SlateAfrique

mis à jour le

RDC - Thomas Lubanga, le premier condamné par la CPI

C’est un jour historique pour la justice internationale.

Les magistrats de la Cour pénale internationale (CPI) ont rendu leur premier verdict le 14 mars: Thomas Lubanga, ex-leader de l’Union des patriotes congolais (UPC) est reconnu coupable.

«La chambre a conclu à l'unanimité que l'accusation a prouvé au-delà de tout doute raisonnable que Thomas Lubanga est coupable des crimes de conscription et d'enrôlement d'enfants de moins de quinze ans et les a fait participer à un conflit armé», a déclaré le juge britannique Adrian Fulford.

Une peine sera prononcée ultérieurement, a précisé le juge président.

Vêtu d'habits traditionnels et d'un chapeau blancs, Lubanga est resté impassible lors de la lecture du jugement, échangeant seulement un bref sourire avec son épouse, assise au premier rang de la galerie du public, à la fin de l'audience. L'actrice américaine Angelina Jolie assistait au jugement dans les rangs du public. Impliquée dans la cause des enfants-soldats, la star a suivi de près ce procès.

Ce verdict était très attendu à Bunia, dans le district de l’Ituri, fief du leader de l’UPC en Province Orientale, au nord-est de la République démocratique du Congo (RDC), explique Radio Okapi.

Transféré à La Haye en 2006, Thomas Lubanga, 51 ans, avait plaidé non coupable. Son procès s'était ouvert le 26 janvier 2009 et achevé le 26 août 2011.

Le 13 mars, veille du verdict, John Tinanzabo, député national et président par intérim de l’UPC, invitait les militants de son parti en cas de condamnation à ne pas organiser des manifestations populaires car la procédure à la CPI donne à la défense la possibilité d’aller en appel.

Au-delà de l’affaire Lubanga, le jugement devrait faire jurisprudence concernant le traitement réservé à ceux qui décident d’utiliser les enfants de moins de quinze ans dans les groupes armés.

Les affrontements interethniques et les violences entre milices pour le contrôle des mines d'or et d'autres ressources naturelles en Ituri ont provoqué la mort de 60.000 personnes depuis 1999, selon des ONG humanitaires.

Lu, vu et entendu sur http://www.icc-cpi.int/ Radio Okapi

A lire aussi

Laurent Gbagbo devant la CPI

Soudan - Le ministre de la Défense devant la CPI?

Cour pénale internationale: l'Afrique entre en résistance

Le président soudanais en Libye, une visite qui dérange