SlateAfrique

mis à jour le

Maroc - Un Français croupit en prison, victime d'homonymie?

Etrange histoire que celle de ce Franco-marocain originaire du nord de la France, Rachid Alamin, 29 ans, père de deux enfants. Accusé de trafic de drogue, le jeune homme connu du monde associatif et détenteur d’un casier judiciaire vierge, est en détention depuis plus de 4 mois au Maroc.

Il clame son innocence et dénonce une confusion d'identité, en raison semble-t-il d'une homonymie avec un ressortissant marocain déjà condamné dans une affaire de stupéfiants, affirme son comité local de soutien.

Il est incarcéré à la prison de Tétouan (nord du Maroc), car «un homme portant le même nom, connu des forces de police, avec la même orthographe, a réalisé un trafic de stupéfiants entre la Belgique et le Maroc durant l'été 2009», indique sa défense dans un communiqué parvenu à l’AFP.

Un véritable imbroglio.

«En juillet 2009, un homme est arrêté à la frontière marocaine, à Tanger, avec plusieurs dizaines de kilos de cannabis. Interrogé, il balance qu'il a reçu une semaine plus tôt la marchandise sur un parking par un certain "Rachid". La police met alors la main sur un trafiquant connu, Rachid Alamin, qui n'a rien à voir avec le Nordiste (originaire d'Halluin, dans la métropole lilloise). Au cours du procès, le prévenu est condamné mais nie les faits de juillet 2009. La police recherche alors un autre Rachid Alamin», rapporte La Voix du Nord.

Le Nordiste apprend alors par sa belle-soeur, qui exerce la profession de notaire dans la région de Tanger, que son nom était cité dans l’enquête. Il décide alors de partir pour clarifier la situation auprès des autorités marocaines.

«Rachid prend l'avion direction Tanger. De bonne foi. "Consulter un avocat? Il n'avait pas les moyens!", indique son frère. Rachid emmène son contrat de travail, ses bulletins de salaire, ses passeports français et marocains vierges de visas pour la période concernée et l'extrait de naissance de sa fille née début juillet 2009. Preuves évidentes d'une méprise pour Rachid. Mais à son arrivée à l'aéroport de Tanger les choses prennent une vilaine tournure. Rachid Alamin est arrêté sans ménagement par la police marocaine. Ses proches seront sans nouvelle de lui pendant quatre jours» relate Nord-Eclair.

En France, proches et amis ont sollicité plusieurs élus dont le député Christian Vanneste et le maire d'Halluin Jean-Luc Deroo. Ce dernier a adressé une lettre à Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, le 14 février.

«Les autorités consulaires françaises et tout particulièrement notre consulat à Tanger, veillent à lui apporter la protection consulaire, notamment en lui rendant régulièrement visite en détention», a indiqué à l'AFP le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Bernard Valero.

Rachid Alamin croupit dans une cellule où s'entassent une quarantaine de détenus et attend, après plusieurs reports d’audience, d’être confronté à son homonyme le 23 mars.

Lu sur La Voix du Nord

A lire aussi

Maroc - Le journal de la torture d'un étudiant en prison

La Monarchie en guerre contre les cyber-activistes

Maroc: Lettre ouverte Mohammed VI

Docteur Abdelilah et mister Benkirane

Combats de Marocaines

Cette France qui désintègre

Comment le Maroc courtise François Hollande