SlateAfrique

mis à jour le

Ouganda - Les enfants victimes d'un autre fléau que Joseph Kony

Dans le nord de l’Ouganda on s’agace du succès de Kony 2012, la vidéo de l’ONG Invisible Children, quand... on n’en a tout simplement jamais entendu parler.

Dans cette partie négligée du pays, les populations démunies n’ont pas accès à Internet, encore moins aux réseaux sociaux tels que Twitter et Facebook, rapporte Radio Netherlands Worldwide (RNW).

Elles ont d’autres préoccupations que la malveillance de Joseph Kony et son Armée de Résistance du Seigneur (LRA) qui n’ont plus commis d’exactions dans la région depuis 2006.

Et pour cause, Ils sont probablement réfugiés en République Centrafricaine ou en République Démocratique du Congo et ne seraient plus que quelques centaines.

Les villageois font face à un autre meurtrier, la «nodding disease» ou «maladie du hochement de tête» qui fait des ravages depuis 2009 et décime les enfants en silence sans que l’hécatombe n’ait été relayée avec le même écho que la vidéo virale. Depuis cette date, la maladie a fait au moins 170 morts et affecté 3.000 enfants.

Les symptômes sont les suivants: l’enfant ne peut plus soutenir sa tête qui retombe lourdement sur la poitrine. L'affection est accompagnée de convulsions semblables à des crises d’épilepsie et de retards de croissance. Il semble que le trouble soit neurologique puisque le malade perd progressivement la parole et toute réactivité.

RNW livre le témoignage de Michel Odongkora, père de famille de 30 ans dont la fille, Nancy, 12 ans est atteinte de la «nodding disease». Il est obligé de l’attacher à un arbre pour qu’elle n’aille pas «errer et risquer de tomber dans la rivière, ou -comme il est arrivé à d'autres enfants victimes de cette maladie- se perdre dans un feu de brousse» écrit le média.

Aucun traitement n’a jusqu’ici été trouvé pour soigner un mal dont l’origine demeure encore inconnue. Une hypothèse serait que la maladie ait un lien avec la «cécité des rivières» présente dans la région.

«Pourquoi les gens continuent-ils à parler de Kony? Nous avons des problèmes bien plus importants en ce moment. Il y a cette mystérieuse maladie qui menace notre futur. Pourquoi n'en parle-t-on pas?» S’interroge avec indignation Michel Odongkora.

On comprend alors que l’initiative de Jason Rusell, cofondateur d’Invisible Children puisse donner l’impression de détourner les regards de la communauté internationale des problèmes actuels de l’Ouganda.

Paradoxalement l’auteur de la vidéo se demande si Kony 2012 qui focalise l’attention sur l’Ouganda n’aura pas un effet vertueux en interpellant la communauté internationale sur le nouveau fléau du pays.

Lu sur Radio Netherlands Worldwide (RNW)

A lire aussi

La mystérieuse maladie du hochement de tête tue les enfants en Ouganda

Tout ce qu'on ne vous a pas dit sur Joseph Kony

Jacques Attali: Pour ou contre «Kony 2012»?