mis à jour le

"Non à l'Amérique, non au Qatar, peuple tunisien peuple libre". Manifestation à Tunis, 14 janvier 2012. REUTERS/Zoubeir Souissi
"Non à l'Amérique, non au Qatar, peuple tunisien peuple libre". Manifestation à Tunis, 14 janvier 2012. REUTERS/Zoubeir Souissi

L'indépendance tunisienne est-elle menacée?

Plus d'un an après sa révolution, la Tunisie fête l'anniversaire de son indépendance. L'occasion de faire le point sur l'influence du Qatar et les rumeurs d'interventionnisme dans la reconstruction tunisienne.

Mise à jour du 18 juillet: Le magazine tunisien Kapitalis dénonce le peu de transparences qui entourent les accords signés entre la Tunisie et le Qatar lors de la visite officielle du prince héritier du Qatar, Tamim ben Hamad ben Khalifa. 

«Que la négociation et la signature de l’accord se soient faites en catimini laisse planer des doutes sur les conditions d’élaboration et de passation de ces projets», peut-on lire sur magazine. 

****

C'est dans un climat toujours plus tendu, marqué par des affrontements, scandales, manifestations et une absence de perspectives économiques, et ce, au seuil de la saison touristique, que la Tunisie fête, le 20 mars 2012, le 56e anniversaire de son indépendance. Un jour férié pour les Tunisiens qui sous l'ancien régime se résumait à un énième ressort de propagande distillé à coup d'affiches et de messages radios et vidéos.

Outre les éloges à sa propre gloire, le dictateur déchu, Zine el-Abidine Ben Ali, établissait en son temps les conditions d'une République tunisienne indépendante:

«Nul ne peut affirmer son identité ni préserver sa dignité, dans le contexte d'une dépendance économique qui porterait atteinte à l'indépendance du pouvoir national de décision», précisait l'ex-président lors d'une cérémonie commémorative le 20 mars 2009.

En dehors d'avoir sciemment confondu l'indépendance économique nationale et l'enrichissement personnel, cette déclaration du dictateur, toujours et à «jamais» exilé à Jeddah en Arabie saoudite, n'était pourtant pas dépourvue de bon sens. La commémoration du 20 mars 1956, date de la libération des Tunisiens sous la colonisation française, est l'occasion, cinquante-six ans après, de faire le point sur leurs libertés, qu'elles soient économique, politique, médiatique ou même spirituelle.

Le chemin de l'indépendance

A ce jour, renforcée par les récentes bourdes diplomatiques, la question de la colonisation française en Tunisie est en partie réglée. Son influence n'est plus qu'un souvenir fait de résidus culturels et linguistiques. Même si les relations économiques ont perduré entre les deux pays, les décisions politiques nationales sont restées pendant plus de cinquante ans dans les mains du pouvoir tunisien. Au prix du sang et de milliers de victimes, le peuple tunisien avait fait le choix de s'émanciper et de participer au grand mouvement de décolonisation de l'Afrique. Cette libération a permis à ce pays de se doter d'une administration, inexistante jusqu'alors, ainsi que d'un système éducatif que beaucoup envient, aujourd'hui:

«Le problème de l'indépendance avec la France est résolu depuis longtemps. Les restes sont plutôt positifs, comme le système éducatif. Les tentatives de pointer la langue française ou l'influence culturelle française répond d'une science politique appelée "mobilisation" et qui consiste à chercher des problèmes identitaires qui trouvent échos chez les populations moyennes ou pauvres pour dévier les regards des urgences économiques ou sociales», confiait à Slate Afrique le directeur du Centre arabe de recherches et d'analyses politiques et sociales (Caraps), Riadh Sidaoui.

Pour mémoire, l'épisode de l'indépendance tunisienne s'est déroulé dans la résistance et les pertes civiles. C'est en 1920, suite à la création du parti Destour (constitution en arabe), que le thème de l'indépendance apparaît pour la première fois. Suite à l'assassinat de Farhat Hached, grande figure de l'Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT) en 1952, les nationalistes tunisiens suivent l'exemple de leurs voisins algériens, ils se réfugient dans les montagnes et lancent des opérations de guérilla contre les colons français. Le 1er juin 1954, après dix années d'enfermement et d'assignation à résidence, Habib Bourguiba (1903-2000) l'un des fondateurs du parti Destour et de son extension, le parti néo-Destour, fait son retour triomphal à Tunis.

El-Moujahid El-Akbar, «le combattant suprême», souhaite diminuer l'influence islamique afin que tous les Tunisiens qu'elle que fût leur religion puissent accéder à l'égalité juridique, suscitant ainsi les ressentiments de l'aile dure des musulmans. En juillet 1954, Pierre Mendès France se rend à Carthage pour promettre l'autonomie interne. Le 20 mars 1956, la France reconnaît l'indépendance tunisienne. L'Assemblée constituante alors dominée par les néo-destouriens proclame la République tunisienne. Bourguiba devient chef du gouvernement et les premières réformes sont d'inspiration occidentale: enseignement obligatoire, égalité des sexes devant la loi, nouvelle législation économique et sociale. Dans la foulée, le 13 août 1956, sur les bases d'une politique moderniste d'influence occidentale, le fameux Code du statut personnel (CSP), le premier du genre dans la région, est définitivement adopté.

«L’indépendance n’est pas un but: c’est un commencement. C’est un premier pas qui nous a permis de prendre conscience de nos devoirs envers nous-mêmes et envers l’humanité», déclarait le président Bourguiba à Tunis le 20 mars 1957.

Par la suite, au prix de grèves et d'émeutes sévèrement réprimées sous les gouvernements de Bourguiba et de Ben Ali, la Tunisie s'est emparée de son histoire en s'éloignant de l'emprise coloniale. Particulièrement fiable et solide, son administration a bel et bien résisté au dernier souffle révolutionnaire qui a fait suite à la chute de l'ex-dictateur et à la fin du régime autocratique.

La Tunisie en a-t-elle fini avec le protectorat?

Pourtant, plus d'un an après les premiers soulèvements populaires de décembre 2010, dans un contexte économique particulièrement fragile, nombre de Tunisiens s'inquiètent de voir telle ou telle puissance extérieure, le Qatar en tête de file, s'immiscer dans les affaires du pays à coups de promesses d'investissements et de nominations politiques controversées.

«En ce moment, nous avons un genou à terre. Et dans ce contexte de fragilité, toute intention étrangère doit être rigoureusement surveillée. De part son emplacement géographique stratégique, sa culture ouverte et ses relations relativement saines avec l'Occident, la Tunisie est en proie aux instrumentalisations de grande envergure», confiait une universitaire tunisoise.

Dans les cafés, les universités ou sur les réseaux sociaux, on ne compte plus les appels à la résistance face à l'hypothèse d'un complot impliquant l'émirat mais aussi et en toile de fond, l'influence américaine, considérée comme «grotesque» par certains éditorialistes.

Il faut dire que la présence de l'émir du Qatar, Hamad Ben Khalifa Al Thani, lors du premier anniversaire de la révolution, le 14 janvier 2012, avait fini d'alimenter les rumeurs. A plus d'un titre, les Tunisiens sont devenus peu à peu «allergiques» à la prononciation récurrente du mot «Qatar» après leur révolution. L'implication médiatique et militaire de l'émirat dans les révoltes successives des pays arabes leur semblait déjà suspecte, mais en accompagnant d'aussi près le processus de transition, les dirigeants qatari ont suscité l'inquiétude des Tunisiens.

Le parti Ennahdha majoritaire au sein de l'Assemblée constituante n'avait pourtant jamais caché ses bonnes relations avec le Qatar. Même si le financement par l'émirat de la campagne n'est pas avéré, les premiers déplacements des dirigeants élus ont été en faveur des dirigeants qataris.

A la suite des élections démocratiques d'octobre 2011, cette influence s'est concrétisée par l'obtention de postes gouvernementaux stratégiques, tels que le ministère des Affaires étrangères, revenu à Rafik Abdessalem, ancien chef du département de recherche au centre d'études de la chaîne satellitaire qatarie Al-Jazeera. Et, à ce jour, plusieurs accords et mémorandums d'entente économique ont été signés début janvier entre le Qatar et la Tunisie. Les élus tunisiens ont bien réorienté les intérêts nationaux en se détournant en partie de l'Europe au profit de leurs «frères arabes», selon les termes employés par l'actuel ministre des Affaires étrangères.

Cependant, en dehors des relations de plus en plus étroites entre les deux pays, on peut s'interroger sur l'éventuelle menace d'un prochain «protectorat qatari» qui, à plus d'un titre, ne semble pas résister à l'analyse dans le cas de la Tunisie.

Pas de «protectorat», mais un «lobby qatari»

Forte de son passé de peuple colonisé, de son apprentissage de la contestation et de la démocratie, de ses multiples influences identitaires et culturelles, la Tunisie semble plus à même de contrer toute nouvelle tentative d'ingérence politique ou d'hégémonie culturelle. Considéré comme l'un des carrefours du monde, le pays ne peut à nouveau s'enfermer dans un seul et même modèle:

«La mise en place d'un autre “protectorat” est impossible, le pays est traversé de trop de courants culturels, religieux, et maintenant politiques. Mais le problème qui se pose pour les Tunisiens c'est que ces pays du Golfe ne sont pas des démocraties, mais bien des dictatures.Ce sont des pays aux moyens de propagande très forts. Il n'y a pas moins de 150 chaînes islamistes. Des chaînes de télévision londoniennes financées par le Qatar.

Le problème identitaire ne devrait pas se poser en Tunisie, c'est un problème artificiel, importé des dictatures, avec des traditions et des coutumes propres à des régions retardées en matière de droits de l'homme. Ces pays ne sont pas des modèles, ils ont beaucoup investi afin de façonner à leur guise leur société traditionnelle», estime Riadh Sadoui, également rédacteur en chef du site web Taqadoumiya.

Face à ce que certains nomment, à tort ou à raison, le nouveau «protectorat qatari», le politologue préfère quant à lui évoquer un «lobby qatari»:

«Il faut avoir en tête que le parti Ennahdha emmené par son leader, Rached Ghannouchi, a trouvé sa légitimité via la chaîne Al-Jazeera. Tout comme l'actuel président provisoire, Moncef Marzouki», poursuit l'analyste.

Suite à une présentation en 2006 sur la chaîne qatari de l'opposant à Ben Ali, Moncef Marzouki, l'ex-président avait en effet, en guise de protestation, rappelé son ambassadeur à Doha.

Le Qatar, colosse aux pieds d'argile

Pour Riadh Sidaoui, le Qatar n'est pas «une grande puissance, ni militaire, ni politique, ni même économique» contrairement aux idées reçues. Comme l'Arabie saoudite en son temps, le Qatar ne fait que «payer aujourd'hui les factures de la stratégie américaine», celle du «pouvoir local»:

«Au lieu de contrer les islamistes en épousant les positions de dirigeants ayant perdu toute légitimité auprès de la population, on a décidé de composer avec eux. Les Frères musulmans ont exactement le même modèle économique (l'économie de marché, ndlr) que les Etats-unis», expliquait le politologue.

Le Qatar n'aurait donc pas de stratégie définitive, mais seulement la force de ses liquidités, mises au service d'un potentiel regroupement du monde arabo-musulman. Des moyens par ailleurs devenus cruciaux à l'heure du protectionnisme occidental. Concernant d'ailleurs la France, le sujet est peut-être plus inquiétant qu'en Tunisie. Les multiples acquisitions de l'émirat dans l'Hexagone, sont devenues pour certains observateurs des plus préoccupantes.

Du côté tunisien, les investissements ne sont pas encore effectifs et restent soumis à certaines conditions de taux d'emprunt, à ce jour, toujours en débat. De même, le Qatar n'intervient pas dans les décisions politiques nationales et n'ordonne pas à l'armée tunisienne, toujours présentée comme le rempart indépendant aux menaces intérieures et extérieures.

Le «Dégage» fortement ancré dans les têtes

Enfin, la vigilance des nouveaux médias de plus en plus nombreux, alliée au sentiment de liberté renforcé au sortir de la dictature, a développé chez les Tunisiens l'assurance d'avoir un peu plus en mains leur destin:

«Moi je ne veux pas que la Tunisie deviennent un pays salafiste ou wahhabiste. Oui pour un partenariat, mais sans obligations de s'habiller ou de penser. A l'inverse, le Qatar pourrait aussi se nourrir de notre culture, une forme d'échange», souhaite Myriam, 28 ans, Sfaxienne et commerciale.

A les interroger, les Tunisiens ne comptent plus se laisser abuser ou instrumentaliser et se tiennent régulièrement informés des derniers choix politiques:

«Si l'influence qatarie se fait trop forte, on redescendra dans les rues. Le Dégage est encore fortement ancré dans nos têtes. On ne se laissera pas faire, quel que soit l'adversaire. Mais en ce moment, vu la situation économique, le tourisme, tout est bon à prendre. Mais pas à n'importe quel prix», conclut Mohammed, trentenaire et informaticien.

Récemment, les élections universitaires et la large victoire de l'Union générale des étudiants tunisiens (UGET) ont renforcé le sentiment démocratique et la pluralité des voix dans le pays. Comme pour l'ensemble de la société, c'est, peut-être, en composant avec ces nouveaux partenariats étrangers, et sans se laisser envahir, que les Tunisiens se réapproprieront leur identité dont ils ont trop longtemps été privés.

Mehdi Farhat


A lire aussi

Les pays du Golfe font-ils la loi en Tunisie?

La Tunisie ne doit pas oublier Bourguiba

Les Français ont-ils le droit de s'exprimer à propos de la Tunisie?

Tunisie: le règne sans partage d'Al Jazeera

Jasmin, mon cul!

Marzouki, de la rupture à la compromission

Sit-in du Bardo: la dictature ne passera pas

Constituante tunisienne: comment ça marche?

Le dossier Slate Afrique sur l'indépendance algérienne: Algérie, 50 ans d'indépendance

Mehdi Farhat

Journaliste à SlateAfrique

Ses derniers articles: L'électorat d'Ennahda fait son bilan  Le pain parisien est-il halal?  Pourquoi Ennahda inquiète les Tunisiens 

Arabie Saoudite

Colère populaire

Le peuple égyptien ne supporte pas de voir Al-Sissi s'agenouiller devant l'Arabie Saoudite

Le peuple égyptien ne supporte pas de voir Al-Sissi s'agenouiller devant l'Arabie Saoudite

Arabie Saoudite

Il y aurait finalement près de 2.000 pèlerins décédés dans la bousculade de la Mecque

Il y aurait finalement près de 2.000 pèlerins décédés dans la bousculade de la Mecque

La Mecque

«Les autorités saoudiennes ont menti» à propos de la bousculade dénonce un leader religieux nigérian

«Les autorités saoudiennes ont menti» à propos de la bousculade dénonce un leader religieux nigérian

démocratisation

Belkouch Hicham

Processus de démocratisation au lendemain du Printemps arabe

Processus de démocratisation au lendemain du Printemps arabe

Belkouch Hicham

Processus de démocratisation au lendemain du Printemps arabe

Processus de démocratisation au lendemain du Printemps arabe

Nabil

TIC à Tougan 2013 : La démocratisation des nouvelles technologies, en milieu et semi-urbain, en marche

TIC à Tougan 2013 : La démocratisation des nouvelles technologies, en milieu et semi-urbain, en marche

économie

AFP

La Centrafrique: en conflit depuis 4 ans, avec une économie exangue

La Centrafrique: en conflit depuis 4 ans, avec une économie exangue

AFP

Burundi: une économie au point mort faute de carburant

Burundi: une économie au point mort faute de carburant

AFP

Économie et lutte antiterroriste au coeur d'une visite de Cazeneuve

Économie et lutte antiterroriste au coeur d'une visite de Cazeneuve