de ce programme, rappelle WWF. La banque allemande BFW est le financeur initial principal avec 40 millions de dollars, soit plus de 30 millions d’euros.

«L'ouverture de la Kaza est un véritable symbole de l'intégration régionale, affirme Tomaz Salomao Augusto, secrétaire exécutif de la Communauté africaine de développement australe (SADC).  Je la vois comme un modèle de développement qui intègre la réduction de la pauvreté, la gestion durable des ressources naturelles et qui améliore notre capital humain dans la création de richesses.»

Lu sur WWF, New Era, Zimbabwean

A lire aussi

Algérie - Le safari décadent des émirs du Golfe dans le Sahara

Cameroun, le nouveau cimetière des éléphants

RDC - Pourquoi il est vital de laisser une place aux hippopotames

Comment sauver les bébés phoques en Namibie